A la uneActualité

Fonds d’amorçage by Digital Africa : faire grandir les start-up du numérique en Afrique

Six partenaires experts dans l’accompagnement d’entreprises innovantes sont mandatés pour opérer le Fonds d’amorçage by Digital Africa. Un an après son lancement, les premières pépites voient le jour, malgré la crise sanitaire. 

Par Résilient Digital Africa 

 

Dans le cadre de l’initiative Digital Africa, l’Agence française de développement (AFD) a lancé le Fonds d’amorçage by Digital Africa. Depuis 2019, sa mise en œuvre s’appuie sur six partenaires qui opèrent les programmes de financement, de professionnalisation et de renforcement de capacités pour aider les jeunes entreprises innovantes africaines et leurs écosystèmes à se développer.

Stimuler les jeunes pousses

Le programme I&P Accélérations Technologies propose un financement moyen de 100 000€ sous forme d’avance remboursable. Déployé par le Groupe Investisseurs & Partenaires (I&P), il a permis à la start-up malgache Jiro-Vé d’étendre la commercialisation de son kit d’énergie solaire basé sur un système de facturation numérique prépayé. Implanté en zone rurale, ce projet compte déjà 55 000 abonnés et 72 franchisés financièrement indépendants.

La start-up malgache Jiro-Vé a pu étendre la commercialisation de son kit d’énergie solaire grâce au financement du fonds – Crédit photo Jiro-Vé – DR

« À travers le programme I&P Accélération Technologies, nous cherchons à accompagner et financer les startup numériques qui apportent des solutions réelles aux problèmes des Africains. Avec Jiro-Vé, nous souhaitons encourager l’accès à l’énergie et l’électricité au plus grand nombre, grâce à la technologie. Au-delà de réduire le risque des start-up, ce programme est un manifeste de l’intérêt de chaque partie prenante de l’écosystème tech de s’adresser à celles en phase d’amorçage. » explique Julio MUPEMBA, Coordinateur du programme. Et les résultats sont là. Un exemple : « Pour les clients de Jiro-Vé, recharger leur batterie externe à l’une de nos bornes solaires coûte 0,02 centime d’euro de moins que l’achat d’une bougie. Ces installations permettent de rendre les énergies renouvelables accessibles à tous, pour des raisons économiques, mais aussi environnementales », mentionne Rick STAMHUIS, co-fondateur de la start-up.

En Afrique de l’ouest, I&P collabore avec Mercy Corps, un autre opérateur du Fonds d’amorçage by Digital Africa. Ensemble, ils accompagnent et financent Teliman, première plateforme de taxi-moto à la demande de Bamako. Cette start-up malienne dirigée par une femme, Hawa TRAORÉ, offre aux citadins un mode de transport rapide, économique et sécurisé. Elle propose également aux chauffeurs des conditions de travail attractives, la perspective d’un revenu stable, et l’accès à la propriété via le leasing de leur moto. À ce jour, Teliman collabore avec 120 chauffeurs qui ont effectué plus de 60 000 trajets. Cette start-up encourage également l’emploi des femmes afin de les aider à acquérir leur indépendance financière.

ABAN est un réseau de business angels africains. Grâce au soutien du fonds d’amorçage, ils lancent prochainement le fonds Catalyst. Les start-up y seront sélectionnées, financées et coachées par les business angels et les hubs du réseau Afrilabs.

Incuber et faire grandir

Renforcer le leadership et les capacités des entrepreneurs passe aussi par les Structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant (SAEI), un maillon essentiel de l’amorçage des start-up. Deux partenaires du fonds, Afrilabs et Afric’Innov sont particulièrement actifs dans ce domaine. Leur rôle : renforcer les multiples incubateurs, pépinières et autres lieux d’aide à l’entreprenariat.

Dans ce sens, Afric’Innov a récemment créé un label qui met en avant la qualité des infrastructures, de l’organisation et des ressources d’accompagnements des SAEI. À ce jour, ce label a identifié 5 SAEI dont La Fabrique qui accompagne des entreprises sociales au Burkina Faso, ou encore Etrilabs, un incubateur béninois qui œuvre à la promotion d’une culture de l’entrepreneuriat.

Autre initiative, 17 hubs du réseau Afrilabs ont reçu un coaching et un appui financier de 15 000 euros pour développer des activités d’appui aux start-up, après avoir été sélectionnés lors d’un appel à projet.

S’adapter à la crise sanitaire

La pandémie mondiale de Covid-19 affecte notre quotidien depuis le début de l’année 2020, sans épargner le continent africain.

Pour maintenir leurs activités, les partenaires du Fonds d’amorçage by Digital Africa, se sont adaptés. Basé à Lagos, Afrilabs a digitalisé tout son programme de renforcement des compétences pour le rendre facilement accessible aux hubs de son réseau. Au sein de GreenTec, l’objectif initial d’étudier 800 dossiers a été dépassé. Les équipes ont amélioré leur process d’identification des projets grâce à une meilleure utilisation des réseaux sociaux et de leur site web.

Côté start-up, certaines ont fait preuve d’une forte résilience en proposant des modèles qui s’adaptent parfaitement aux contraintes logistiques imposées par la crise. En rendant les coûts d’achat plus abordables, Price pally a développé une plate-forme permettant à ses clients nigérians d’acheter des aliments en vrac. En période de Covid-19, la baisse du pouvoir d’achat et l’impossibilité d’accéder aux marchés alimentaires traditionnels a dopé le concept. En quelques mois, le chiffre d’affaires de cette start-up a connu une croissance mensuelle de 15%.

Les opérateurs des 6 programmes d’accompagnement et de financement du Fonds d’amorçage by Digital Africa

Ce message est également disponible en : Anglais