ActualitéArchives

INCLUSION FINANCIERE Vers un même modèle dans l’UEMOA

Un document cadre de stratégie régionale d’inclusion financière a été adopté en vue d’une uniformisation de la démarche dans l’espace UEMOA par les Etats membres. Pour ce faire, 20 milliards de FCFA ont été prévus pour son financement.

Initiative de la BCEAO, cette feuille de route commune va passer en revue toutes les priorités devant permettre d’ici l’horizon 2021, de relever les défis identifiés en termes d’amélioration de l’inclusion financière. Parce qu’il ressort des travaux, un lien étroit entre le taux d’inclusion financière et l’indice de développement humain (IDH) qui symbolise l’essor économique et social d’un pays. En effet, les 5 premières nations au monde ayant l’indice IDH le plus élevé ont également un taux d’inclusion financière de presque 100%. Tout le contraire des 5 derniers pays ayant l’indice IDH le plus faible qui présentent des taux d’inclusion situés entre 7 et 14%. Avec des indices IDH très faibles, les pays de l’espace UEMOA avaient donc tout intérêt à harmoniser leurs visions pour aller vers une inclusion financière. Cela au regard des avantages : « l’accès aux services financiers ouvre des portes aux familles, en leur permettant de lisser leur consommation et d’investir dans leur avenir grâce à l’éducation et la santé, dira Monsieur Furusawa, le directeur général adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), avant de poursuivre, en Asie, des pays tels que la Chine, l’Inde, l’Indonésie mènent une politique qui a rapidement amené des millions de personnes dans le circuit financier général ».

«Même avec la banque mobile, seulement 34% de la population adulte africaine a accès à des services bancaires dans l’UEMOA»

Pour mieux s’approprier la chose, des stratégies nationales d’inclusion financière ont été prises par les états membres de l’UEOMA pour mieux valoriser la demande et l’offre de services financiers. Cette nouvelle stratégie régionale vise en premier lieu les populations rurales, les personnes à faible éducation financière ou encore les jeunes qui sont souvent exclus du système financier classique. Mais du chemin reste à parcourir en matière d’inclusion financière dans l’espace UEMOA en raison du fait que plusieurs petites entreprises n’ont pas accès au financement et la plupart des ménages ne voient pas l’utilité d’avoir un compte bancaire. Un constat partagé par le DGA du FMI : « même avec la banque mobile, seulement 34% de la population adulte africaine a accès à des services bancaires dans l’UEMOA, autrement c’est moins de 18% » relève til. Désormais, la BECEAO vise 75% de la population adulte régionale d’ici 2020.

 


Mouhamed CAMARA