ActualitéArchives

Interview Abdelmalek Alaoui « La stratégie n’est rien sans exécution « 

Alors que Dakar accueille les 21 et 22 juin 2018, la troisième édition d’Africa Convergence, son instigateur, Abdelmalek Alaoui livre les objectifs de cette rencontre. Passer de la vision à la concrétisation.

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed

Africa Convergence annonce sa troisième édition à Dakar le 21 et 22 Juin 2018 sous le thème  « Attractivité, Transformation & Émergence : le trio gagnant de l’exécution stratégique ». Quel est l’objectif de cette rencontre ?

Comme pour les éditions précédentes de Paris et Casablanca, Africa Convergence ambitionne de mélanger penseurs, acteurs, et commentateurs pour appréhender un sujet important pour le continent de manière originale. Pour cette édition de Dakar, nous avons choisi de mettre l’accent sur la thématique de l’exécution, qui est souvent reléguée au deuxième plan par rapport à la stratégie, qui est considérée comme plus « noble » par les pouvoirs publics et les institutions privées. Or, la stratégie n’est rien sans exécution efficace. Notre objectif est donc d’approfondir ce sujet et d’identifier grâce à nos 30 speakers de premier plan les défis à relever en ce domaine.

Pourquoi le choix de Dakar pour accueillir cette rencontre ?

Dakar est un carrefour important de l’Afrique de l’Ouest, et le Sénégal, de manière générale, connaît une dynamique intéressante, avec une accélération notable de son développement. À ce titre, nous suivons le pays avec beaucoup d’attention sur le plan éditorial au sein de La Tribune Afrique. La capitale sénégalaise s’est donc imposée naturellement pour cette troisième édition.

Combien de participants attendez-vous ?

Nous attendons autour de 300 participants, essentiellement des membres éminents de la communauté d’affaires et du monde politique, mais également un certain nombre de participants internationaux, qui sont aujourd’hui de l’ordre d’une soixantaine, incluant nos panélistes.

Quel bilan avez-vous tiré des deux premières éditions ?

La première leçon est qu’il nous faut continuer à cultiver notre singularité et notre positionnement, condition sine qua non du succès de ces conférences.  Africa Convergence n’est pas une rencontre de capitaines d’industrie installés dans un entre-soi. Il y a, bien entendu, de grands CEO qui seront présents comme Pascal de Izaguirre (Corsair), Patrice Fonlladosa (Veolia), Said Ibrahimi (CFC), Samira Khamlichi (Wafacash), mais nous accueillons aussi des architectes vedettes comme Mokena Makeka, la patronne de la fondation Dangote, le philosophe Souleymane Bachir Diagne. Notre objectif est d’ouvrir le champ des possibles à travers des échanges qui réunissent des personnalités fortes qui n’ont jamais l’occasion de dialoguer et de confronter leur pensée.


 

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed