Le dossier du mois

Interview Delphine Remy-Boutang « L’inégalité homme-femme coûte 95 milliards de dollars chaque année à l’Afrique ! »

Depuis 2013, la Journée de la Femme Digitale (JFD) célèbre l’innovation au féminin, et invite les femmes à d’oser, innover, entreprendre & construire un monde meilleur, plus juste et plus créatif grâce au digital. Et cette année, pour la première fois, le RDV parisien sera suivi d’une édition spéciale Afrique, le 13 juin 2019, à Dakar. Delphine Remy-Boutang, serial entrepreneure « engagée » et fondatrice de la JFD en livre les enjeux à ANA.

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed

Delphine, vous vous définissez comme une serial entrepreneure « engagée ». En faveur de l’entreprenariat féminin notamment. Qu’est ce qui vous a amené à défendre cette cause ?

J’ai commencé ma carrière chez EURO RSCG Paris. En 1997, j’ai quitté Paris pour m’installer à Londres pour parfaire mon anglais. Je reviendrai 14 ans plus tard. Entre temps, j’aurai été directrice marketing puis directrice de la communication de la zone Europe, Middle East– Africa, et directrice social media worldwide où je vais notamment coordonner et réussir la transition  d’IBM vers l’adoption des médias sociaux. Finalement, en janvier 2012, je quitte l’entreprise pour fonder à Londres the bureau, un cabinet de conseil en stratégie digitale, avant d’ouvrir en mars 2013 un autre bureau à Paris pour développer les activités d’agence de communication digitale.

A chaque fois que je participais à des conférences autour du thème de la transformation digitale des entreprises, des médias sociaux, de l’innovation, j’étais la seule femme. Il n’était plus possible que nous soyons si peu visibles dans ce secteur qui représente le futur.

C’est la vocation de la Journée de la Femme digitale ?

Le concept de la Journée de la Femme Digitale, fondé en 2013, est d’organiser un événement dédié à l’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat au féminin pour donner envie aux femmes, d’oser, d’innover, d’entreprendre (ou intraprendre) grâce au digital, aux nouvelles technologies et de créer un monde plus juste et plus créatif. D’après Syntec Numérique, le syndicat professionnel du numérique, elles ne représentent en France que 28 % de ces métiers. Seules 10 % des start-up sont cofondées par des femmes, qui lèvent aussi deux fois moins de fonds que les hommes. Pourtant, dans les années 1970 quand le numérique s’est développé, les photos des premiers ordinateurs montrent des femmes aux commandes. Ada Lovelace a été la première programmatrice informatique. On doit à Grace Hopper la découverte du « bug », à Margaret Hamilton le logiciel de la NASA qui a permis à l’homme de marcher sur la Lune. Mais quand l’informatique a pris ses lettres de noblesse, les hommes s’y sont engouffrés, renvoyant ces pionnières dans l’ombre. Il est urgent de rendre à Margaret ce qui appartient à Margaret. C’est pourquoi nous avons créé un prix à son nom pour les femmes qui créent le futur. Si on ne fait rien, il faudra attendre 2186 pour atteindre l’égalité hommes femmes dans tous les domaines. Stop.  L’année dernière, le prix “Les Margaret” a été remis par Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes à trois femmes – Céline Bardet, Prix spécial du Jury, Lucie Basch; Femme Digitale Entrepreneure de l’année 2018, et Siham Laux, Femme Digitale Intrapreneure de l’année 2018 – qui incarnent par leurs projets comment le digital peut être au service d’un monde meilleur. Avec le succès de sa dernière édition, qui a enregistré plus de 25 000 participants auditeurs et téléspectateurs, plus de 60 intervenants de haut-niveau, et plus de 200 entreprises participantes, on peut dire que la Journée de la Femme Digitale est devenu un rendez-vous annuel incontournable du grand public, des acteurs de l’économie numérique et de l’innovation au féminin.

Et cette année, vous proposez une édition spéciale Afrique. Un continent où l’entreprenariat féminin se vit de plus en plus en mode 3.0 ?

La JFD19 sera une édition spéciale Afrique, où nous reviendrons sur l’impact de la digitalisation de l’Afrique sur les femmes et mettrons en lumière les héroïnes de l’entrepreneuriat numérique et les innovations/tendances Tech du continent. La prochaine édition porte pour thème « Elles changent le monde ». Avec en effet cette année, 2 rendez-vous, 17 avril 2019 à Paris et le 25 avril 2019 à Dakar. En s’étendant sur un continent où les nouvelles technologies sont en plein développement et représentent ainsi un enjeu socio-économique déterminant, la #JFD19 élaborera un programme spécifique pour donner la parole aux entrepreneurs qui imaginent, mettent en oeuvre des solutions concrètes et participent activement à la croissance du continent africain. L’Afrique est le continent le plus dynamique en termes d’entrepreneuriat au féminin et fait figure de modèle : 26% des femmes en Afrique subsaharienne sont entrepreneures et sont donc des vecteurs de croissance économique. S’ajoute à cela, des opportunités exceptionnelles pour les femmes dans le secteur du numérique au sein de ce startup continent en construction.

Nous avons le soutien du Consulat Général du Sénégal à Paris qui fluidifie les échanges avec le gouvernement pour d’éventuelles participations de l’Etat. Nous prévoyons également une participation des plus grandes personnalités du numérique et de l’entrepreneuriat au féminin. Il s’agit de montrer comment les femmes entreprennent dans ce continent. Il est important aussi de rappeler que l’inégalité homme-femme coûte chère à l’Afrique, plus de 95 milliards de dollars chaque année. On doit parler chiffres, business, en montrant ces femmes qui entreprennent et produisent plus de 60% des biens du continent.  C’est cela qui nous intéresse, cette vision plurielle, en quoi la diversité peut servir l’innovation, et comment déployer le réseau, mettre en lumière des rôles modèles, et apprendre également finalement de ces femmes qui avec peu de moyens font beaucoup pour bâtir un monde meilleur.

Pour en savoir plus : lajourneedelafemmedigitale.fr

—> Vidéo best-of de La Journée de la Femme Digitale 2018, ici : http://bit.ly/2wNhBSX

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe