ArchivesLe dossier du mois

Focus Diamniadio Lake City Vitrine de l’innovation immobilière

Diamniadio Lake City (DLC), le nouveau coeur vibrant de Diamniadio, ville nouvelle aux portes de Dakar, se présente comme un projet révolutionnaire à plusieurs niveaux. En termes de mode de construction, de technologies mais également de modèle de financement.

Par Dounia Ben Mohamed

Les 12 et 13 octobre derniers, la Bibliothèque nationale de France (BNF), à Paris, symbole de la culture française, accueillait un événement dédié à un autre symbole. Diamniadio, ville nouvelle située à 35 km de Dakar, vitrine du Sénégal Emergent. Espace de networking et lieu d’échanges, le Salon de l’Émergence et du Développement Immobilier du Sénégal (SEDIS) invitait les acteurs du secteur de la construction et de l’immobilier, investisseurs et promoteurs, Français et de la diaspora, à se rencontrer… et à se positionner sur les opportunités d’investissements dans le secteur de l’immobiliser au Sénégal. Son projet phare notamment, Diamniadio.

« Pour faire face à l’accroissement de la population et la raréfication des terres, le continent doit faire face à des défis énormes, notamment en terme urbanisation »

« Pour faire face à l’accroissement de la population et la raréfication des terres, le continent doit faire face à des défis énormes, notamment en terme urbanisation », indiquait en guise d’introduction le maître de cérémonie, Mohamadou Diallo, fondateur du CIO Mag. Le Sénégal, conscient de ce défi- avec un déficit actuel de 145 000 logements, comptera un citadin sur deux en 2030, soit un taux d’urbanisation de 45% – s’est engagé dans un ambitieux programme de construction inscrit dans le Plan Sénégal émergent (Pse), qui vise la construction de 15.000 logements par an. Or, l’enjeu pour le Sénégal est également de décongestionner sa capitale qui ne représente que « 3% du territoire national mais abrite plus de 30 % de la population et des services » souligne Mohamadou Diallo. D’où l’importance du projet Diamniadio « qui offre des opportunités énormes et va changer la face du pays. »

« Un projet très ambitieux qui va révolutionner l’Afrique »

Joyau de cette ville nouvelle, Diamniadio Lake City (DLC) « projet pharaonique », une smart city destinée à accueillir des espaces résidentiels, d’affaires et de loisirs aux portes de Dakar, était au centre de cette rencontre, aux allures d’opération de promotion de la DLC. « C’est un projet très ambitieux qui va révolutionner l’Afrique » promet Marcel Ndiaye, commissaire du Sedis, PDG de Semer investissement, porteur du projet DLC.

« Aujourd’hui, tout le monde est conscient que l’avenir s’écrit en Afrique, le continent où la croissance sera la plus forte, et la population atteindra le quart des Terriens en 2050. Ceci dit, nous Africains devons être à la hauteur de ces enjeux. A ce titre, le Sénégal pourra être l’un des laboratoires de ce développement. Sa position géographique, en bordure d’Atlantique, sa stabilité politique, et ses perspectives économiques sont autant d’atouts à cette émergence. Et nous, nous croyons en l’immobilier. »

Self-made-man sénégalais, Marcel Ndiaye est un promoteur immobilier ambitieux. Sur un site de plus de 500 000 mètres carrés, doté d’une capacité d’accueil de 350 000 habitants, DLC s’annonce comme un carrefour pour travailler, vivre, manger, faire du shopping et du sport ou encore se cultiver. « Lancé en 2012, le projet immobilier de Diamniadio Lake City qui s’inspire du Plan Sénégal Emergent contribuera fortement à changer la ville. Un projet futuriste, révolutionnaire, unique en Afrique, dont la conception a été soigneusement étudiée, mise en place par des jeunes Sénégalais, soucieux du développement de leur pays. »

« Avec cette conception unique, nous allons révolutionner l’Afrique. DLC sera la vitrine de l’innovation immobilière africaine. »

Une Smart city présentant les standards les plus avancés en termes de nouvelles innovations technologiques. « DLC est conçue pour être une Smart city. Quand on dit Smart, on pense aux nouvelles technologies. On a conçu le projet sur toute la chaîne de valeur. Nous avons pensé innovation en termes de produits de construction. Avec cette conception unique, nous allons révolutionner l’Afrique. DLC sera la vitrine de l’innovation immobilière africaine.» Innovation en termes de mode de construction, de modèle financier également. L’ambition ayant un coût, 2 milliards de dollars pour ce projet de ville nouvelle. « Le modèle de financement a été conçu sur dix ans avec plusieurs phases. La première, prévoit la construction d’un mall évalué à 120 millions d’euro avec un building résidentiel, 30 millions d’euros et un immeuble de bureaux, 40 millions d’euro. »  Si le premier bâtiment sera financé sur fond propre, pour le second, plutôt que de faire appel au crédit à l’exportation, la tendance actuelle, le promoteur a opté pour le « off-plan », la vente à étape d’achèvement. « C’est vrai, c’est un projet très coûteux, mais faisable, car il est raisonnable. La première phase de construction a été lancée, financée sur nos propres capitaux, une fois que le bâtiment sortira de terre, signe de notre crédibilité, les investisseurs viendront. La demande immobilière est très forte au Sénégal, aussi on ne risque rien. »

Ceci étant dit, Marcel Ndiaye, était à Paris pour inviter les investisseurs à participer à cette aventure d’un nouveau genre. « C’est tout l’objet de ce salon que je préside. Nous sommes dans le cadre du développement entre l’Occident et le Sénégal, entre les opérateurs privés et les partenaires institutionnels pour ce projet Diamniadio. Je vous lance aujourd’hui cet appel : rejoignez-nous pour construire l’Afrique qui nous est chère. »

Un arsenal fiscal et juridique pour attirer les investisseurs internationaux

D’autant que le pays s’est doté de tout un arsenal fiscal et juridique pour attirer les investisseurs internationaux. « Au Sénégal, l’accès aux logements reste une forte préoccupation pour les populations et un axe prioritaire du PSE qui vise l’émergence à l’horizon 2020, rappelle Ousmane Wade, directeur du ministère de l’Habitat sénégalais. Dans ce sens, nous avons travaillé sur les 3 F : le foncier, la fiscalité et le financement. Pour le foncier, le gouvernement a mis en oeuvre une politique d’aménagement de nouveaux pôles urbains et zones d’aménagement concertées avec un objectif de 27 pôles sur 20 000 ha dont Diamniadio, en phase de mise en oeuvre, le Lac Rose, etc. C’est dire si la contrainte foncière est dépassée. En termes d’incitations fiscales, le gouvernement a mis en place un programme de dérogation et d’exonération ainsi que le Fonds de garantie du logement. Tandis que le fonds de l’habitation social est désormais opérationnel. Des initiatives ont été prises par les instituts financiers, notamment la Banque de l’habitat, qui a lancé des produits nouveaux pour réduire ses taux d’intérêt. Toutes ces mesures visent à rendre le logement accessible à une plus grande partie de la population, y compris les Sénégalais de l’extérieur. »


 

Par Dounia Ben Mohamed