ActualitéArchives

Harvard Opération inédite en Tunisie

A l’initiative d’un ancien élève, Hazem Ben Gacem, la prestigieuse université américaine, Harvard, a organisé, le 12 mai à Tunis, une journée d’information. Objectif : encourager les jeunes tunisiens à saisir l’opportunité que leur offre Harvard pour changer leur vie, celle de leur pays également.

Par Dounia Ben Mohamed, à Tunis

« Il y a 35 ans, j’étais étudiant comme vous. Un peu perdu. Je voulais aller étudier aux Etats-Unis. Et dieu merci j’ai eu cette opportunité. » 35 ans plus tard, Hazem Ben Gacem, ancien étudiant de Harvard, co-président du fonds d’investissement mondial privé Investcorp, ouvre à Tunis un bureau de Havard. Et afin de mieux faire connaître cet établissement qui figure parmi les plus réputés au monde, il organisait le 12 mai une journée d’information à destination des jeunes mais également des directeurs d’établissements de Tunis. Mais également de Kasserine, Sfax, Sousse et d’autres régions du pays. Pour s’assurer que tous les élèves du pays aient accès à cette information, la rencontre est diffusée en direct sur le web.

« Il n’y a pas un type d’étudiant d’Harvard. Nous devons sentir quelque chose de différent chez vous. »

Maxwell Dikkers, responsable des admissions, a spécialement fait le déplacement pour répondre à toutes les questions des futurs étudiants. Après une rapide, mais plus qu’alléchante, présentation d’Harvard, « le lieu que vous pourrez appeler votre chez vous pour les trois prochaines années. Vous étudierez 4 à 5 heures par jour, le reste de votre temps vous pourrez le consacrer à vos devoirs, vos loisirs ou d’autres activités « . A condition de présenter les qualités requises. Sachant que chaque année, l’école reçoit plus de 40 000 candidatures d’étudiants du monde entier, pour 1600 retenues. « Le meilleur conseil que je peux vous donner est de trouver le moyen de faire la différence. Qui êtes-vous en tant que personne ? Il n’y a pas un type d’étudiant de Harvard. Nous devons sentir quelque chose de différent chez vous. » Et il ajoute : « On a l’habitude de dire que Harvard est très cher. Ce qui est vrai. Mais nous avons des bourses pour les élèves méritants dont les familles ne peuvent soutenir les frais de scolarité. Car il n’y pas que l’école à payer, la nourriture, les livres, les tickets de bus… »

« Vous aurez du temps pour des activités culturelles et politiques »

Pour donner du crédit à ses propos, un étudiant d’Harvard, tunisien originaire du sud du pays, boursier, est également de la partie. « Je suis entré pour faire de l’informatique mais à Harvard, l’approche est pluridisciplinaire. J’ai donc fait de l’informatique mais également de l’économie et de la physique », commence-t-il à raconter, avec naturel mais conviction. Il poursuit : « Je suis également président de l’association des étudiants étrangers, et vice-président des étudiants arabes et j’anime un club qui propose des sorties culturelles. Vous aurez du temps pour des activités culturelles et politiques ». Des activités qui font partie intégrante du modèle Harvard.

« Depuis la révolution tunisienne, les Américains, Harvard, manifestent un intérêt particulier pour la Tunisie »

Et c’est bien ce modèle qu’Hazem Ben Gacem veut introduire dans une Tunisie post-révolutionnaire, encore en construction et face à de nouveaux défis, à commencer par former la première génération de la jeune démocratie tunisienne. « Il n’ y a pas de moment idéal pour former les futures générations. Mais en effet, quand la situation est complexe, que le pays connait des difficultés, c’est un moment propice pour préparer, former, les jeunes qui seront en mesure de relever le pays demain. Et c’est ce qu’il y a d’intéressant depuis la révolution tunisienne, les Américains, Harvard, manifestent un intérêt particulier pour la Tunisie, la première démocratie du monde arabe. Et c’est une opportunité pour nous. »

« Rêvez grand mais surtout avec la conviction que vous pouvez atteindre vos rêves. »

Un contexte favorable pour lequel il invite les jeunes tunisiens à « rêver ». « Je ne vous demande qu’une chose, adressera-t-il à la jeunes assistance en conclusion, rêvez ! Rêvez grand mais surtout avec la conviction que vous pouvez atteindre vos rêves. »


 

Par Dounia Ben Mohamed, à Tunis