Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Okuafo Foundation-DR
A la uneParcours

Good Practice Un jeune ghanéen développe une application pour

Mustapha Diyaol Haqq, 19 ans, est un programmeur de logiciels autodidacte originaire de Kumasi, au Ghana. Après avoir lancé une application pour détecter les cancers du sein, il lance une solution pour aider les petits agriculteurs à prévenir les maladies des plantes.

«En voyant comment les grandes entreprises technologiques ont utilisé l’innovation pour résoudre certains des plus grands problèmes du monde, j’ai réalisé à quel point il est important d’apprendre à coder, raconte Mustapha Diyaol Haqq. J’ai cherché en ligne des cours gratuits qui pourraient m’aider à développer des compétences en codage et j’en ai suivi autant que possible. Et  j’ai appris à coder dans des cybercafés. »  C’est ainsi qu’il y a un an, il développe une solution potentiellement vitale pour les femmes à travers le continent et le monde : la solution de Haqq est en mesure de déterminer si une tumeur du cancer du sein est maligne (cancéreuse) ou bénigne (non cancéreuse). Elle peut également prédire la récurrence et la non-récidive des cas malins après une certaine période.

 

« J’ai appris à coder dans des cybercafés »

 

De là, le jeune homme a travailler sur un autre chantier: lutter contre la faim et la sécurité alimentaire, qu’il considère comme deux des plus grands défis auxquels est confrontée la population en croissance rapide de l’Afrique et travaille sur un modèle d’apprentissage automatique et d’IA qui peut aider à réduire les pertes après récolte pour les agriculteurs. «L’Afrique dépend fortement des petits agriculteurs pour répondre à ses besoins de production alimentaire. Cependant, une grande partie des produits des exploitations agricoles est gâtée avant qu’elle n’atteigne les marchés des villes ».

 

« L’application n’a pas besoin d’une connexion Internet et peut aider les agriculteurs à diagnostiquer les maladies des cultures à un stade précoce »

 

Co-fondateur de la Fondation Okuafo, il s’est penché sur son smartphone pour créé l’application Okuafo AI laquelle, utilisant l’intelligence artificielle (AI), vient en aide aux petits propriétaires agricoles en Afrique rurale. »L’application n’a pas besoin d’une connexion Internet et peut aider les agriculteurs à diagnostiquer les maladies des cultures à un stade précoce. »

Lancé en 2018, il a déjà aidé quelque 30000 agriculteurs à réduire leurs pertes de récoltes et à améliorer leurs récoltes de 50% au Ghana, au Nigeria, au Togo et au Burkina Faso.