A la uneActualité

Journée Internationale de la Femme Le Rwanda, une exception… mondiale

Au sein du parlement comme du gouvernement, à la tête d’institutions publiques et d’entreprises privées, les Rwandaises occupent un rôle de premier plan sur la scène locale. De quoi positionner le Rwanda comme un champion, mondiale, en termes de parité. Le fruit d’une volonté politique, d’une implication de toute la société également.

 

Par DBM

 

Ministres, maires, députées, cheffe d’entreprises… Impossible de ne pas les remarquer tant elles font partie du paysage local. Sur la scène politique, économique, motrice de la société civile, les femmes jouent un rôle de premier plan au Rwanda. Le résultat d’une volonté politique, d’une implication de toute la société également.

 

La nouvelle Constitution adoptée en 2003 inscrit comme principe fondamental l’égalité hommes-femmes

 

En effet, dès le lendemain du génocide, qui a causé la mort de plus de 800.000 personnes, dont beaucoup d’hommes, alors que les femmes représentaient près de 70% de la population, le Rwanda a adopté une série de lois favorisant la parité. Ainsi, fait suffisamment rare pour le souligner, la nouvelle Constitution adoptée en 2003 inscrit comme principe fondamental l’égalité hommes-femmes. Et dès 2005 un système de quotas pour permettre à davantage de femmes d’accéder à des postes à responsabilité. 30% des emplois de la fonction publique leur sont réservés.

 

+ de 63 % de femmes députés, un record mondial

 

Les résultats ne se sont pas fait attendre. Plus de deux décennies plus tard, le gouvernement rwandais affiche une parité parfaite, avec 13 femmes ministres sur les 26 que compte le gouvernement. Parmi elles, des femmes à la tête de ministères hautement stratégique, dont Paula Ingabire, Ministre des TIC et de l’Innovation, ou encore Soraya Hakuziyaremye, Ministre Commerce et à l’Industrie. Et elles sont également plusieurs à diriger des institutions publiques de premières importances, dont le fameux Rwanda Development Bord, avec à sa tête l’influente Clare Akamanzi ou Kigali Innovation City dirigée par Tesi Rusagara. Sans oublier Louise Mushikiwabo, laquelle après avoir dirigé pendant près d’une décennie la diplomatie rwandaise est aujourd’hui Secrétaire Générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. De même, au parlement, avec plus de 63 % de femmes députés, le Rwanda décroche le record mondial.

 

50% des diplômés d’université sont des femmes

 

Plus largement, au sein du secteur privé, elles dirigent banques, filiales de multinationales, entreprises fleurissantes… Des quadras pour l’essentiel que viennent rejoindre toute une génération de jeunes startuppeuses. Toutes participent pleinement au développement socio-économique d’un pays de 12 millions d’habitants qui fait figure de modèle à plus d’un titre sur le continent. Y compris sur le plan de l’émancipation féminine. Et alors que 50% des diplômés d’université sont des femmes, le mouvement est loin de s’essouffler…