Fed Africa publie les résultats de son enquête annuelle portant sur la recherche d’emploi sur le continent africain@Fed Africa-DR
A la uneActualité

Etude : Marché de l’emploi, la mobilité des demandeurs se confirme

L’édition 2022 de l’enquête annuelle de Fed Africa révèle les dernières tendances sur le marché de l’emploi en Afrique. Ainsi, elle confirme la mobilité des demandeurs d’emploi. 43% des sondés indiquent rechercher des opportunités sur l’ensemble du continent africain.

Par la rédaction 

Fed Africa, cabinet de recrutement spécialiste des fonctions Top & Middle Management en Afrique et au Moyen-Orient, a publié les résultats de son enquête annuelle portant sur la recherche d’emploi sur le continent africain. Pour son étude, le cabinet a interrogé 343 candidats en poste ou en recherche d’emploi sur leur vision du dynamisme du marché de l’emploi en Afrique.

Lorsqu’ils sont interrogés sur leur périmètre de recherche, les sondés indiquent en effet à 43% rechercher des opportunités sur l’ensemble du continent africain. Ils sont également 27% à répondre être mobiles dans plusieurs régions africaines et moyennes-orientales. Une tendance qui se confirme. 

Ils citent des motifs variables, tels que le fort développement du continent, les opportunités d’investissements, les ressources naturelles du continent, les compétences des populations locales et enfin le cadre de vie.

Quant à leur vision du marché de l’emploi en Afrique et au Moyen-Orient, les répondants indiquent à 48% que le marché est plutôt stable en comparaison des années précédentes, et ce, malgré la crise de la COVID-19. Si l’offre n’est pas forcément pléthorique dans tous les secteurs d’activités, ils peuvent néanmoins trouver des offres intéressantes de manière régulière.

“Les cabinets de recrutement sont également au plus proche des réalités du marché”

Ainsi, le panel a détaillé les moyens qu’il utilise afin de trouver de nouvelles opportunités professionnelles sur le continent. 76% indiquent déposer un CV auprès d’un cabinet de recrutement ou se rapprocher d’un chasseur de tête. Une pratique qui s’explique souvent par la dimension conseil de ces structures, qui accompagnent les candidats dans leur recherche d’emploi. 

« Au-delà des conseils que peuvent prodiguer des experts en recrutement sur la manière de présenter un CV ou de mettre en avant ses compétences, les cabinets de recrutement sont également au plus proche des réalités du marché. Pour des profils exécutifs, où les recrutements se réalisent souvent en dehors des plateformes traditionnelles de recherche d’emploi, faire confiance à un cabinet de recrutement vous permet d’accéder à des offres silencieuses ou qui n’ont pas encore été dévoilées sur le marché » indiqueDeffa KA, manager Fed Africa. 

A noter que les répondants précisent également être sollicités régulièrement par les recruteurs et chasseurs de tête. Ils sont 63% à avoir été contactés entre deux et cinq fois pour une nouvelle opportunité professionnelle au cours des douze derniers mois.

La rémunération : un enjeu pour les entreprises cherchant à recruter des talents 

L’enquête se révèle riche d’autres enseignements. Si la rémunération est citée par 74% comme un levier important de sélection d’une opportunité, elle est devancée de très peu par l’intérêt des missions (77%) et l’adéquation du poste avec un projet personnel et/ou professionnel (75%). A noter que les avantages proposés par l’entreprise, venant compléter la rémunération, sont cités par 55% des interrogés. 

« Sans réelle surprise, la rémunération est un critère de taille pour les profils exécutifs, et un enjeu pour les entreprises cherchant à recruter des talents pour les entreprises, analyseMaymouna Mauvois, manager chez Fed Africa. Pour autant, c’est souvent sur les avantages sociaux ou en nature – véhicule de fonction, accompagnement lors du processus de déménagement, etc. – que les entreprises peuvent faire la différence » 

Pour en savoir plus : 

https://fedafrica.com

Sur le même sujet:

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe