Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualité

Francophonie « En français… s’il vous plaît ;-) »

Avec 300 millions de locuteurs, le français est la 5e langue la plus parlée au monde après le chinois, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Avec la particularité d’être employée sur les 5 continents. Mais aujourd’hui, et demain encore plus, l’avenir de la langue française repose sur l’Afrique qui concentre 60% des locuteurs quotidiens de français. Un continent plus que jamais au cœur de la stratégie de l’Organisation Internationale de la Francophonie. A l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2019, focus sur le français, une langue africaine.

Par Bilkiss Mentari

C’est sans doute un paradoxe, mais c’est une Rwandaise, Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, qui invite, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2019, à s’exprimer « En français… s’il vous plaît 😉 ». Alors que son pays de naissance, le Rwanda, a fait le choix de prendre l’anglais pour langue officielle en lieu et place du français. Une décision à forte connotation politique. Certes. Mais l’influence d’un pays passe aussi par celle de sa culture et de sa langue. Or, force est de constater que ces dernières années le français recule, au profit de l’anglais, première langue parlée à travers le monde, la langue des affaires dit-on, mais aussi du chinois, de l’arabe… Ainsi le français n’arrive qu’à la 5ème place.

« Ma langue française, c’est une langue de solidarité et de développement »

A l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2019, Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, lance ainsi ce mot d’ordre, « En français… s’il vous plaît 😉 ». « Ma langue française, c’est cette langue qui unit les 88 États et gouvernements membres de la Francophonie autour de valeurs partagées et de défis à relever ensemble, écrit Louise Mushikiwabo. C’est cette langue qui dépasse les frontières géographiques, les barrières idéologiques et les clivages religieux. Cette langue qui tisse tant d’amitiés et crée de si belles synergies dans notre grande famille francophone. Ma langue française, c’est une langue de solidarité et de développement, c’est la langue de l’éducation, de l’accès au savoir, de la formation professionnelle, cette langue qui doit résolument mettre les jeunes sur le chemin de l’emploi. C’est la langue de l’échange et du partage des bonnes pratiques. Pour moi, qui suis citoyenne du monde, profondément africaine, et originaire de ce village nommé « Rwanda », ma langue française vit et cohabite avec mes autres langues, ma langue maternelle et nationale, le kinyarwanda, et mes autres langues de travail, l’anglais et le swahili. C’est cela ma langue française, cette langue qui, sans complexes, s’impose, se vit et s’intègre dans un contexte plurilingue. Alors, vous, que vous soyez du Sud ou du Nord, que vous viviez près des dunes du désert ou dans les grandes plaines enneigées, en milieu rural ou dans une de nos modernes métropoles, Vous, qui avez la chance de faire partie des 300 millions de personnes qui, partout dans le monde, parlent français, vous aussi, qui avez choisi d’ajouter le français à votre riche palette de langues, en ce 20 mars, Journée internationale de la Francophonie, quelle est votre langue française ?

En tant que Secrétaire générale de la Francophonie, je veux que nous menions ensemble des actions concrètes et réalistes pour un repositionnement de notre langue commune. Redonnons au français une vraie visibilité sur la scène internationale, assurons-lui une plus forte présence sur la Toile, dans les médias et dans la vie de tous les jours. Qu’il soit encore plus une langue de création, d’innovation, la langue du droit, de la science, des technologies, de l’économie… Et surtout, encourageons toutes les initiatives en faveur d’un enseignement de qualité. Travaillons ensemble pour faire rayonner la langue française.

Ensemble, nous pouvons partager beaucoup plus…et tout cela, en français, s’il vous plaît ! »

L’Afrique devrait regrouper plus de 85 % des francophones d’ici 2050

Une invitation à donner un nouvel élan à la langue française. Déjà, elle est la quatrième langue de l’Internet, derrière respectivement l’anglais, le chinois et l’espagnol et devant l’arabe, l’allemand, le portugais et le japonais. Surtout, si elle recule à travers le monde, à l’inverse, en Afrique, elle progresse, avec une augmentation de 15 % des francophones entre 2010 et 2014. Selon les estimations fournies par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Afrique devrait regrouper plus de 85 % des francophones d’ici 2050. Pour que cette estimation se réalise, l’OIF mise sur la progression de l’enseignement. Notamment, en mettant l’accent sur la formation des enseignants et le e-Learning. L’innovation donc !  

Pour rappel, la Journée du 20 mars célèbre la naissance, le 20 mars 1970 à Niamey

(Niger), de l’Agence de coopération culturelle et technique, sous l’impulsion des présidents Senghor (Sénégal), Bourguiba (Tunisie), Diori (Niger) et du Prince Sihanouk (Cambodge), en présence de 21 pays, qui va devenir l’Organisation internationale de la Francophonie. L’OIF compte 88 États et gouvernements : 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs. Élue par les chefs d’État et de gouvernement au Sommet d’Erevan (2018), Louise Mushikiwabo en est la Secrétaire générale depuis janvier 2019.