Actualité

France-Afrique Les entreprises françaises « très optimistes » pour 2019

C’est le résultat de l’enquête annuelle du Conseil français des Investisseurs en Afrique (CIAN) présentée lors du forum Afrique, organisé le 8 février, à Paris. Une autre étude, Africaleads, inédite, sur la perception de la France par les leaders d’opinion africains, révèle des résultats « plus déroutants ».

Par DBM

Il n’y aura jamais eu autant de participants au RDV annuel CIAN-MOCI, le forum Afrique, qui se tenait le 8 février, comme de coutume dans les murs de la Chambre de Commerce et d’Industrie Paris-Ile de France. Signe sans doute de l’engouement des entreprises françaises, et notamment des PME, pour le marché africain et ses promesses d’affaires alors que l’économie française bat de l’aile. « Chaque nouvelle édition bat des records de participation », confirme Vincent Lalu, président du Moci, magazine professionnel dédié au commerce international et co-organisateur de la rencontre, pour lequel le contexte politico-économique français est responsable de cet engouement pour cette manifestation.

Alors que la thématique de l’édition 2019 porte sur « Innovation, nouveaux modèles : le dynamisme des économies africaines », il assure : « les nouveaux modèles économiques sont une chance pour l’Afrique. Les espoirs de l’émergence inspirent une nouvelle catégorie d’acteurs économiques et politiques. Il est urgent de donner la parole aux uns et aux autres ».

Des entreprises françaises optimistes pour 2019

Ce qui a été entrepris, à travers deux études. La première, le baromètre annuel du CIAN, co-réalisé et édité par Le MOCI, sur l’activité des entreprises françaises en Afrique. Pour sa huitième édition, il traduit le bon moral des patrons français. Sur 750 entreprises interrogés, 39 pays représentés, malgré « une année 2018 en demi teinte », avec une croissance en haute de 42% en 2018 (contre 46% en 2017), une majorité mise sur une bonne année 2019 qui devrait se traduire par une reprise des investissements. Pour certains pays notamment : 100% des chefs d’entreprises sont « très optimistes » pour l’Egypte, la Tunisie, l’Ethiopie, Maurice, le Kenya.

A noter parmi les critères d’attractivité des marchés africains retenus par les dirigeants français sondés : le coût de la main d’œuvre ; les télécoms et les réseaux internet jugés efficients ; la qualité du réseau aérien alors que le rail ne répond pas aux attentes ; la qualité du secteur bancaire ; droit du travail clair et stable. Sur la sécurité des personnes, les entreprises se disent bien préparées et donc pas inquiètent. Un tableau plutôt positif dressé par les entreprises français implantées en Afrique.

46% des leaders africains interrogés globalement positifs quant au développement de l’Afrique

En revanche, de l’autre côté du miroir, le sentiment est plus mitigé. Les résultats de la seconde étude, Africaleads, réalisée pour la première fois, et qui interroge les leaders d’opinion africains, sur leur perception de la France et des entreprises françaises en Afrique, sont jugés «  déroutants » par le président délégué du CIAN, Etienne Giros. Réalisée par l’institut français IMMAR Research & Consultancy, spécialiste des études médias et marketing en Afrique subsaharienne et Afrique du Nord, auprès d’un panel de 1 244 « leaders d’opinion » (décideurs du secteur public ; chefs et hauts cadres d’entreprise ; universitaires ; membres de la société civile ; journalistes et influenceurs/blogueurs ; chefs religieux…), de 8 pays africains francophones (Algérie, Tunisie ; Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso; Cameroun, République démocratique du Congo), révèle, elle aussi, le bon moral des leaders du continent.  46% des sondés se disent ainsi globalement positifs quant au développement de l’Afrique, et 56% sur leur avenir personnel.

La France, 5ème pays les mieux perçus ; 7ème partenaire bénéfique à l’Afrique

Par contre, et c’est là que le bas blesse, l’étude classe la France à la cinquième place des pays (21%) qui jouissent de la meilleure image, derrière l’Allemagne, la Chine, les États-Unis et le Japon. L’Allemagne est « un pays qui dégage une image de rigueur et de qualité pour ses produits », a commenté Brahim Sail, CEO d’IMMAR R&C. Le programme ‘Compact with Africa’ initiée sous la présidence allemande du sommet du G20 de 2017, pour promouvoir l’investissement privé en Afrique et la politique d’immigration d’Angela Merkel qui avait ouvert ses frontières à 1 million de migrants en 2015, peut expliquer, pour Etienne Giros, la popularité de l’Allemagne.

Pis, 53 % des personnes interrogées considèrent la France comme « un partenaire bénéfique pour l’Afrique , reléguée à la 7ème place, derrière la Chine, Japon et l’Allemagne à nouveau. « La douleur est lourde là aussi pour la France » commente Etienne Giros. Ceci dit, les marques françaises se positionnent bien. A la question « Quelles sont les entreprises ou les marques présentes en Afrique dont vous avez la meilleure image ? »,  Orange, Total, Renault ou encore Sogea Satom, filiale du groupe Vinci, figure dans le top 10.

Rappelant, pour relativiser les résultats de ce sondage, qu’il s’agit d’une première et qu’il faudra attendre la prochaine édition pour observer l’évolution de la perception de la France sur le continent, Etienne Giros en conclu que les Français doivent être plus « agressifs » vis-à-vis de la concurrence. « L’Afrique est le continent de demain, c’est le relais de croissance de la planète. Il faut y aller ! » a-t-il exhorté.

Pour en savoir plus :

Rapport 2019 du CIAN – Les entreprises internationales en Afrique, co-réalisé et édité par Le MOCI, édition 2019

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe