A la uneL'editorial

JNDA, 24,25,26 mars 2022 : Rendez-vous à Bordeaux pour une Afrique fière et debout dans sa relation avec le Monde

Pour que l’Afrique reste fière d’elle-même, pour qu’elle s’engage résolument sur le chemin de son développement au service de ses nombreuses populations et notamment de sa jeunesse, les diasporas africaines sont, aujourd’hui plus que jamais, interpellées.

Par Pierre De Gaétan NJIKAM, Fondateur des JNDA, Directeur Général du Fonds Pierre Castel – Agir avec l’Afrique.

Depuis plusieurs décennies l’Afrique est confrontée à de nombreux défis. Parmi ceux-ci la révolution démographique, la révolution technologique, les défis du développement économique, social, celui de sa renaissance culturelle. Et, par-dessus tout, la question des horizons possibles pour fonder une espérance pour sa jeunesse afin qu’elle continue à croire en son continent.

Pour affronter ces défis, le continent a besoin de toutes ses forces. Au premier rang desquelles ses diasporas. Cette diaspora africaine, désormais 6 ème région de l’Union Africaine, s’est retrouvée à Bordeaux. Et à partir de Bordeaux, elle s’est employée à réinventer de manière significative, fière, engagée, cette Afrique. Et c’est la raison pour laquelle j’ai pris l’initiative, le 25 mai, date Ô combien significative pour l’UA, pour, avec d’autres, créer les Journées Nationales des Diasporas et de l’Afrique.

« A partir de Bordeaux, ces diasporas africaines sont mobilisées, depuis 2013, pour réinventer cette Afrique digne, engagée et demain prospère »

Pour que l’Afrique reste fière d’elle-même, pour qu’elle s’engage résolument sur le chemin de son développement au service de ses nombreuses populations et notamment de sa jeunesse, les diasporas africaines sont, aujourd’hui plus que jamais, interpellées.

Cette responsabilité des diasporas africaines vient de ce qu’elles sont, depuis 2004 notamment, la 6 ème région de l’UA. Aussi à partir de Bordeaux, ces diasporas africaines sont mobilisées, depuis 2013, pour réinventer cette Afrique digne, engagée et demain prospère.

Pour cela, toutes les forces vivent ont été mobilisés : les jeunes, les étudiants, les femmes, les professionnels, cadres du public et du privé. Et, au-delà de cette diaspora africaine, parce qu’elles sont en lien avec eux, tous les acteurs de la relation entre l’Afrique, la France et le Monde.

Le JNDA sont donc, à la fois, le moment et le lieu où toutes ces compétences diasporiques se retrouvent pour apporter une contribution significative au devenir d’un continent qui, lui-même, est désormais le lieu où l’humanité elle-même recherche ses dernières frontières et ou sa jeunesse est en quête de tous les horizons des possibles.

« Il n’y a pas de devenir du continent africain sans une mobilisation pour la technologie, sans une mobilisation pour tout ce qui participe à de la création de valeur sur le continent africain »

Et comment donc mobiliser ces énergies sans avoir recours aux ressources de l’imagination et de la création, c’est-à-dire à la pensée africaine ? Celle-là même qui, depuis ces dernières années, éclaire la Recherche et l’Université. C’est la raison pour laquelle le moment fort des JNDA est de donner une place pour le savoir, pour les savoirs africains. C’est aussi l’occasion de mobiliser les forces économiques, car il n’y a pas de devenir du continent africain sans une mobilisation pour la technologie, sans une mobilisation pour tout ce qui participe à de la création de valeur sur le continent africain.

Les JNDA c’est aussi le moment où l’ensemble des forces mobilisables et disponibles sont convoquées, d’où la nécessité d’un moment participatif, populaire, festif.

3 jours de conférences de haut niveau, de rencontres privilégiées pour contribuer à bâtir une Afrique débout dans sa relation avec le monde, les 24, 25 et 26 mars prochains.

Pour en savoir plus : www.jnda2022.fr

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe