Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualité

Ethiopie Le plan d’Abi Ahmed pour réveiller le géant

L’Éthiopie a révélé, par la voix de son premier ministre, son «plan» pour stimuler la croissance économique et, in fine, confirmer ses ambitions de puissances économiques régionales.

 

Par Bilkiss Mentari

 

Le gouvernement éthiopien a dévoilé ce qu’il décrit comme un programme de «réforme économique élaborée localement» visant à libérer le potentiel de développement du pays.

 

La présentation a été faite le 9 septembre lors d’un événement destiné à annoncer le programme de réformes au Centre de conférence des Nations Unies à Addis-Abeba.

 

« Devenir l’icône africaine de la prospérité d’ici 2030»

 

«A plusieurs mois de préparation, dirigés par certains des plus brillants esprits éthiopiens, notre initiative vise à propulser l’Éthiopie en vue de devenir l’icône africaine de la prospérité d’ici 2030», a déclaré le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

 

 

Le programme décrit les réformes macroéconomiques, structurelles et sectorielles qui ouvriront la voie à la création d’emplois, à la réduction de la pauvreté et à la croissance inclusive.

 

En l’espace d’un peu plus d’un an, son gouvernement a pris une série de mesures pour modifier le paysage économique de l’Éthiopie, telles que des réformes de la législation sur l’investissement et le climat des affaires, qui ont permis de lever les obstacles réglementaires qui entravent les investissements.

 

Selon le dessein du premier ministre, il incombe désormais au secteur privé de jouer sa partition en faveur de la croissance et du développement de l’Éthiopie. En conséquence, , nous avons « ouvert les activités économiques clés aux investissements privés », ajoutant que ces mesures « se refléteront sûrement dans le classement du climat affaires en Éthiopie ».

 

« Nous resserrons notre ceinture budgétaire, nous renforçons les finances de notre secteur public, nous effaçons nos dettes et nous augmentons la mobilisation des ressources nationales »

 

En attendant, pour assurer le succès de l’Agenda, qui s’appuie sur les secteurs tels que l’agriculture, la fabrication, les mines, le tourisme et les TIC.

«nous resserrons notre ceinture budgétaire, nous renforçons les finances de notre secteur public, nous effaçons nos dettes et nous augmentons la mobilisation des ressources nationales».

 

« Très ambitieux. mais réalisable »

 

Un calendrier jugé « très ambitieux » par le Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) mais réalisable, citant les réussites de la Chine, Laos et Vietnam. Vera Songwe de nuancer toutefois averti : l’Éthiopie actuellement un déficit de 10 milliards de dollars américains – 6 milliards de nouveaux investissements et 4 milliards de réduction de la dette par an – qui devait être comblé afin de réaliser ses aspirations en matière de réforme.

 

«Si vous continuez à accumuler de la dette comme vous le faites maintenant, vous allez probablement sombrer dans le surendettement au cours des deux prochaines années et nombre des réformes structurelles que vous avez mises en place n’engendreront pas le secteur privé car ne pas être un pays solvable.  »