A la uneParcours

Interview Boutheina Guermazi « Les femmes et les hommes doivent avoir les mêmes opportunités d’accès au numérique »

La Tunisienne Boutheina Guermazi est ce qu’on pourrait appeler “Mme numérique“ de la Banque mondiale, institution qu’elle a rejoint en 2004. Dans cette interview, elle évoque son expérience dans le secteur du numérique, sa mission au sein de la Banque mondiale, et surtout l’importante que cette dernière accorde à l’inclusion numérique des femmes, des populations pauvres et des communautés rurales. Interview.

 

 

Avant d’évoquer les femmes et le numérique, parlez-nous de vous : votre parcours et votre mission au sein du département numérique à la Banque mondiale…

 

Je suis née et grandi en Tunisie, pays qui mise aujourd’hui beaucoup sur la transformation numérique. Dès 1999, la Tunisie avait créé une commission nationale du commerce électronique. Une décennie plus tard, en 2018, le pays a adopté le « Startup Act », un cadre règlementaire inédit visant à promouvoir l’entreprenariat numérique. Mais la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a encore du chemin à faire pour promouvoir l’inclusion numérique, où 280 millions d’individus n’ont pas encore la possibilité de tirer parti des technologies numériques. Or, la pandémie nous a montré combien l’accès au numérique est important.

 

Lorsque j’étais étudiante, l’Internet était à ses premiers pas, et j’ai jeté mon dévolu sur le droit public. C’est au cours de mes études que j’ai développé mon intérêt pour la régulation des télécommunications, un domaine que j’ai approfondi en complétant mon doctorat à McGill.

 

« Mes équipes soutiennent les gouvernements des pays en voie de développement afin qu’ils accélèrent leur transformation numérique »

 

Après un passage à l’Union internationale des télécommunications (UIT), j’ai rejoint la Banque mondiale en 2004 en tant qu’experte des politiques de soutien au secteur des technologies de l’information et de la communication. Concrètement, mon rôle était d’appuyer les gouvernements africains dans leur plan d’expansion de l’accès à la téléphonie mobile et à Internet pour toutes et tous. A l’époque, il s’agissait littéralement de connecter certains pays au World Wide Web.

 

J’ai progressivement évolué dans des rôles de management jusqu’à devenir la directrice en charge de développement numérique. En quelques années, notre approche a changé pour suivre les évolutions du secteur. D’ailleurs, il est plus juste de parler d’économie numérique que de secteur numérique puisque tous les secteurs sont aujourd’hui « irrigués » par l’innovation numérique.

 

Mes équipes soutiennent les gouvernements des pays en voie de développement afin qu’ils accélèrent leur transformation numérique, tout en insistant sur l’inclusion numérique, notamment celle des femmes, des populations les plus pauvres, des communautés rurales, des jeunes et des personnes en situation de handicap.

 

Dans le cadre de votre mission, avez-vous un programme relatif aux femmes entrepreneures numériques ? Quels sont les défis auxquels ces femmes sont confrontées et comment mieux les soutenir ? Comment vous, à travers la Banque mondiale, les accompagnez-vous ?

 

Promouvoir l’accès des femmes et des filles au numérique constitue le cœur de notre mission, et nos projets cherchent systématiquement à inclure la dimension du genre. Nous venons d’ailleurs de finaliser notre stratégie sur l’accès des femmes au numérique qui met notamment l’accent sur l’importance des compétences numériques pour promouvoir l’entreprenariat des femmes. Ceci est d’autant plus important dans le contexte actuel où le numérique joue un rôle absolument fondamental en facilitant l’accès à des services essentiels comme l’éducation, la santé ou les allocations monétaires.

 

Par exemple, au Nigeria, dans l’Etat de Kaduna, Click on Kaduna, un programme pilote financé par la Banque mondiale avec le soutien de la fondation Rockefeller, a offert des formations aux métiers numériques à des jeunes femmes. Celles-ci avaient aussi accès à des repas gratuits et la possibilité de faire garder leurs enfants, car il est essentiel de prendre en compte le contexte social qui empêche souvent les femmes de suivre telles formations.

 

Pendant la pandémie, nous avons constaté qu’un grand nombre de jeunes femmes qui avaient suivi ce programme ont pu continuer à travailler grâce à leurs compétences nouvellement acquises. Ce programme fut un tel succès qu’il sera étendu.

 

Un programme similaire a également été mis en place au Kosovo dans le cadre du programme WoW (Women in online Work).

 

Enfin, nous avons établi un partenariat avec CES, le grand Salon de la tech, et lancé le Global Tech Challenge : Solutions for Women, qui vise à réduire la fracture numérique entre hommes et femmes. Les vainqueurs de ce tech challenge sont 3 organisations qui sont parvenues à démocratiser l’accès à Internet et booster l’entreprenariat féminin : Bridge for Billions, MicroMentor et Soochnapreneur.

 

C’est à ce titre que vous avez rejoint l’aventure JFD Afrique…

 

C’est un grand honneur pour moi que de faire partie de cette aventure. En tant que femme évoluant dans l’univers de la tech, je trouve inconcevable de vivre dans un monde à deux vitesses où les femmes et les filles n’ont pas autant d’opportunités que les hommes en matière d’accès au numérique. Ceci est d’autant plus vrai que les inégalités numériques exacerbent d’autres inégalités comme l’accès au marché du travail, à l’éducation, à la santé et aux finances.

 

Pour conclure, les femmes entreprennent en Afrique non pas par vocation mais par nécessité, et très majoritairement dans l’informel. Qu’est-ce que le numérique offre comme opportunités aux femmes entrepreneures en Afrique ? 

 

C’est exactement ce qu’il faut changer. Il ne s’agit pas simplement de donner aux filles et aux femmes un accès aux technologies numériques. Il faut faire en sorte qu’elles ne deviennent pas simplement utilisatrices mais actrices du numériques et créatrices de contenu et de revenus.

 

Connecter les femmes entrepreneures au numérique, c’est leur ouvrir des marchés et des opportunités.

 

 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe