Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Le dossier du mois

Jacqueline Mukarukundo « Un monde sans déchets grâce à la Tech »

Jacqueline Mukarukundo, a été élue le 21 avril dernier  Entrepreneur Afrique de l’Année dans le cadre du Prix Les Margaret 2020 initié par la JFD. La jeune rwandaise a mis en place une application, Wastezon, qui connecte les foyers et les industries du recyclage pour traiter les déchets. Interview.

 

Par Bilikiss Mentari

 

Dites-moi Jacqueline, avant de parler de Wastezon, votre application, parlez-vous de vous, votre petite histoire, où avez-vous grandi, votre parcours, vos rêves de petites filles…

Je suis Rwandais. J’ai grandi à Kigali. Avant de rejoindre Wastezon, j’ai démarré une carrière dans le marketing au sein de deux entreprises différentes au Rwanda. Mon travail a été reconnu à travers le SDG Competition Award à SDG Summer School, Genève et Learning Planet Assembly Award, Paris. Pendant mon séjour à Genève, j’ai cofondé Healplus.info, une start-up SDG Education Awareness qui fait actuellement la promotion de la sensibilisation aux ODD.

Entre temps, je poursuis des études à l’Université Clinton Global Initiative (CGI), un programme mondial de développement au leadership initié par le président Bill Clinton. Et je suis un programme de formation dans les affaires internationales et commerce à l’Université Africaine du Leadership.

Je me considère comme une femme d’affaires Tech, je voudrais être la voix de ceux qui ne sont pas capables de parler d’eux-mêmes à un certain niveau. Je veux être une source d’inspiration pour les jeunes femmes et les femmes, car la plupart n’ont pas confiance en elles. Encore une fois, après avoir vu à quel point il est difficile pour la plupart des startups en Afrique d’obtenir des financements, avec leurs idées brillantes qui peuvent avoir un impact massif sur l’Afrique et le reste du monde. À l’avenir, je voudrais être un investisseur auprès des femmes et des jeunes.

Donc, Wastezon, c’est une application mobile qui relie les foyers et les industries du recyclage pour traiter les déchets. Pouvez-vous nous en dire plus?

Wastezon est une start-up qui a introduit la technologie des applications mobiles pour connecter les ménages / consommateurs finaux aux acteurs du recyclage (comme les industries, les réparations, les grattoirs électroniques) grâce à la logistique inverse. Comme le dit notre devise «Des déchets à l’argent», nous envisageons un monde sans déchets et le pouvoir de la technologie pour réaliser cette vision. Les fonctionnalités de traçabilité et de tri de l’application aident les ménages à réduire leur empreinte carbone en triant correctement les déchets et en gagnant de l’argent, au lieu de les jeter ou de les brûler.

Wastezon présente une solution gagnant-gagnant qui répond à la fois aux besoins des ménages en matière de collecte des déchets et à la demande croissante d’engrais. Ce produit basé sur l’Internet des technologies utilisera les besoins des agriculteurs en engrais et pour conserver les déchets qui ont toujours la valeur nécessaire aux industries de recyclage. Le modèle économique consiste à trier les déchets à la source et à les transformer en espèces pour les ménages et les acteurs du recyclage.

En tant que jeune femme entrepreneure, quelles difficultés rencontrez-vous, même si le Rwanda est champion du monde en matière d’égalité des sexes…

Certaines personnes croient que les femmes ne peuvent pas réussir dans l’industrie, sans homme derrière ce succès. Ce n’est pas vrai! Les gens doivent en être conscients. Dans ma communauté, au Rwanda, il y a des changements massifs dans les politiques TICs et de nombreux programmes impliquent les femmes dans la technologie.

 

 

Ce message est également disponible en : Anglais