Le dossier du mois

Étude : Les femmes entrepreneurs ouvrent la voie en matière de présence numérique 

Une récente étude de Mastercard sur les PME au Moyen-Orient et en Afrique met en évidence la forte numérisation des entreprises dirigées par des femmes perçue comme une opportunité pour la reprise des PME et la croissance de l’économie numérique.

81 % des femmes entrepreneurs du Moyen-Orient et d’Afrique sont présentes sur le marché numérique, selon l’indice de confiance des PME de Mastercard MEA. C’est la principale conclusion d’une récente étude réalisée par Mastercard sur les PME au Moyen-Orient et en Afrique. Malgré l’écart entre les sexes et les défis sociaux, les femmes entrepreneurs à travers le monde et au Moyen-Orient et en Afrique (MEA) montrent la voie en exploitant la puissance de l’économie numérique pour réussir et se développer. Selon l’étude, les petites et moyennes entreprises (PME) dirigées par des femmes estiment que l’économie sans numéraire présente d’énormes avantages pour leurs activités.

Dans le détail, l’étude révèle que 81 % des femmes entrepreneurs de la région ont une présence numérique pour leur entreprise, contre 68 % de leurs homologues masculins. En termes d’empreinte numérique des femmes entrepreneurs de la région, les médias sociaux (71 %) arrivent en tête, suivis par le site Web de l’entreprise (57 %). Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les femmes entrepreneurs sont plus nombreuses à disposer d’un site web (71 %) qu’à être présentes sur les médias sociaux (55 %).

« Plus de 80 % des femmes entrepreneurs sont prêtes pour le numérique dans leur entreprise »

L’indice de confiance des PME de Mastercard MEA a révélé que plus de 80 % des femmes entrepreneurs sont prêtes pour le numérique dans leur entreprise par rapport à leurs homologues masculins, mais peu d’entre elles ont accès à des financements pour la croissance de leur entreprise, analyse les rapporteurs dans l’étude. « À l’échelle mondiale, les entreprises appartenant à des femmes sont bien représentées dans l’espace entrepreneurial, mais on estime qu’elles n’ont accès qu’à 2 à 10 % des financements des banques commerciales. Cela reflète l’énorme potentiel des femmes entrepreneurs de PME lorsque nous accélérons leur accès aux outils financiers et numériques, ce qui permettra une plus grande parité entre les sexes dans l’écosystème commercial », a déclaré Amnah Ajmal, vice-président exécutif, développement du marché, Moyen-Orient et Afrique, Mastercard.

« 30 % des femmes entrepreneurs de la région n’ont aucune difficulté à accepter plus de paiements numériques que de paiements en espèces »

Selon l’enquête de Mastercard, les niveaux de confiance dans les transactions numériques sont élevés, puisque 30 % des femmes entrepreneurs de la région Moyen-Orient et Afrique n’ont aucune difficulté à accepter plus de paiements numériques que de paiements en espèces, en particulier les paiements mobiles (62 %), les paiements en ligne (57 %) et les paiements par carte (45 %).

En Afrique australe, cette confiance est encore plus élevée, deux tiers (67%) ne voyant aucun problème à accepter davantage de paiements numériques.

Les niveaux de confiance croissants dans le numérique en tant qu’impératif commercial sont liés à une meilleure compréhension et à une reconnaissance plus large parmi les PME des avantages qui résultent d’une économie numérique croissante. Interrogées sur les principaux avantages d’une économie sans argent liquide pour leur entreprise, les femmes entrepreneurs ont souligné l’efficacité accrue des transactions sur plusieurs canaux (60 %) et la facilité de ne pas manipuler ou traiter d’argent liquide (60 %).

Elles apprécient également de pouvoir payer plus facilement leurs fournisseurs et leurs employés (59 %), d’avoir un accès plus rapide aux revenus (55 %), de réduire les risques de fraude (53 %) et d’accéder à de nouvelles opportunités de croissance (50 %).

« Les femmes entrepreneurs prennent des risques innovants »

L’indice Mastercard 2020 des femmes chefs d’entreprise (MIWE) a déjà montré comment les femmes chefs d’entreprise ont réagi à un nouveau monde du travail avec une confiance et une capacité d’adaptation renouvelées, en exploitant de nouvelles opportunités commerciales ou en réorientant leurs modèles commerciaux pour répondre aux nouveaux comportements des consommateurs et aux besoins locaux ou mondiaux.

Malgré les défis liés au financement, au soutien et à l’attention, l’Ouganda, le Botswana et le Ghana ont été classés comme les trois principales économies du monde ayant le plus de femmes chefs d’entreprise (WBO) en pourcentage du nombre total de chefs d’entreprise dans le MIWE 2020.

Le rapport fait également état de l’importance accordée à la prise de risque, à l’innovation, à l’individualité et à la créativité dans l’entrepreneuriat au Nigeria et en Angola. « L’augmentation de la contribution des femmes chefs d’entreprise est un signe positif, car près de la moitié des femmes chefs d’entreprise (48,7 %) dans le monde déclarent être motivées par le désir de contribuer au bien de la société » conclue l’étude. 

Pour en savoir plus : https://mea.mastercard.com/en-region-mea.html

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe