ArchivesLe dossier du mois

Gabon : Objectif de 100.000 touristes par an à l’horizon 2020

Le Gabon regorge de nombreuses potentialités touristiques, avec une flore et une faune très riches. Le pays a consacré plus de 80% de son territoire à la mise en place de 13 parcs nationaux où se développent, depuis quelques années, des activités d’écotourisme. La grande particularité est qu’on y retrouve des espèces animalières uniques au monde.

L’ambition du pays est d’accueillir 100.000 touristes par an dans ses parcs nationaux et ses 800 kilomètres de plage de sable fin d’ici 2020. « Pour cela, nous avons mis en place un programme de conservation et de valorisation sur 10 ans afin de doter le pays d’infrastructures d’accueil de qualité », a déclaré Johnson Ogouila, l’un des responsables du volet touristiques à l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN). Il précise que la réalisation de ce programme tient compte des enjeux de préservation des ressources naturelles.

Le programme cité vise notamment le renforcement et la modernisation de l’offre avec la construction de 8.300 chambres vertes, la formation de 500 écogardes, l’amélioration de l’offre proposée par les agences de voyages et les tours opérateurs, l’implication des acteurs économiques dans la promotion du tourisme, notamment à l’étranger et le renforcement des pouvoirs de l’agence nationale des parcs nationaux pour mieux lutter contre l’exploitation illégale des ressources naturelles.

Grâce à ce programme, les parcs de Loango, la Lopé, Pongara, les Monts de Cristal et Moukalaba-Doudou attirent déjà des milliers de touristes par an. Le parc de Loango avec ses cinq lodges, deux campements de touristes et une case de passage est considéré comme le plus beau et le plus attractif de tous. Il reçoit plus de 6.000 touristes par an, qui peuvent contempler, entre autres, les éléphants, les hippopotames, les buffles, les potamochères, les gorilles et les chimpanzés. L’activité touristique au sein de ce parc profite aux communautés villageoises à travers la restauration et l’entretien des sites. Les six opérateurs touristiques qui y sont installés recrutent également leur personnel parmi les villageois, qui maîtrisent mieux l’environnement. Il en est de même pour les parcs de la Lopé et de Pongara, où l’activité écotouristique est en plein essor.

En 2012, le Gabon a signé avec Aman Resorts, un des leaders mondiaux de l’hôtellerie de luxe basé à Singapour, un protocole d’accord et des contrats de gestion, de licence, de réservation et de marketing pour la construction de six hôtels et lodges haut de gamme dans la capitale, Libreville, et dans cinq parcs nationaux. « Ce projet a été mis en veilleuse pour des raisons budgétaires, mais il sera relancé au bon moment », a rassuré Johnson Ogouila.

Le Gabon a de nombreux atouts pour devenir une destination touristique importante en Afrique : « Nous avons 13 parcs nationaux avec des espèces fauniques rares et une flore variées. 800 kilomètres de côtes, la stabilité politique, une richesse culturelle incarnée par une cinquantaine d’ethnies, une situation géographique stratégique et le pays vient de mettre en place un visa électronique qui facilite les conditions d’entrée aux touristes et visiteurs », explique Jean Faustin Mvé Ndo, cadre à l’Agence gabonaise de tourisme (AGATOUR).

Pour permettre au secteur touristique de jouer un rôle important dans la diversification de son économie, le Gabon devrait, selon Johnson Ogoula, mettre en place, sans délais, un cadre législatif attractif avec une réelle volonté politique de faire du tourisme un levier économique important du pays. Sans oublier la construction d’infrastructures hôtelières, ainsi que la mise en place d’un fonds d’investissement réclamé depuis de nombreuses années par les opérateurs.


 

Par Pierre Eric Mbog Batassi