Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Le dossier du mois

France « Bienvenue aux étudiants… y compris les Africains ! »

C’est une première. Campus France lance une campagne internationale à destination des étudiants du monde entier pour les inviter à étudier en France. Une campagne qui vise, entre autres, l’Afrique.

 

Par DBM

 

Le 10 octobre, le gouvernement français, via Campus France, son agence de promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, lançait à Paris, et au même moment à Abidjan, une vaste campagne de communication internationale afin d’attirer 500.000 nouveaux étudiants étrangers à l’horizon 2027, contre 340 000 aujourd’hui.

 

L’idée, « valoriser l’excellence des établissements français d’enseignement supérieur et de leurs formations à travers le monde », à travers cette opération qui s’inscrit dans la continuité́ de la nouvelle stratégie nationale d’attractivité́ «Bienvenue en France / Choose France ».

 

Et pour susciter l’intérêt des étudiants, le choix a été pris de laisser parler des étudiants, plus précisément 12 anciens étudiants étrangers, dont 3 africains, sur leur expérience.

 

« Le lancement de la campagne, avec la présence des ministres, des étudiants, a reçu un accueil très chaleureux, indique Florent Bonaventure, Directeur de la communication et des Études chez Campus France, avant de préciser les enjeux de cette opération. La campagne s’inscrit dans la stratégie de valoriser l’enseignement supérieur français. C’est une première, nous ne l’avions jamais fait. Il s’agit d’adresser un message à tous les étudiants : vous êtes les bienvenus en France ! ».

 

« 50% des étudiants en mobilité en France viennent d’Afrique. Le pays au monde qui reçoit le plus d’étudiants africains »

 

Aussi, jusqu’à décembre, le même message sera porté dans une centaine de pays, y compris en Afrique. « Le lancement s’est d’ailleurs fait en même temps à Paris et à Abidjan » souligne Florent Bonaventure. Une réponse à la polémique suscitée par l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants africains en France ? « Elle y répond à plusieurs niveaux. Tout d’abord, et c’est ce que dit le nom de la campagne, Bienvenue en France, la France est un des rares pays au monde à accueillir les étudiants étrangers alors que les États-Unis de Donald Trump se ferment, le Royaume-Uni avec le Brexit également… D’autre part, 50% des étudiants en mobilité en France viennent d’Afrique. Le pays au monde qui reçoit le plus d’étudiants africains. Donc dire que la France se ferme aux étudiants africains est faux. On est désireux de recevoir de très bons étudiants africains, d’Afrique francophone mais également anglophone. Cette campagne s’adresse à toute l’Afrique, comme au reste du monde. » Et d’ajouter : « En ce qui concerne la réforme relative à l’augmentation des frais d’inscription qui marque une différenciation entre les étudiants européens et les autres, il faut rappeler que les étudiants de l’Union paie des impôts en Europe. Mais la France continue de subventionner les inscriptions des étudiants africains. Les établissements eux-mêmes octroient des bourses à ces étudiants. Par ailleurs, si les études coûtent plus chères en Belgique, au Royaume Uni, aux États-Unis ou au Canada qu’en France, les étudiants africains viennent en France non pas parce que c’est moins cher mais pour la qualité de l’enseignent. »

 

Un enjeu majeur pour la diplomatie française alors que le président Emmanuel Macron a mis la coopération en matière d’enseignement supérieur au cœur de sa stratégie africaine. Avec un double volet : favoriser l’accueil des élèves africains, renforcer les compétences sur place à travers la valorisation de l’enseignement français en Afrique. C’est dans ce sens que l’Université Franco-Tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM) a récemment ouvert ses portes à Tunis.

 

Lire sur le sujet : Tunisie Hub universitaire pour l’ Afrique

 

 

« C’est en effet deux approches complémentaires. Elle montre tout l’intérêt de l’enseignement français pour l’Afrique. D’un côté, on développe une campagne de communication pour attirer plus d’étudiants en France, pour des cursus en français ou en anglais. D’autre part, on sait très bien qu’on ne peut accueillir tous ceux qui souhaitent venir étudier en France, il faut par conséquent que l’enseignement français accroisse sa présence en Afrique pour offrir des formations adaptées aux contextes locaux mais avec une qualité de formation aux standards en vigueur en France. »

 

« La force de l’offre française est d’avoir des points d’excellence dans toutes les filières de l’enseignement supérieur »

 

Et à la question de savoir quelles sont les filières où l’enseignement français est le plus compétitif, le directeur de la communication de Campus France est formel : « Tous ! » Et de s’en expliquer : « C’est une des caractéristiques de l’enseignement français :  il est bon partout. En Allemagne, c’est pour les études d’ ingénieur ; aux États-Unis, les Sciences ; etc. En France, partout. Si un étudiant veut se former dans les arts, nous avons d’excellentes écoles. De même en littérature, science politique, … La force de l’offre française est d’avoir des points d’excellence dans toutes les filières de l’enseignement supérieur. »

 

Toutefois, il précise : « Nous essayons d’attirer davantage d’étudiants dans les sciences, dans l’ingénierie, et autres, pour avoir plus de diversité. Aujourd’hui, les étudiants africains se concentrent en sciences sociales alors que les internationaux se répartissent dans les différentes filières. Or, pour répondre aux besoins des pays,  il faut les inviter à aller vers ces autres filières. C’est la raison pour laquelle l’Uftam propose entre autres des cursus d’ingénieur. Des filières qui répondent à des manquements sur place. »

 

En attendant, la campagne se poursuit sur le terrain, dans une centaine de ville où Campus France va aller à la rencontre des étudiants.

 

 

Pour en savoir plus : www.realisetonreve.campusfrance.org.