Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneActualité

Interview « Les entreprises doivent contribuer à relever les défis des infrastructures de santé en Afrique »

Les gouvernements africains ne peuvent à eux seuls relever les défis profonds du secteur de la santé du continent. Pour que le succès soit garanti, le secteur privé africain doit être engagé et impliqué. En effet, certains des plus grands progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé n’auraient pas été possibles sans le soutien du secteur privé – au cours des 15 dernières années, les chefs d’entreprise et les entreprises africains se sont considérablement mobilisés dans le domaine de la philanthropie du secteur de la santé. La participation continue du secteur privé est essentielle si l’objectif mondial de la Santé pour tous mis en œuvre sur la base des soins de santé primaires (SSP) veut être atteint. C’est l’idée défendue par Aigboje Aig-Imoukhuede, banquier nigérian et fondateur / président de Coronation Capital Limited et de ses sociétés affiliées, Coronation Asset Management Ltd et Trium Ltd. Il a fondé Africa Initiative for Governance en 2014. Interview

 

Peu d’avancée sur le continent depuis la Déclaration d’Alma Ata des Nations Unies de 1978, qui identifiait les SSP comme une condition nécessaire à l’accès universel à des niveaux acceptables de soins de santé. Le continent est toujours aux prises avec des problèmes de base, notamment le renforcement des capacités des institutions de formation; instituer des régimes d’assurance maladie à couverture universelle; déployer la technologie; mettre à jour les politiques nationales de santé et bien d’autres. ABCHealth, coalition de chefs d’entreprise et d’entreprises africains axées sur de meilleurs résultats en matière de santé pour le continent africain, a été créée par la Fondation Aliko Dangote et GBCHealth pour relever des défis de l’accès de la santé pour tous. Son président, Aigboje AigImoukhuede, ancien PDG d’Access Bank Plc, qui est l’un des principaux moteurs de ce programme en sa qualité de président d’ABCHealth et de GBCHealt, défend un nouveau programme audacieux visant à transformer le secteur des soins de santé primaires du Nigéria nommé « Le programme Adoptez un établissement de santé primaire  » (ADHFP). Explications.

Quelle est votre vision de l’ADHFP? Quel est le calendrier prévu pour la création / mise en œuvre et, surtout, quel est l’impact potentiel pour le Nigéria et l’Afrique en général?

Le programme « Adoptez un établissement de soins de santé  » (ADHFP) est motivé par ma conviction que le continent africain continuera à porter le fardeau douloureux et honteux d’une mortalité élevée par maladie longtemps après que le reste du monde ait surmonté ces défis à moins que nous attaquer au mauvais état des systèmes de santé au niveau primaire. L’objectif est d’établir une chaîne de centres de soins de santé primaires (SSP) dans les 774 zones de gouvernement local du Nigéria et d’appliquer des réformes fondées sur le marché pour fournir des services de santé à faible coût et à des normes décentes aux pauvres et aux vulnérables. Nous prévoyons d’achever la phase de conception du programme d’ici le troisième trimestre 2020 et de commencer les projets pilotes avant la fin de l’année. L’ADHFP est une initiative multi-impact avec plusieurs avantages, notamment la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile, la création d’une plate-forme pour les opportunités d’emploi dans le secteur, l’amélioration des opportunités d’entrepreneuriat et des start-ups axées sur la santé, l’amélioration de la responsabilité du secteur public, l’autonomisation des femmes, adoption accrue de la micro-assurance maladie ainsi que des réformes réussies des politiques de santé.

Comment la pandémie C19 a-t-elle influencé cette décision ? 

L’ADHFP a été conçu au début de 2019 bien avant que j’aie jamais entendu parler du mot «coronavirus». Fait intéressant, tout en défendant la campagne en direct sur l’objectif mondial des citoyens du monde à Davos en janvier, j’ai fait valoir qu’il est inacceptable que l’Afrique continue de souffrir des effets de pandémies comme le VIH / sida et le paludisme longtemps après que le reste du monde les ait éradiquées. J’ai dit que les Nigérians et les autres parties prenantes doivent lancer un mouvement pour relancer notre secteur de la santé en difficulté en commençant par réparer les 80% de nos 30 000 établissements de soins de santé primaires, qui sont actuellement dans le coma. Le COVID-19 est une plate-forme brûlante pour le changement et la réforme dans le secteur de la santé en Afrique.

Avec le COVID-19 braquant les projecteurs sur les faiblesses et les insuffisances de notre système de santé, la pandémie a simplement renforcé, avec un effet dévastateur, les raisons pour lesquelles l’ADHFP a été conceptualisé en premier lieu. Alors que la pandémie se propage, il est devenu évident pour les Nigérians que notre système de santé primaire doit être réparé de toute urgence; sinon, notre peuple continuera de mourir inutilement.

Pourquoi une initiative menée par le secteur privé? 

Le bilan du gouvernement en matière de dépenses annuelles de santé est bien en deçà des 15% de la Déclaration d’Abuja pour faire face au lourd fardeau du VIH, du sida, de la tuberculose et du paludisme convenu par les chefs d’État africains en 2001. Défis des recettes en raison des prix mondiaux des produits de base ainsi que la mauvaise gouvernance et la corruption ont également limité les dépenses de santé du gouvernement. Le financement doit provenir d’autres sources telles que l’aide étrangère et le secteur privé. Mais au-delà du financement, le secteur de la santé primaire du Nigéria relève en grande partie de la responsabilité du gouvernement local, qui souffre d’une faible capacité, d’une mauvaise gouvernance et d’une absence de responsabilité.

Donc, au-delà du financement, nous continuerons à réaliser des performances épouvantables au niveau des soins de santé primaires sans l’implication de citoyens capables et engagés dans le fonctionnement et l’administration de notre système de santé primaire, d’où la nécessité d’une participation organisée du secteur privé. Le programme sera mis en œuvre comme une initiative du secteur privé. ADHFP sera parrainé par des investisseurs providentiels qui pourraient être des particuliers ou des institutions. Chaque «ange» assumera la responsabilité d’un ou plusieurs SSP. Ils construiront et exploiteront les SSP pendant la période d’adoption selon des règles et des directives strictes. Un travail sérieux est en cours pour faire de cette vision une réalité.

Le travail est dirigé par l’Alliance du secteur privé pour la santé du Nigeria (PSHAN) fondée par Aliko Dangote, Jim Ovia, moi-même et un certain nombre d’organisations notables qui se sont imposées comme des acteurs sérieux dans le domaine de la philanthropie nigériane et se sont ralliées à la cause. Il s’agit de: Global Citizen, Africa Business Coalition for Health (ABCHealth), Bill & Melinda Gates Foundation, Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Banque mondiale, International Finance Corporation (IFC), MTN Nigeria Plc, Dangote Group, Zenith Bank , Banque d’accès, Banque Stanbic-IBTC, PwC, Cisco, Fondation Ford, Bourse nigériane, Flying Doctors Nigeria, Pratique de l’Afrique, Cedar Advisory Partners, GBCHealth, Fédération de la santé du Nigéria, Droit de la santé, Eti-Osa Local Government, JNC International Ltd , Johnson & Johnson, Justice in Healthcare, gouvernement de l’État de Lagos, MSD for Mothers, Nigeria Economic Summit Group (NESG), ONE Campaign, PharmAccess Foundation, Women-At-Risk International Foundation ainsi que la SSA au président sur les objectifs de développement durable entre autres.

Quelle est votre vision de la pérennité de ces programmes au-delà de la «période d’adoption» par les anges? Comment ces éléments s’intégreront-ils au système actuel du MOH?

Alors que les acteurs du secteur privé ont un rôle visible à jouer dans la prestation des soins de santé, la fourniture de soins de santé au Nigéria est une responsabilité concurrente des 3 niveaux de gouvernement du pays. Étant donné que les SSP sont intégrés dans le système politique du Nigéria, une bonne compréhension du système et une navigation sûre par ses acteurs sont des conditions préalables au succès. Il est essentiel de rester clairvoyant sur les limites des réformes publiques défendues par le secteur privé. Sans les champions du gouvernement, les réformes du secteur de la santé échoueront. Nous travaillerons avec des acteurs à différents niveaux de gouvernement, en particulier au niveau de l’État, où le levier de la réforme est le plus grand et où les dépenses seront effectuées. Les champions de la réforme au sein du gouvernement devraient être identifiés et engagés vigoureusement aux niveaux des présidents des gouvernements locaux, du Forum des gouverneurs nigérians, des ministères fédéraux et d’État de la Santé, de l’Assemblée nationale et de la présidence pour plaider en faveur d’un engagement politique accru pour exécuter les changements et faciliter l’efficacité du primaire. Prestation de soins. Pour garantir que l’ADHFP s’intègre parfaitement dans le système juridique du Nigéria, notre phase de conception comprend une évaluation approfondie du paysage réglementaire, institutionnel et juridique pour identifier les réglementations, la législation et les réformes en cours qui soutiendront ou entraveront la mise en œuvre de l’ADHFP.

Voyez-vous cela comme un modèle reproductible pour d’autres pays africains?

L’ADHFP est une initiative révolutionnaire, innovante et dirigée par le secteur privé, mais il existe un certain nombre de risques et de défis associés à son élaboration et à sa mise en œuvre. Pour le moment, le risque le plus important est la pandémie COVID-19 en cours, avec des effets connexes découlant des restrictions de mouvement, des risques pour la vie et des dommages à l’économie nigériane.

Heureusement, un certain nombre de stratégies éprouvées de continuité des activités ont émergé que nous pouvons appliquer pour atténuer les risques de pandémie. Un autre risque clé à atténuer est la perte d’enthousiasme possible des sponsors, des donateurs et des partenaires d’exécution de l’ADHFP. Ce sont des parties prenantes essentielles à la mission dont l’intérêt doit être soutenu par les hauts et les bas de la mise en œuvre des réformes. Une grande confiance sera placée sur notre capacité à engager les cœurs et l’esprit des donateurs et des partenaires d’exécution. L’adoption des meilleures pratiques en matière de gestion de projet, l’obtention de victoires rapides et la réalisation réussie des objectifs du programme contribueront grandement à garantir que nos anges maintiennent le cap. Un autre risque est la désinformation sur l’ADHFP.

Pour atténuer ce problème, une stratégie de communication efficace sera élaborée pour s’assurer que les communautés hôtes des SSP sont portées à bout. En outre, les institutions traditionnelles, la société civile et les médias seront portés par des canaux traditionnels et technologiques. Des consultations approfondies des parties prenantes avec les acteurs actuels et passés au niveau de l’État et du gouvernement local sont également en cours avec l’intention délibérée de les amener à soutenir l’ADHFP. Une fois que nous aurons démontré que nous pouvons gérer efficacement ces risques, je suis convaincu que l’ADHFP deviendra un modèle de référence pour renforcer la prestation des soins de santé primaires à travers le Nigéria. En effet, à travers l’Africa Business Coalition for Health (ABCHealth), nous avons l’intention que l’initiative devienne une stratégie phare de développement de la santé communautaire en Afrique.

Votre héritage comprend la construction et le renforcement des marchés financiers et des capitaux à travers l’Afrique. La réinvention du système de santé est-elle la pièce manquante sur la voie d’un Nigéria plus prospère?

Il y a beaucoup de pièces manquantes nécessaires pour résoudre le casse-tête nigérian et je ne prétends pas être en mesure de fournir des réponses à toutes. J’essaye seulement de répondre à certaines d’entre elles en utilisant le temps et les ressources que le Dieu Tout-Puissant m’a donné.

Quel est votre appel à l’action?

Il faut du leadership pour qu’une communauté atteigne son plein potentiel. Je sais que chacune des 774 collectivités locales du Nigéria a la chance d’avoir des citoyens qui ont la capacité de transformer la qualité des soins de santé primaires offerts à leur population. Unissons nos forces et devenons partenaires dans l’entreprise de sauver des vies!

 

 

Ce message est également disponible en : Anglais