Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualité

Ghana-France Nouvelle rencontre Macron- Nana Addo Dankwa Akufo-Addo


Le président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, est accueilli à Paris le 9 juillet, dans le cadre d’un forum franco-ghanéen organisé par Business France, et suite à l’invitation d’Emmanuel Macron. La visite de ce dernier au Ghana avait été marquée par le discours, sans complaisance du ghanéen vis-à-vis de la politique africaine de la France en Afrique. Paris cherche à rectifier le tir et à renforcer sa coopération économique avec une des valeurs les plus sûres du continent. 

Par Bilkiss Mentari 

C’est la croissance la plus rapide au monde cette année selon le FMI. Avec un taux de croissance qui devrait atteindre 8,8 % en 2019, il est passé de la catégorie des pays « à faible revenu » à celle des États « à revenu faible à intermédiaire ». Deuxième économie de la CEDEAO, il mène, avec son voisin ivoirien, la fronde pour imposer ses règles sur le marché international du cacao dont il est le second producteur mondial. Très en avance sur le champ du numérique, Google y a implanté son premier centre d’intelligence artificielle en Afrique… Le Ghana est assurément dans le viseur des investisseurs. Ainsi que des « partenaires de l’Afrique ». A commencer par Paris. Alors que la visite d’Emmanuel Macron à Accra, en novembre 2017, avait été marquée par le discours, sans complaisance, largement diffusé sur les réseaux sociaux, de Nana Addo Dankwa Akufo-Addo vis- à-vis de l’aide internationale, y compris celle de la France, le président français a invité son homologue ghanéen à Paris le 9 juillet pour un forum destiné à renforcer la coopération économique entre les deux pays. 

Organisée par Business France, la rencontre, qui se tient au ministère de l’économie et des finances, réunira des responsables, publics et privés, des deux pays, cible les secteurs jugés porteurs, hydrocarbures, énergie, construction, agro-business, numérique… 

Renforcer la présence française dans ce pays d’Afrique anglophone longtemps négligé par Paris

Economie parmi les plus diversifiées de la région, le pays a entrepris une série de réformes depuis 2017. Il était alors au bord de la banqueroute, surendetté. Avant de redresser la barre, la découverte de nouveaux champs pétroliers ayant renfloué les caisses, ira jusqu’à s’émanciper de la tutelle de FMI et afficher de nouvelles ambitions. 

Ceci dit, l’industrie manufacturière reste faible et demeure concentrée sur les ports de Takoradi et Accra-Tema, ses deux principaux pôles de développement économique. Un des axes de coopération envisageable avec les opérateurs français.

Par ailleurs, le leader ghanéen, qui a décrété 2019 année du retour de la diaspora, cherchera sans doute à travers cette visite parisienne, à s’adresser aux Ghanéens de France et à les inviter à saisir les opportunités que leur offre leur pays d’origine. 

Quant à la France, il s’agit pour elle de renforcer sa présence dans ce petit pays d’Afrique anglophone, longtemps négligé par la diplomatie française, est aujourd’hui incontournable. La première visite d’un chef d’État français en 2017 s’inscrivait dans ce cadre. 

Ghana : 7e destination des investissements français en Afrique subsaharienne

Depuis quelques années les investissements français n’ont cessé de s’accroitre pour atteindre les 1,5 milliard d’euros en 2015, faisant ainsi du pays la 7e destination des investissements français en Afrique subsaharienne. Plus de 60 entreprises françaises sont actuellement installées au Ghana, dont 46 comme filiales de groupes établis en France, et une quinzaine d’entreprises individuelles de droit local détenues par des français. Leurs activités couvrent des domaines aussi divers que l’agriculture, la banque, l’assurance, la construction, la logistique, les hydrocarbures ou encore l’hôtellerie restauration.