Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneLe dossier du mois

Interview Kanayo Awani “ Le manque d’accès aux informations sur le commerce et les marchés est l’une des principales raisons du faible niveau du commerce intra-africain””

Dédiée au commerce intra-africain, Afreximbank est aux premiers rangs des promotteurs de la ZLECA. A ce titre, elle organise en septembre prochain l’ Intra-African Trade Fair (AIF 2020). Explications avec Kanayo Awani, directrice de l’Intra-African Trade Initiative d’Afreximbank.

 

En tant qu’institution dédiée au commerce intra-africain, vous êtes au cœur du processus de création d’un marché commun africain. Quelles sont les principaux défis à la mise en place de la ZLECA ?

 Le commerce intra-africain est essentiel pour libérer le potentiel commercial de l’Afrique. Or le manque d’accès aux informations sur le commerce et les marchés est l’une des principales raisons du faible niveau du commerce intra-africain. Les Égyptiens ont besoin de savoir que les Éthiopiens se lancent dans la fabrication et ont besoin de compétence. Pour cela, il faut s’ouvrir, il faut faire circuler les informations pour que les acteurs économiques apprennent à connaitre le marché et leurs partenaires.

  

Comment contribuez-vous à sa mise en place ?  Quels sont les outils que vous proposez ?

 

Il y en a tellement.Il y a l’institution elle-même. Nous avons un certain nombre d’instruments qui ont été introduits. Cela ne réussirait pas si nous n’avions pas la plateforme que nous avons maintenant. Ce sont des choses simples, comme vous le savez. Il y a également la question du paiement et du règlement intra-africains. Nous essayons également d’organiser des conférences locales, en Afrique du Nord, au Nigéria en juillet de l’année dernière. Ce sont quelques-unes des initiatives que nous avons lancées, depuis deux ans que nous travaillons sur ce projet.

 

C’est dans ce contexte que vous organisez, en septembre prochain, l’AITF, quelle est l’idée de ce RDV ?

 

L’IATF 2020 se tiendra du 1er au 7 septembre 2020, avec 6 axes principaux. Il est entièrement tourné vers l’industrie. Le défi de l’AfCFTA se situe au niveau du manque d’informations sur le commerce et les marchés. Il s’agit donc de rapprocher acheteurs et vendeurs. Ces acheteurs et vendeurs seront des investisseurs, donc il y a une foire, mais également des conférences. Nous attendons à réunir toutes les parties prenantes et je pense que la plus importante est l’AfCFTA. Ils ont vu cet événement comme une opportunité de mettre en place un dialogue de bonne qualité.

 

Pour en savoir plus : https://www.intrafricantradefair.com

 

Ce message est également disponible en : Anglais