En Bref

Egypte « Meilleure réforme parmi les économies émergentes » (rapport Morgan Stanley)

MeSelon un nouveau rapport publié par la banque d’investissement américaine Morgan Stanley, la performance de l’Égypte en tant qu’économie de marché émergente est la meilleure au monde, selon un communiqué publié par le ministère égyptien des Investissements. Le rapport, intitulé Tales From the Emerging World, décrivait l’Égypte comme la « meilleure histoire de réformes » sur les marchés émergents, en raison de la mise en œuvre d’un grand nombre de réformes économiques depuis 2016. L’Égypte a créé un environnement propice aux investissements pour le monde des affaires, a déclaré dans le rapport Ruchir Sharma, responsable des marchés émergents et stratège en chef de Morgan Stanley. Des efforts importants ont été déployés pour réaliser l’inclusion financière et le gouvernement a également réussi à réduire le déficit budgétaire. En outre, la flottaison de la livre en novembre 2016 a eu un effet positif sur la croissance des exportations et du nombre de touristes dans le pays, a déclaré Sharma. Le pays a attiré d’importants investissements dans son secteur des industries alimentaires, a déclaré Sharma, et un certain nombre de sociétés de technologie américaines ont étendu leurs activités sur le marché, avec des investissements plus importants probablement à l’avenir. En outre, de nombreux mégaprojets nationaux sont en cours; Quatorze nouvelles villes et villes ont été établies et environ 7 000 km de nouvelles routes ont été construites, et la nouvelle capitale administrative du pays est en construction, indique le rapport. Le pays a moins fait appel aux importations de pétrole et de gaz en raison d’importants nouveaux investissements dans le secteur de l’énergie. On prévoit que 20% de ses besoins en énergie proviendront de sources renouvelables d’ici 2020, ce qui aura des effets positifs sur la balance des paiements. La dette publique est passée de 108% du PIB à 88%, note le rapport. Il a ajouté que la consommation n’était plus le moteur de la croissance, contrairement à 2015, avec l’augmentation du taux de la livre égyptienne en 2019 et la mise en œuvre intégrale du programme de réforme économique, les taux de consommation ont commencé à se redresser. Le rapport est « optimiste » quant à l’avenir de l’économie égyptienne au-delà de la phase de réforme, at-il noté.

Ce message est également disponible en : Anglais