Impact Tarif Extérieur
Impact Tarif Extérieur
ActualitéArchives

Impact Tarif Extérieur Commun : 4% de gains de recettes attendus au Mali

Des effets positifs sont attendus du Tarif Extérieur Commun (TEC) mis en application au Mali, depuis le 1er janvier 2015. Une étude ex-ante de la commission économique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) projette des gains de recettes de 3,88%
La mise en application d’un Tarif Extérieur Commun (TEC) aux 15 Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) devrait avoir un impact globalement positif sur les recettes. Même si les effets du TEC diffèrent d’un pays à un autre, au Mali, des études ont montré un gain de 3,88%. Entré en vigueur le 1er janvier de cette année, le TEC qui, est l’ensemble des taxes applicables aux produits venant d’autres pays, a induit à la fois des réarmements et des désarmements tarifaires en fonction des pays. Mais globalement, des effets positifs ont été notés notamment en matière de commerce intra-régional. Si les échanges entre pays de la zone CEDEAO stagnent à 11%, l’entrée en vigueur du TEC favorisera une contraction des échanges avec les autres pays. Avec le nouveau marché de 300 millions de consommateurs que représente désormais la CEDEAO, l’application du TEC induit également une amélioration de la compétitivité des économies avec des économies d’échelle et un accroissement de l’investissement direct étranger (IDE). Dans les pays, les prix à la consommation vont surtout dépendre du niveau de taxation appliqué sur les produits. Ces taxes sont réparties en 5 bandes avec des taux de 0, 5, 10, 20 et 35% applicables. Ces droits sont à caractère permanent pour certains et temporaires pour d’autres. Le TEC CEDEAO favorise également une plus grande protection des produits agricoles. Elle passe de 12,13% à 17,54%.

Le TEC présente toutefois des limites, car ne concernant que des produits et non des services, alors même que ces derniers ont une importance grandissante dans le commerce international dont ils représentent 20 à 25%. Seulement, les effets réels de l’application du TEC ne pourront être connus qu’après la réalisation d’études poussées sur les impacts constatés sur les économies des pays membres. Le TEC n’est que la première étape vers l’interconnexion des systèmes douaniers et l’instauration d’un code des douanes communautaires. Avec un produit intérieur brut de 564,86 milliards de dollars en 2012, la CEDEAO compte 12 pays classés parmi les Pays les moins avancés (PMA). L’économie sous-régionale étant dominée par les trois pays comme le NigEria, le Ghana et la Cote d’Ivoire.

Par Dramane Coulibaly