A la uneActualité

Festival d’Annecy L’Afrique s’anime !

L’animation africaine sera à l’honneur lors de la prochaine édition du Festival international du film d’animation d’Annecy qui se tiendra du 14 au 19 juin 2021. Un coup de projecteur qui confirme l’essor de l’animation Made in Africa. 

Par DBM 

La 45ème édition du Festival international du film d’animation d’Annecy, se déroule du 14 au 19 juin. Une édition, également inscrite au programme d’Africa 2020, qui met le focus sur le cinéma d’animation africain. 

Au cours des 60 ans d’histoire du Festival, 47 films africains ont été en sélection officielle. Mais cette année, alors que l’animation est en plein essor sur ce continent, la programmation 2021 entend en être le reflet. 

« Le festival a été créé en 1960, à Annecy qui comptait une communauté d’animateurs et ciné-club particulièrement actifs. L’animation à cette époque n’était pas autant “famille “ qu’aujourd’hui. Petit à petit, il s’est développé avec notamment le MIFA (NDLR : Marché international du film d’animation) créé en 1985. On a très vite fait prospérer l’évènement, avec sur les dix dernières années un nombre de participants qui a doublé (12300 accrédités en 2019, avec 89 pays représentés) », indique Véronique Encrenaz, la Responsable du MIFA . 

Car entre-temps, l’animation connait un véritable engouement, avec des programmes « familles » mais aussi adulte. Du court-métrage mais également des longs-métrages, des séries… « Beaucoup de producteurs qui n’étaient pas dans l’animation y arrivent. En ces temps de Covid, certains se sont tournés vers l’animation. Nous, on accompagne ce monde-là, dont on fait partie, tout au long de l’année et à tous les niveaux », poursuit Véronique. 

« Des talents qui veulent raconter leur histoire et pas travailler sur des histoires qui viennent d’Europe ou d’ailleurs »

Un accompagnement qui dépasse ainsi les frontières de l’hexagone et s’étend jusqu’à l’Afrique du Sud. Pays phare de l’écosystème de l’animation panafricain. « Triggerfish, un studio qui au départ collait un peu au modèle américain, travaille en parallèle pour former des talents en Afrique et travailler vraiment localement , être en autonomie sans faire appel à des studios ailleurs. Des écoles ont été créées grâce à eux avec des talents formés pour créer leur propre film. Des talents qui veulent raconter leur histoire et pas travailler sur des histoires qui viennent d’Europe ou d’ailleurs. Un vrai changement que l’on observe avec des BD en cours d’adaptation sur des modèles africains. Ce qui sera le sujet de la conférence, sur la coopération et la formation ».

Un des temps forts de cette édition spéciale Afrique. « L’Afrique, on y va depuis 2011, souligne Véronique. On a commencé par l’Afrique du Sud où il se passe beaucoup de chose, avec le studio Triggerfish, véritable locomotive pour le développement de l’animation dans le pays. On a fait d’autres pays, mais c’est surtout maintenant qu’on va réellement commencer à aller sur le continent. On a vu des projets africains arriver dans le festival. Des projets qu’on accompagne pour qu’ils soient pitchés. Quand un pays est mis à l’honneur, il y a une histoire à raconter, pour mettre en avant des films, et parler de ce qui se passe aujourd’hui. »

Une sélection qui témoigne de la diversité de la production africaine

Une histoire racontée à travers la sélection. Parmi laquelle, Carte blanche à l’animation du Maghreb, proposée par Mohamed Beyoud (fondateur du festival d’animation de Meknès). À découvrir par exemple le film L’Ambouba de la réalisatrice Nadia Raïs, et également une dizaine de réalisations de Tunisie, Algérie, Maroc.

Best of Fupitoons Festival, issu du festival itinérant destiné au jeune public et initié par l’African Animation Network (Nick Wilson et Comfort Arthur). À retrouver : 20 films de 8 pays.

Moustapha Alassane, cinéaste du possible, un film de Maria Silvia Bazzoli, coréalisé par l’Annécien Christian Lelong (auteur, réalisateur, producteur indépendant et directeur de formation, il était à la tête de Cinédoc, un lieu ressource dédié au cinéma documentaire de création qu’il avait créé à Annecy en 1992).

Mise à l’honneur de l’un des plus grands artistes de l’animation africaine, William Kentridge, au travers de 9 de ses courts métrages.

Lady Buckit & the Motley Mopsters, long métrage nigérian d’Adebisi Adetayo (2020), ou l’histoire d’une petite fille précoce se retrouvant dans un territoire qui ne lui est pas familier. Elle y rencontre une bande de personnages très inhabituels qui changent le cours de son destin.

Sélection par Jean-Baptiste Garnero (chargé d’études pour la valorisation des collections au CNC) de plusieurs films africains conservés ou restaurés par les Archives du CNC : trois courts métrages égyptiens (Un, deux, trois… de Ihab Shaker, Mafish fayda et Al difaa al watani des frères Frenkel) ainsi que Bukra Fil Mish-Mish, un documentaire de Tal Michael sur les frères Frenkel, pionniers de l’animation africaine.

Aujourd’hui, l’animation africaine, 11 programmes contemporains venus d’Afrique du Sud, d’Éthiopie, du Ghana et du Congo.

Un jury Made in Africa

Parmi les 18 jurés qui auront la délicate mission de décerner les prix officiels, l’auteur et professeur Mohamed Ghazala (Égypte) ainsi que Naddya Adhiambo Oluoch-Olunya, artiste venue du Kenya.

Le prix spécial de la Ville d’Annecy sera remis par le jury Perspective, composé de trois habitants de la ville de Dori, au Burkina Faso : Moustafa Kabore, entrepreneur culturel, Soujoude Wafa Naami, étudiante en architecture et Seidou Samba Toure, réalisateur. Pour ce prix, le Festival d’Annecy collabore avec la mairie d’Annecy, la mairie de Dori et l’association Échanges Sahel, créée dans le cadre du jumelage entre Annecy-le-Vieux et Dori, et dont le but est de mener des actions de développement local dans cette région.

Du côté du jury junior, huit enfants récompenseront un court métrage et un film de fin d’études, et remettront également le prix Jury Junior CANAL+. Ce sont ainsi quatre jeunes originaires du Burkina Faso, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Maroc qui seront aux côtés de quatre jeunes Annéciens de l’association aaa (  NDLR : Atelier de cinéma d’Animation d’Annecy et de Haute-Savoie).

Sans oublier le Mifa, véritable temps fort pour les participants. L’animation africaine y occupera également une place de choix, dans toute sa richesse et diversité. « Cette édition très spéciale sera l’occasion de présenter à la fois un contenu important et un nombre de professionnels en constante évolution, notamment grâce à nos partenaires africains avec lesquels le Mifa travaille depuis plus de 10 ans ». 

Aperçu de la programmation

Présentation de projets africains : 21 projets issus de l’ensemble du continent (Madagascar, Nigéria, Ghana, Kenya, Sénégal, Maroc, Tunisie, Afrique du Sud, Égypte…) seront pitchés + 1 projet de BD en vue d’une adaptation.

En partenariat avec nos partenaires sur place : Festival International du Cinéma d’Animation de Meknès, animatex, Nigerian Animation Association, CairoComix, Tshimologong, Digital Lab Africa…

Une conférence pour « Comprendre l’animation africaine : la collaboration au cœur des stratégies d’aujourd’hui et de demain », à travers deux focus : Formation et technologie ; Production et distribution,

Un Focus Afrique pour comprendre et apprendre des différentes opportunités de distribution au sein du continent et à l’international, et pour réfléchir à de nouvelles alternatives,

En partenariat avec Unity, le Mifa Campus sera organisé le vendredi 18 juin et fera également la part belle à l’animation africaine,

Des rencontres avec éditeurs, diffuseurs, distributeurs, ou encore programmateurs de festivals du continent, lors des sessions Meet the…

Nous accueillerons notamment CairoComix, le Festival International du Cinéma d’Animation de Meknès, Dakar Court, les Rencontres du Film Court à Madagascar, le Fespaco,

Le Mifa Animation Industry Award sera là aussi l’occasion de mettre en lumière l’industrie de l’animation en Afrique. Son récipiendaire sera annoncé prochainement.

Pour en savoir plus :

https://www.annecy.org

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe