ActualitéArchives

Gabon Vers une révision du code des hydrocarbures

Le gouvernement gabonais envisage de reformer le code des hydrocarbures, afin de l’adapter aux normes internationales et au nouveau contexte économique marqué la crise du marché du pétrole.

Par Pierre Eric Mbog Batassi à Libreville

 

Du 26 au 28 mars Libreville accueille un forum sur la révision du code des hydrocarbures à Libreville. Objecif : reformer le code des hydrocarbures, afin de l’adapter aux normes internationales et au nouveau contexte économique marqué la crise du marché du pétrole.

Un enjeu économique et écologique pour le Gabon 

«  Il s’agit d’arrimer le Gabon aux meilleures pratiques internationales en termes de règlementation pétrolière et permettre  notamment l’industrialisation et la monétisation de la filière gaz, explique le ministre du Pétrole,  Pascal Houangni Ambouroue.  Il est également question d’introduire des dispositions permettant le développement du biocarburant qui constitue actuellement à la fois un enjeu économique et écologique pour le Gabon ».

A ce titre, poursuit le ministre, la révision de la règlementation dans le secteur des hydrocarbures doit «  permettre au Gabon de miser plus sur l’attractivité des dispositions fiscales qui permettrait à terme de consolider de façon durable les recettes pétrolières et les investissements. »

Il s’agit aussi d’adapter  le code des hydrocarbures au nouveau contexte économique mondial marqué par la baisse du prix du baril : « En effet, il y a lieu de retenir qu’un même dispositif fiscal ne pourrait être appliqué aussi bien pour un baril à 150 dollars qu’à celui d’un baril à 50 ou 60 dollars ».

De nouveaux gisements ouvrant sur des perspectives sereines

C’est dans ce contexte que ce tient le forum, ponctué par des ateliers sur des thèmes tels que la fiscalité, l’industrialisation ou encore le développement durable.

A noter que le pétrolier malaisien Petronas a annoncé récemment avoir mis la main au Gabon sur un important gisement d’hydrocarbures sur son puits Boudji-1, situé sur le bloc en eaux profondes F14 encore dénommé Likualé. Cette découverte ouvre des perspectives sereines pour un secteur qui restera encore pour longtemps, une des ressources clés de l’expansion économique du pays.


 

Par Pierre Eric Mbog Batassi à Libreville