ArchivesLe dossier du mois

Emploi des jeunes : Un défi d’une Côte d’Ivoire en quête d’émergence

A la veille de l’élection présidentielle ivoirienne, Alassane Ouattara qui repart en course pour un second mandat, met en avant son bilan. Un point en particulier : 1 300 000 emplois ont été créés sous sa présidence. En priorité pour les jeunes. D’autres mesures ont été prises. La question de l’emploi des jeunes demeures, ceci-dit, le défi de la Côte d’Ivoire en quête d’émergence. 

« Nous sommes dans un pays où les jeunes sont bien formés, de mieux en mieux formés même, mais les seuls emplois qu’ils décrochent, quand ils en trouvent, ce sont des petits boulots de vigiles ou vendeurs de recharge téléphonique. Dans un pays qui a connu dix ans de crise, où des armes circulent encore, le chômage des jeunes c’est une bombe à retardement ! » Ce cri d’alarme, poussé par un opérateur privé abidjanais résume la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire. Si tous les chiffres macroéconomiques confirment la reprise de « la locomotive économique ouest africaine », la Côte d’Ivoire n’en demeure pas moins un pays encore fragile. En raison essentiellement du manque d’emploi. A un peu plus d’un mois de la prochaine échéance électorale, la Présidentielle qui se tiendra le 25 octobre prochain, et pour laquelle Alassane Ouattara et ses acolytes misent sur leur bilan. Lequel affiche, entre autre, la création d’1 300 000 emplois depuis leur arrivée au pouvoir, en mai 2011. « Nous nous consacrons vigoureusement à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, a assuré ADO lors de son discours à la nation, le 7 août dernier, jour du 55 anniversaire de la République ivoirienne. Déjà, plus de 1 300 000 emplois ont été créés, notamment en milieu rural, en priorité pour les jeunes ». Plus précisément, il s’agirait de 800 000 emplois créés pour les jeunes, dont 500 000 dans le secteur agricole. Ainsi, ADO, qui s’était engagé à trouver 1 million d’emplois aux jeunes Ivoiriens, a atteint 80% de son objectif. Sachant que le taux de chômage des 15-34 ans, soit 70% de la population, dépasserait les 10% officiels, l’attente est encore grande à ce niveau.

 

Un ministère dédié aux jeunes, une Agence et guichet unique pour l’emploi

 

Ce que les autorités reconnaissent. « Nous avons récemment rationalisé nos instruments d’action en faveur de l’emploi des jeunes, par la mise en place d’un nouveau ministère et d’une Agence, guichet unique pour l’emploi, a poursuivi ADO, le 7 août. Par ailleurs, le regroupement des ressources allouées au soutien de l’emploi des jeunes garantira une meilleure efficacité de l’action gouvernementale dans ce secteur ». Plus concrètement, l’Agence emploi-jeunes de Côte d’Ivoire a été mise en place, en remplacement de deux structures : l’Agence d’études et de promotion de l’emploi (AGEPE) et le Fonds national de la jeunesse (FNJ), dissoutes le 24 juin dernier. « La création de l’Agence emploi-jeunes répond à la nécessité d’apporter un coup d’accélérateur aux initiatives gouvernementales en faveur de l’emploi des jeunes », explique le Premier ministre qui a également annoncé le lancement d’une plateforme technologique visant à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et à régler la question de leur employabilité. Par ailleurs, le gouvernement ivoirien a lancé, en juillet, une opération visant à résorber le chômage des jeunes par la mise en place d’un fonds pour le financement de leurs activités génératrices de revenus. L’opération, d’un montant de 1,050 milliard FCFA (environ 2 millions USD), concerne 2 100 jeunes de 10 régions de la Côte d’Ivoire. Tandis que l’Agence a démarré un programme de formation destinée à former 11 350 jeunes sur l’ensemble du territoire national, pendant les vacances scolaires. Une proposition du nouveau ministère chargé de la Promotion de la jeunesse et de l’emploi jeunes, représenté par Sidi Touré.

 

Par ailleurs, des dispositifs tels que le plan Phoenix, qui doit permettre aux PME-PMI nationales de « renaître de leurs cendres » ainsi que l’adoption, le 15 juillet dernier, d’une mesure qui prévoit de réserver 30% des marchés publics aux PME-PMI, ont vocation à favoriser l’émergence de champions nationaux, et d’encourager les jeunes à créer leurs propres emplois dans un pays où la culture de l’entreprenariat n’est pas encore réellement entrée dans les mœurs. « Dans les cinq années à venir, rappelle le ministre Jean-Louis Billon, on va avoir sur le continent 110 à 120 millions de jeunes qui vont se présenter sur le marché de l’emploi. Au rythme de croissance de nos économies, on va créer à peine 40 millions d’emplois. Seuls les pays qui développeront des programmes dédiés au PME pourront résorber ces demandes emplois. A ce niveau, la Côte d’Ivoire a anticipé ». Réellement ?


 

Par D.B.M

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe