Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Le dossier du mois

Interview Cédric Filet  » Areebajobs, un matching automatique des CV et des offres d’emploi grâce à l’IA »

Le Bordelais Cédric Filet, créateur de l’entreprise Aldelia, fait évoluer depuis une quinzaine d’années le recrutement et le marché du travail africain grâce à un réseau local présent dans 13 pays du continent et des outils digitaux innovants.

 Propos recueillis par DBM

 

Cédric Filet, CEO Adelia-DR

 

Pouvez-vous nous présenter Aldelia ?

 

Aldelia est une entreprise de recrutement présente dans le monde entier et surtout en Afrique. Nous gérons le recrutement, les contrats de travail, les fiches de paye, les taxes, la couverture sociale et médicale, les plans retraite, de formation… Nous avions commencé en accompagnant des sociétés britanniques à se développer en Afrique francophone, pensant que la barrière de la langue était un vrai blocage. Rapidement, nous avons constaté que ce n’était pas la seule barrière et en voyant que notre modèle fonctionnait nous nous sommes développés à travers le continent. Aujourd’hui nous avons des opérations dans 13 pays africains, aussi bien francophones, anglophones que lusophones. Nous intervenons dans des secteurs d’activité très variés de l’agrobusiness à la tech en passant par la finance ou la logistique. Nous recrutons aussi bien des cols bleus que des cols blancs, des talents diplômés, ou non. Par notre présence panafricaine, nous sommes en mesure d’accompagner nos clients sur un ou plusieurs pays en fonction de leurs besoins. Au fil des années et des besoins de nos clients, notre positionnement est devenu très généraliste, capable d’accompagner aussi bien des start-ups de la Fintech que des grandes sociétés internationalescomme Microsoft, Coca-Cola, Nestlé, Ab Inbev, Fujitsu, Cisco, Total, Société Générale, Vale, et beaucoup d’autres.

 

Comment évolue le marché du travail en Afrique et quelles solutions sont proposées par Adelia ? 

 

De nombreuses sociétés internationales s’aperçoivent qu’il est nécessaire de se développer sur le continent africain. Leur expansion ne passera pas sans une présence forte en Afrique et ce serait une erreur stratégique de penser autrement. Par habitude ou méconnaissance, elles nous demandent de recruter des expatriés. Notre priorité est de leur montrer qu’il est entièrement possible de trouver des profils hautement qualifiés localement. Et ces sociétés comprennent rapidement que le meilleur moyen de se développer sur le continent, d’appréhender sa complexité, ses nuances et ainsi assurer leur succès, c’est ce recrutement local. Nous travaillons également de plus en plus avec la Diaspora dont un nombre croissant de membres désirent revenir ou venir en Afrique.

Je pense que notre réussite s’explique d’abord par une présence locale, avec des bureaux locaux et du personnel local. Beaucoup voient encore l’Afrique comme un seul pays, sans comprendre que chaque pays est unique, avec sa ou ses langues, sa culture, son histoire, sa cuisine et ses problèmes ! Le multiculturalisme au sein d’Aldelia, nous permet d’aborder ces différences avec justesse et succès. Le transfert de compétences entre nos équipes est également très important dans notre réussite. Par exemple, notre équipe de management nigériane a été formée à Londres. Une fois formée elle a formé l’équipe Ghanéenne, qui, elle, a formé l’équipe mozambicaine et ainsi de suite. Enfin, à cette présence physique sur le terrain nous avons associé des outils digitaux qui nous permettent d’aller plus vite et plus loin. Sans outils digitaux, nous ne pourrions pas suivre le rythme de croissance de l’Afrique. Imaginez, 20 millions d’Africains entrent tous les ans sur le marché du travail soit 1,6 million par mois et 80 000 par jour ! Pour vous donner une idée, Aldelia, en 15 ans, a généré entre 50 000 et 55 000 emplois. Si à notre échelle c’est un chiffre honorable, à l’échelle du continent cela ne répond même pas aux besoins des demandeurs d’emploi sur une journée !

 

C’est dans ce sens que vous-avez développé une nouvelle plateforme qui fait appelle à l’intelligence artificielle…

 

Afin de faire face à ce volume croissant de demandeurs d’emploi, au nombre de CV qui inondent nos boites mail à chaque annonce postée, mais également dans un souci d’égalité des chances, nous avons développé Areebajobs. C’est une plateforme digitale qui utilise l’intelligence artificielle pour rendre les procédures de recrutements plus efficaces grâce à un matching automatique des CV et des offres d’emploi. Pendant la période du Covid-19, nous avons décidé d’externaliser cet outil permettant ainsi son utilisation à nos clients et leur donnant accès à une base de données commune des talents africains. Ce dispositif permet finalement de développer la visibilité, l’employabilité mais aussi l’autonomie des candidats, qui peuvent interagir directement avec les entreprises qui recrutent. Nous avons estimé le gain de temps pour un recruteur utilisant cette plateforme, à près de cinq jours. Grâce à Areebajobs, nous sommes également à même d’analyser les compétences et capacités de chacun afin de mettre en place un plan de formation adapté et de développer l’employabilité des candidats.

 

Reste cet équilibre à trouver entre les niveaux de formation et les besoins du marché …

 

Clairement, et pas seulement pour le groupe mais pour l’Afrique ! C’est pour cela que nous développons un observatoire des compétences afin de savoir exactement quelles sont les compétences et les capacités présentes et ce dont les sociétés ont besoin pour faire correspondre l’offre et la demande. C’est en ayant cette visibilité claire des forces en présence que nous pourrons adapter et mettre en place une stratégie de formation ciblée ainsi que des plans de carrière pour les populations locales. C’est le seul moyen de relever le défi majeur de la création d’emplois. Nous pourrons également accompagner les sociétés dans leur développement et anticiper leurs futurs besoins par le biais de la formation. Des partenariats sont déjà en cours de discussion avec de grands noms internationaux pour donner accès au plus grand nombre possible de formations.

 

 

Ce message est également disponible en : Anglais