ArchivesLe dossier du mois

Gabon : Le numérique au cœur de la politique de développement de l’Etat

Le gouvernement gabonais mise sur le numérique pour le développement intégré de ses territoires.  Le lancement du projet de construction des villages numériques, en février 2015, et du projet « Train my Generation », au mois de mai, constituent la preuve irréfutable.

L’année 2015 restera dans la mémoire collective comme étant celle de l’explosion du numérique au Gabon. Un vaste projet de construction de plus de 2500 centres ou villages numériques est lancé, grâce à un partenariat entre le gouvernement et la société coréenne Samsung. Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Emmanuel Issoze Ngondet précise l’objectif du projet : « La mise en place de ces plateformes novatrices permettra de réduire les inégalités d’accès aux services de base dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’électricité et de l’eau dans les zones défavorisées des villes et des villages ». Pour le ministre de l’économie numérique, Pastor Ngoua N’neme, le projet vise à briser la fracture numérique entre les villes et les villages », afin de favoriser le développement intégré du pays.

Faciliter l’accès aux savoirs et aux soins de santé

De façon concrète, grâce à l’internet et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, de manière générale,  l’Etat gabonais envisage de démocratiser l’accès aux savoirs et aux soins de santé, quel que soit le niveau de vie des populations et le lieu où elles vivent, via la télé-éducation, la télémédecine et l’utilisation de l’énergie solaire. Le projet va permettre de résoudre entre autres les problèmes liés au déficit d’enseignants et de médecins spécialistes dans les zones rurales. « Des consultations médicales seront faites à distance et des enseignants seront formés pour assister les élèves  par vidéoconférence », se réjouit Yves Pemba, agent au ministère de l’Economie numérique.

Promouvoir l’emploi, la formation et le bien-être

Toujours dans le cadre de l’économie numérique, le gouvernement gabonais, en partenariat avec l’UNESCO et la firme de téléphonie mobile Airtel, ont lancé, début mai 2015, le programme « Train my generation » ou « Former ma génération ». Financé à hauteur de 2,4 milliards de FCFA par l’opérateur de téléphonie mobile, le projet vise la formation, sur 3 ans, de 5000 jeunes âgés de 17 à 35 ans dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Le programme comporte quatre composantes : l’initiation à l’outil informatique, le soutien scolaire par la formation à distance, l’accompagnement à l’entrepreneuriat des jeunes et l’accompagnement aux métiers par des bourses de formation dans des domaines spécialisés de l’économie numérique.

« Notre ambition est de construire une société plus forte et plus intelligente avec la création des technopoles, qui apporteront plus de croissance et d’emplois, ainsi que la réduction de la pauvreté et des inégalités », a souvent rappelé Armand Clotaire Lichambany, directeur général de la promotion de l’économie numérique, expliquant l’impact des TICs dans l’amélioration des conditions de vie des populations. L’engagement de Samsung auprès des autorités de Libreville dans la promotion de l’économie numérique, selon Bill Kim, DG Afrique centrale de l’entreprise coréenne, répond également et surtout au besoin d’offrir de meilleures conditions de vie aux Gabonais en impactant positivement l’économie du pays. Des milliers d’emplois dans les domaines de la télémédecine, de la télé-éducation, en maintenance et en électronique et dans d’autres filières des TICs vont être créés au Gabon dans les prochaines années, d’après le gouvernement.


Par Pierre Eric Mbog Batassi