ActualitéArchives

« Free roaming », accord entre le Sénégal et le Togo

Afin de réaliser le rêve du free roaming, le Togo a signé un accord avec le Sénégal, ce 03 janvier à Dakar, devant permettre de baisser de manière considérable les coûts de communication en itinérance. Le Togo et le Sénégal emboîtent ainsi le pas à sept autres pays de la CEDEAO.

Le Togo et le Sénégal viennent de signer un accord qui va permettre aux citoyens des pays d’Afrique de l’Ouest, en déplacement dans la région, de téléphoner au prix d’un appel local. C’est un grand pas dans la mise en œuvre du protocole d’Abidjan sur le free roaming.

 

« Le Free Roaming permettra aux pays membres de la CEDEAO de pouvoir baisser, de manière significative, les coûts de communication. Il permettra à ceux qui sont en déplacement d’émettre des appels comme s’ils étaient dans leur propre pays », a indiqué Cina Lawson, la ministre des postes et de l’économie numérique du Togo.

 

Le « one-area-network »

 

Entériné par Abdou Karim Sall, directeur général de l’Autorité de régulation des télécoms et des postes (ARTP), l’accord fait du pays le 7ème à proposer ce service après le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Mali, le Burkina Faso et la Sierra Leone.

 

« Il faudrait qu’on applique la libre circulation dans le domaine des télécommunications en créant ce qui est appelé communément le one-area-network. Cela permet à un citoyen dans la zone communautaire de se déplacer avec son téléphone sans pour autant payer des frais supplémentaires de roaming. Quand il émet et reçoit des appels c’est comme s’il était dans son pays ».

 

Faciliter la mobilité

 

Cette initiative répond à la volonté d’intégration des pays de l’Union africaine autour d’un marché commun dans le domaine des télécommunications et à la nécessité de faciliter la mobilité des populations.

 

Comme le souligne la direction de l’ARTP, la suppression des frais supplémentaires à payer pour les appels et SMS dans toute la zone CEDEAO briserait « les barrières érigées par le coût des communications » entre ces pays, susciterait « une augmentation du trafic télécoms » et donc « faciliterait grandement les échanges commerciaux dans la sous-région. »

 

Objectif commun : mars 2017

 

Le nouvel accord entre le Togo et le Sénégal n’est pas une action isolée. Une réunion tenue préalablement en décembre 2016, à Abidjan, entre les autorités des régulations nationales du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée, a débouché sur la signature d’un protocole commun pour la mise en œuvre du free roaming d’ici le 31 mars 2017 au plus tard.

 

La signature de ce protocole d’accord exige de la part des pays signataires le respect d’un certain nombre de principes, tels que : la validation du protocole par le ministre en charge des télécommunications de chaque partie ; l’échange d’informations tarifaires et techniques entre les autorités de régulation ; la mise en œuvre de la gratuité de la réception d’appel pour les usagers ; et la facturation des appels des abonnés en déplacement au tarif local dans le réseau du pays visité.

 

Lutter contre la fraude

 

En plus de ces conditions, les pays ont également l’obligation de fiabiliser l’identification des abonnés aux services de téléphonie mobile afin de renforcer la lutte contre la fraude.

 

Celle-ci se fera grâce à la mise en place dans chaque pays d’un comité national technique, piloté par une autorité de régulation comprenant l’ensemble des opérateurs téléphoniques sous l’autorité gouvernementale en charge des télécommunications.


 

AUTEUR EMMANUEL ATCHA // PHOTO : CINA LAWSON, LA MINISTRE DE L’ECONOMIE NUMERIQUE DU TOGO – © Louis Vincent

Ce message est également disponible en : Anglais