Speed School class in session in Shabedino December 1, 2011.
Le dossier du mois

Etude : L’Afrique peut récupérer plus de la moitié des pertes de PIB liées à l’éducation pandémie en utilisant l’apprentissage accéléré

Une étude réalisée par l’ONG Education.org, met en lumière les principaux enseignements tirés d’une décennie d’apprentissage accéléré en Afrique, condensant trois années scolaires en une seule pour les enfants non scolarisés touchés par l’extrême pauvreté, les conflits et Ebola. Elle affirme ainsi que l’Afrique peut montrer la voie au monde en matière de rattrapage post-COVID.

Par la rédaction

Les pays africains pourraient récupérer plus de la moitié des pertes de PIB liées à la pandémie causées par le manque à gagner d’une génération d’enfants dont l’éducation a été interrompue, s’ils adoptent des approches d' »éducation accélérée » fondées sur des données probantes pour aider les enfants à rattraper le retard en termes d’apprentissage. C’est du moins les conclusions d’une étude réalisée par l’ONG Education.org et publiée début septembre.


On estime que les fermetures totales ou partielles d’écoles dues à la pandémie de COVID-19 coûteront à l’Afrique 28 milliards de dollars en perte de PIB. Les enfants à travers l’Afrique ont perdu en moyenne 34 semaines d’apprentissage d’apprentissage depuis 2020, alors que 105 millions d’enfants et de jeunes n’étaient pas scolarisés avant la pandémie, les taux les plus élevés au monde.


Education.org, une initiative à but non lucratif visant à mettre les meilleures données disponibles dans le monde entre les mains des leaders de l’éducation, calcule que les pays africains pourraient récupérer 18 milliards de dollars par an s’ils appliquaient les meilleures méthodes éducatives accélérées pour rattraper l’apprentissage perdu et atteindre les enfants qui n’étaient pas scolarisés avant même la pandémie. Ce chiffre de récupération du PIB s’appuie sur les estimations de McKinsey relatives aux des pertes de revenus, combinées à l’analyse des programmes d’éducation accélérée (PEA) de la fondation, provenant en grande partie de pays africains.

« Alors que la pandémie de COVID-19 a déclenché la pire crise de l’éducation de l’histoire, avec d’énormes conséquences pour l’avenir de toute une génération d’enfants, la bonne nouvelle est que l’Afrique peut montrer la voie au monde en proposant des solutions issues d’une décennie de travail accéléré sur l’éducation des enfants non scolarisés en raison de l’extrême pauvreté, des conflits, des crises de réfugiés et des problèmes de santé comme l’épidémie d’Ebola »


« Alors que la pandémie de COVID-19 a déclenché la pire crise de l’éducation de l’histoire, avec d’énormes conséquences pour l’avenir de toute une génération d’enfants, la bonne nouvelle est que l’Afrique peut montrer la voie au monde en proposant des solutions issues d’une décennie de travail accéléré sur l’éducation des enfants non scolarisés en raison de l’extrême pauvreté, des conflits, des crises de réfugiés et des problèmes de santé comme l’épidémie d’Ebola », assure le Dr Randa Grob-Zakhary, fondatrice et directrice générale d’Education.org.

Education.org a rassemblé un large éventail de preuves, pour la plupart inédites, décrivant les mesures que les responsables de l’éducation peuvent prendre pour renforcer l’apprentissage accéléré dans leur pays. Cette recherche montre comment les meilleurs PEA peuvent condenser trois années d’école primaire en une seule année scolaire, réduisant ainsi de deux tiers la durée totale de l’enseignement. Les PEA ont soutenu avec succès la transition des élèves vers le système d’éducation formel en comprimant le programme pour se concentrer sur les éléments essentiels de la lecture, de l’écriture et du calcul.
Les PEA ont réussi à faciliter la transition des élèves vers le système éducatif formel en réduisant le programme scolaire pour se concentrer sur les éléments essentiels que sont la lecture, l’écriture et le calcul.

Les Speed Schools d’Éthiopie, un pionnier de l’approche de l’apprentissage accéléré


Les Speed Schools d’Éthiopie sont présentées comme un pionnier de l’approche de l’apprentissage accéléré. Au cours de la dernière décennie, elles ont aidé plus de 250 000 jeunes de 9 à 14 ans non scolarisés à apprendre, permettant à 95 % d’entre eux d’intégrer l’enseignement formel, avec des résultats supérieurs à la moyenne. Ces Speed Schools connaissent un tel succès qu’elles ont été adoptées par le gouvernement éthiopien, qui leur a consacré une unité dédiée et le modèle s’est depuis propagé ailleurs.


L’éducation accélérée a souvent été utilisée dans des contextes d’urgence, comme au Sud-Soudan, où la moitié des enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne sont pas scolarisés en raison de la guerre civile. Il est actuellement mis à l’essai dans le cadre d’un projet visant à aider les enseignants en exercice à achever leur formation secondaire. Des recherches menées au Liberia, au Nord du Nigeria et en Sierra Leone démontrent l’utilité des PEA pour soutenir les systèmes d’éducation dans les pays touchés par la guerre, la guerre civile et les conflits armés. Au Kenya et en Ouganda, ils ont apporté un soutien vital aux enfants réfugiés vulnérables.


En marge du Sommet des Nations unies sur la transformation de l’éducation, qui s’est tenu du 16 au 19 septembre, qui devait s’attaquer aux « profonds défauts structurels des systèmes éducatifs dans le monde », le Dr Grob-Zakhary a déclaré que les succès de l’éducation accélérée offraient une vision de la manière dont les dirigeants pouvaient repenser leurs systèmes éducatifs.

« Cette recherche démontre aux dirigeants qu’il est possible d’agir concrètement pour soutenir les stratégies d’apprentissage de rattrapage après la pandémie et pour transformer les systèmes éducatifs africains, a-t-elle déclaré. Dans les succès des programmes d’éducation accélérée à travers l’Afrique et au-delà – dans leur pragmatisme, leur approche de l’apprentissage centrée sur l’enfant et le soutien qu’ils apportent aux enseignants et aux communautés – nous pensons que résident certaines des réponses à la manière de réimaginer les systèmes éducatifs de la du bas vers le haut ».


Pour en savoir plus : www.education.org/accelerated-learning

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe