Actualité

FESPACO 2019 : « The Mercy of the jungle » du réalisateur Rwandais Joël Karekezi sacré Etalon d’or de Yennenga

La 26ème édition du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a pris fin le samedi 2 mars 2019 en présence des présidents Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Kéita du Mali et Paul Kagamé du Rwanda. A l’occasion, le long métrage « The Mercy of the jungle » du réalisateur Rwandais Joël Karekezi a été sacré Etalon d’or de Yennenga.

Par Ibrahima SANOU à Ouagadougou

Au terme de la célébration du cinquantenaire du cinéma africain à Ouagadougou marquée par 434 séances de projection en huit jours dans neuf salles, 68 séances de projection dans les quartiers périphériques de la ville de Ouagadougou et dans les communes environnantes, le long métrage « The Mercy of the jungle » du réalisateur Rwandais Joël Karekezi a été sacré Etalon d’or de Yennenga. Avec ce sacre, le réalisateur empoche la somme de 20 millions de FCFA (environ 30 491 euro).Le long métrage a également obtenu le prix de la meilleure interprétation masculine d’une valeur d’un million de FCFA (1 524 euro). Il relate l’histoire d’un sergent rwandais  Xavier, héros de guerre et d’un jeune soldat inexpérimenté Faustin qui sont en territoire ennemi où ils combattent une guerre floue. Ils se retrouvent seuls et sans ressources face à l’inextricable jungle congolaise réputée pour être la plus vaste, la plus dense et la plus hostile du continent. Pour le réalisateur Joël Karekezi, cela a été un grand honneur pour lui de présenter son film au FESPACO. « Le sacre prouve que le film a été bien apprécié et cela me donne la force de raconter d’autres histoires afin de revenir ici au FESPACO ». La cérémonie de clôture a été marquée par la présence aux côtés du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, des présidents Malien Ibrahim Boubacar Keita (champion de l’Union africaine pour les questions de culture et d’héritage) et Rwandais Paul Kagamé dont le pays est invité d’honneur. Selon ce dernier, le FESPACO témoigne de l’unité du continent africain et de la capacité des peuples à se rassembler toujours ensemble afin de célébrer le talent, l’art, la culture et la société africaine. « Nous avons été émerveillés par la cérémonie de clôture et tout s’est bien passé. Nous sommes fiers de la participation du Rwanda ». Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré s’est réjoui de la participation du Rwanda à ce cinquantenaire. « Le Rwanda représente une vision qui est apprécié au plan de son développement économique et de sa culture ». Il a félicité les heureux lauréats. « Je pense que leurs succès est le fruit de beaucoup d’efforts ».

Le Burkina Faso remporte trois trophées dans le palmarès officiel et 6 prix spéciaux

L’étalon d’argent a été remporté par le long métrage « Karma » du réalisateur Egyptien Khaled Youssef et l’étalon de bronze par le long métrage « Fatwa » du réalisateur Tunisien Mahmoud Ben Mahmoud. Ces deux prix ont respectivement une valeur de 10 millions FCFA (environ 15 246 euro)et 5 millions FCFA (environ 7 623 euro). Le Burkina Faso qui accueille le FESPACO depuis 50 ans, a remporté trois trophées dans le palmarès officiel et 6 prix spéciaux. C’est la réalisatrice Apolline Traoré qui arrive en tête avec trois trophées engrangés avec son long métrage « Desrances ». Le film a obtenu le prix du meilleur décor d’une valeur d’un million de FCFA (environ 1 524 euro), le prix spécial de l’Assemblée nationale du Burkina Faso d’une valeur de 7 millions de FCFA (environ 10 672 euro) et le prix de la ville de Ouagadougou d’une valeur de 3 millions de FCFA (environ 4 574 euro). Deux autres réalisatrices ont obtenu chacune un prix. Il s’agit de Aicha Boro qui a remporté l’étalon d’or du film documentaire d’une valeur de 10 millions de FCA (environ 15 246euro) avec « Le loup d’or de Balolé » et de Zalissa Zoungrana qui a remporté le prix de la chance avec son film « Le Prince » d’une valeur de 5 millions de francs CFA (environ 7 623 euro). Les réalisateurs Abdoulaye Dao et Hervé Lengani ont remporté deux prix avec leur film « Duga : Les charognards ».

Plus de 145 millions de FCFA distribués au titre du palmarès officiel et des prix spéciaux

Il s’agit du prix de l’Association catholique mondiale pour la communication d’une valeur de 2 millions de FCFA (environ 3 049 euro) et du prix de l’UEMOA catégorie long métrage d’une valeur de 10 millions de F CFA (environ 15 246 euro). Ce sont au total plus de 145 millions de FCFA (environ 221 079 euro) qui ont été distribués au titre du palmarès officiel et des prix spéciaux. L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a accompagné l’organisation de la présente édition avec une somme de plus de 327 millions de FCFA (environ 498 571 euro). Selon la Directrice de la langue française, culture et diversités de l’OIF Youma Fall, quatorze films en compétition officielle et deux autres productions ont reçu le soutien de son organisation. De l’avis du Délégué général du FESPACO Ardiouma Soma,la 26ème édition du festival a été un moment de vive émotion, de découverte, de réflexion, de rencontre et d’amitié entre les peuples. Il a remercié les cinéphiles venus de par le monde. « Vous avez montré que le Burkina Faso est une destination viable ». La cérémonie de clôture est intervenue quelques heures après le décès du réalisateur mauritanien Med Hondo qui avait obtenu l’Etalon d’or en 1987 avec son film « Sarraounia ». C’est par des applaudissements nourris que ses cinéastes lui ont rendu hommage. La prochaine édition du FESPACO est prévue du 27 février au 6 mars 2021 à Ouagadougou.

Par Ibrahima SANOU à Ouagadougou