Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Le dossier du mois

Interview Babacar Diagne président du CDES « Nous sommes la locomotive de l’émergence du Sénégal »

Babacar Diagne est président du Conseil des entreprises du Sénégal (CDES), une formation patronale dont la vocation est d’accompagner les micros, petites et moyennes entreprises. Soit plus de 90 % des entreprises locales. Par ailleurs, CEO d’Entreprise Générale Sénégalaise, Eges (génie civil, assainissement et énergie & services), il livre à ANA une analyse du secteur privé sénégalais, acteur clé de la transformation en cours dans le pays. 

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed

Quelle est la mission du Conseil des entreprises du Sénégal (CDES), que vous présidez ?

Le Cedes est une organisation patronale qui regroupe des micro, petites et moyennes entreprises sénégalaises. 25 000 acteurs qui évoluent dans l’ensemble des secteurs économiques.  Notre association représente des chefs d’entreprises dans les instances décisionnelles nationales, dans les sous-régions et à l’internationale. Ensemble, nous construisons un Sénégal Émergent fort et dynamique dès aujourd’hui.

Accompagnez ces micro et petites entreprises c’est contribuer à l’émergence du Sénégal selon vous ? 

Nous sommes la locomotive de l’émergence. Et nous, le Cedes, nous sommes la locomotive de l’émergence des TPME au Sénégal par nos actions concrètes. Nous sommes tous convaincus que le Sénégal Émergent à l’horizon 2035 se fera par le biais d’un tissu fédérateur des Micros, des Petites et Moyennes entreprises.

La particularité du Cedes réside dans le fait que c’est la seule organisation patronale qui a pour cible les micro, petites et moyennes entreprises. Il faut souligner que le tissu des PME sénégalaises est constitué de 97% de micro et petites entreprises. Et c’est la mission que nous nous sommes donnés, de les accompagner, en leur apportant l’accès à l’information économique, en leur proposant des modules de formation pour renforcer leurs capacités, pour leur permettre de créer plus de valeur ajoutée, de richesse, et ainsi pour plus de croissance au Sénégal. C’est pourquoi le CDES compte sur la participation de ses membres pour mettre en place avec eux, les patrons d’aujourd’hui et de demain, des projets innovants et créateurs d’emplois massifs.

Notre projet phare la MES, la Maison de l’Entreprises du Sénégal pour les TPME, nous avons lancer  JOKKO PME pour que nos membres puissent échanger des connaissances, trouver et offrir leurs produits et services. Nous proposons également des AfterWork pour créer des opportunités d’affaires. Sans oublier nos nombreuses rencontres économiques B2B …

C’est à ce titre que vous participiez aux Rencontres Africa ?

J’ai au cours des années précédentes conduit la délégation officielle du Sénégal aux Rencontres Africa. Une participation qui a créé des résultats. Elles ont permis à des entreprises sénégalaises de nouer des partenariats. Et d’avoir de nouveaux marchés dans beaucoup de domaines. Les entreprises françaises rencontrées l’année dernière sont venues au Sénégal et nous leur avons facilité l’accès à certains marchés. C’est ce que nous faisons ici, un partenariat où chacun est gagnant. A travers des joint-ventures, du transfert de compétence, nous développons l’import et l’export. Afin que l’on puisse vendre des produits sénégalais sur le marché européen avec l’aide des entreprises françaises et vice et versa.

Pour en savoir plus : http://www.cdes.sn/