ArchivesEn Bref

Gabon L’Etat rompt son contrat avec Seeg-Véolia

«La dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivis des effets escomptés et des plaintes récurrentes des populations» s’est ainsi que l’Etat gabonais, selon les termes exprimés dans un communiqué officiel signé du ministre de l’Eau et l’Energie, Patrick Eyogo Edzang, a mis fin le 16 février à la convention de concession attribuée à Véolia pour la gestion de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg).

Une décision aussitôt dénoncée par le groupe français, qui regrette « l’usage brutal des forces de l’ordre gabonaises qui ont réquisitionné l’entreprise ». Rappelant au passage que « la SEEG a toujours été un partenaire responsable de l’Etat gabonais, consciente des missions qui sont les siennes. Elle accompagne et sert la croissance du Gabon depuis plus de 20 ans ».

En attendant de trouver un nouveau partenaire une équipe de « transition » est aux commandes de la société, dirigée par d’anciens directeurs généraux adjoints, sous la houlette de Marcellin Massila Akendegue.


 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe