ArchivesChronique du week-end

Gala de la femme africaine : La compétence récompensée

Journalistes, militantes associatives, politiciennes, chanteuses… Le 7 mars prochain, aura lieu la première édition du Gala de la Femme Africaine, (GAFA). Ayant pour but de récompenser des femmes compétentes et affirmées originaires de toute l’Afrique, sans exception, ce gala permet de récolter des fonds pour soutenir des actions en direction du Cameroun.

Une grande première en France ! Le Gala de la Femme Africaine (GAFA) récompense les femmes d’origines africaines engagées et compétentes. Ouverts depuis le 17 novembre 2014, les votes permettent de nominer des femmes aux compétences diverses. Regroupées dans six catégories : chanteuse, écrivaine, journaliste, politicienne, militante associative et chef d’entreprise. Cinq candidates sont sélectionnées dans chacune de ces différentes disciplines. Leur parcours est ensuite présenté pendant deux semaines sur la page Facebook Gala de la femme africaine, ainsi que sur le site. Le public émet ses préférences, mais à la fin, c’est le jury qui départagera les différentes gagnantes.

                   [blockquote author= » »]Valoriser la femme africaine sans distinction d’origine[/blockquote]

« Le GAFA a pour objet de valoriser la femme africaine dans diverses activités et de récompenser ces héroïnes du quotidien par une remise de trophées qui aura lieu le 7 mars prochain, à Paris », indique Lithicia Marieve, Présidente de l’association « Un Sourire d’Ici ou d’Ailleurs » (UNSIA). En compagnie de Badeela Malonga, chef de projet du gala et bénévole de l’association, toutes deux souhaitent honorer ces femmes qui brillent par leur profession et leurs actions. « Il y’a moult femmes européennes aux origines africaines qui excellent dans divers domaines en se construisant professionnellement avec leur double culture, un facteur de force que l’on retrouve dans chacun de leur parcours », indique Badeela Malonga. Elles désirent également mettre en avant les femmes du continent, « car leurs compétences font d’elles des actrices sur le plan international, influençant les Afropéennes que nous sommes et les générations à venir », expliquent-elles. Par la promotion de toutes ces femmes déterminées, les deux associées prévoient d’utiliser une partie des recettes réalisées par le GAFA pour concrétiser des projets en direction de l’Afrique. Elles veulent, soutenir les jeunes filles-mères à travers l’éducation de leurs enfants, mais aussi en leur permettant de poursuivre elles-mêmes leur scolarité. Elles espèrent par ailleurs, les sensibiliser aux différents moyens de contraception existant. « Nous travaillons aussi en partenariat avec l’association Safe Horizon au Cameroun, afin de permettre la scolarisation d’enfants vivants dans les zones reculées du Cameroun », note Lithicia Marieve.

                    [blockquote author= » »]Valoriser la femme africaine sans distinction d’origine[/blockquote]

« Il existe de nombreux événements africains concernant les femmes africaines, ce qui est très appréciable et nous en sommes fières. Cependant, par femmes africaines, on pense immédiatement Afrique Noire. Nous n’avons pas en mémoire, un événement de ce genre regroupant les femmes originaires du Maghreb et celle d’Afrique Noire », signalent les deux femmes. Parler d’une Afrique unique en associant le Maghreb et l’Afrique Subsaharienne est un des objectifs que souhaitent atteindre Lithicia et Badeela. Toutes deux originaires d’Afrique, elles revendiquent leur double-culture et souhaitent voir une Afrique unie, sans différence, ni distinction ethnique. « Nous sommes Franco-Africaines et qui mieux que nous-mêmes, peut nous mettre en valeur, sans nous stéréotyper ? », s’interrogent les deux jeunes femmes. Si elles s’intéressent aux parcours des femmes originaires d’Afrique, elles ne visent pas n’importe quelle femme. Elles mettent en évidence celles qui sont dans l’ombre, mais dont le professionnalisme et les actions portent leurs fruits. « La plupart des galas, mettant en avant des femmes européennes d’origine africaine, récompensent des femmes médiatisées et lorsqu’il s’agit des femmes du continent, elles sont issues de grandes familles, de grandes entreprises ou organisations internationales », ajoute Badeela. Ces deux membres de l’association UNSIA souhaitent que chaque femme poursuive ses combats avec dynamisme, courage tout en étant performante et unie, car comme elles le revendiquent si bien, « c’est dans l’unité et la cohésion que nous accomplissons de grandes choses ».

Gala, le 7 mars 2015 Salle Seven Spirit, 75013 Paris.
Billetterie ouverte sur http://www.galafemmeafricaine.com/

 


Ce message est également disponible en : AnglaisArabe