ArchivesLe dossier du mois

E-learning : Le Ghana veut jouer le rôle de pionnier

Chaque année, le Ghana consacre 2 % de son produit intérieur brut (PIB) à l’éducation, alors que l’UNESCO recommande d’y consacrer 6 %. Mais pour lutter contre le chômage des jeunes, le pays fonde beaucoup d’espoirs sur l’intégration des nouvelles technologies de la communication et de l’information dans son système éducatif à la base. Ainsi, de plus en plus de projets pilotes innovants axés sur l’enseignement à distance communément appelé «E-learning» ont vu le jour dans le pays.

Arborant une chemisette taillée à sa mesure avec un jeans noir, Esther Kwabena, est une institutrice qui fait l’expérience de cette nouvelle méthode d’enseignement à distance au Ghana. Assistée d’un technicien en informatique et seule face à un dispositif composé d’une camera et d’un projecteur, elle s’apprête à  dispenser simultanément des cours de mathématiques à des élèves se trouvant dans des écoles secondaires du pays. Au bout de quelques minutes, la voilà en pleine conversation avec des écoliers du district de Birim. À la question de savoir si les élèves pourraient assimiler les cours à distance, la réponse de l’institutrice est claire : «On dispense les mêmes cours mais à la différence de la présence physique de l’enseignant auprès des apprenants, il a été placé une webcam comme si on faisait de la vidéoconférence. Cette méthode permet de renforcer les échanges entre les apprenants et les enseignants». Cette méthodologie d’enseignement à distance est le fruit d’une coopération entre certains établissements scolaires du Ghana et la fondation Varkey, sise à Londres aux Royaume-Unis.

Le premier projet pilote «E-learning» dans le système éducatif à la base au Ghana

Démarré depuis 2013, le projet dénommé MGCubed ‘’Making Ghanaian Girls Great’’, c’est-à-dire « faire des filles ghanéennes de grandes personnes» semble avoir conquis le cœur des experts dans le monde éducatif ghanéen. Et pour cause, c’est le premier du genre à associer le «E-learning», l’enseignement à distance via satellite, webcam et l’utilisation de l’énergie solaire. Selon M. Leonora Dowley, représentante de la fondation varkey, «le projet vise à dispenser un enseignement de qualité afin de donner de meilleures chances de réussite aux apprenants». Ce projet pilote, précise-t-elle, «vise à atteindre environ 4000 jeunes filles dont l’âge est compris entre sept et seize ans dans sa première phase». Le contenu varié des cours incite les professeurs à donner plus d’autonomie aux élèves, à développer leur réflexion et leur esprit critique. Désormais, des cours interactifs sont dispensés simultanément dans une centaine d’établissements scolaires interconnectés du premier et second cycle dans plusieurs districts du pays. «Nous sommes convaincus que nous allons relever le niveau de notre système éducatif à la base en misant sur ce projet. Nous sommes tous conscients qu’il faut un bon système éducatif pour former des  diplômés aptes à travailler afin de lutter contre le chômage des jeunes», a relevé Yawo Mallet, un expert en pédagogie. L’impact de cet ambitieux projet pilote couvrant une période de  quatre ans sera évalué en octobre prochain en vue d’élaborer un schéma directeur pour son implantation sur toute l’étendue du territoire. Un autre projet dénommé «Train for Tomorrow» ou «Former pour demain» toujours piloté par Varkey fondation et financé à hauteur de  2 millions de dollars va permettre de former ou recycler via la même méthodologie 5000 enseignants du premier et second cycle dans les zones reculées du Ghana.

Ce projet innovant balise la voie pour une éducation de qualité à travers les TICs au Ghana

Sur une population estimée à environ 25,9 millions d’âmes en 2013, plus de la moitié est constituée de jeunes (15 à 24 ans). Mais selon les statistiques de la Banque Mondiale (World Bank, WDI, 2014), 65% de cette frange de la population est touché par le chômage. Faute d’une éducation de qualité à la base. Inspiré par le succès rencontré par cette première expérience avec le projet «MGCubed», le ministère de l’Education vient de lancer le projet «Integrated E-learning», une composante de l’ambitieux programme TELEVIC visant à intégrer l’usage des TICs dans tous les aspects du système éducatif du pays. Déjà, certains établissements secondaires publics ont reçu des kits dans le cadre de la phase de ce projet. «Le projet Integrated E-learning laboratoires vise à améliorer les résultats du système éducatif dans le pays à travers l’usage des TIC», a déclaré Naana Jane Opoku-Agyeman, la ministre de l’Education au lancement du projet dans la capitale ghanéenne le 10 Août 2016. «Financé à hauteur de 13,2 millions d’euro par le gouvernement Belge, ce projet vient appuyer les efforts consentis par le Ghana pour la promotion d’une éducation de qualité» a-telle ajouté. Désormais, le Ghana veut jouer le rôle de pionnier dans cette approche révolutionnaire d’une éducation de qualité afin de lutter contre le chômage galopant qui frappe sa jeunesse. Déjà, d’autres projets qui s’inscrivent dans cette vision sont dans le pipeline. Il s’agit du «E-transform» et le Projet de l’amélioration de l’éducation secondaire» (SEIP). «Notre objectif, c’est de couvrir tous les établissements secondaires publics du pays aussitôt que ces trois projets seront effectifs. Cette vision du gouvernement et du ministère de l’éducation montre à suffisance notre détermination à explorer tous les avenues afin d’offrir une éducation de qualité» a conclut madame la ministre de l’Education du Ghana.  Mais pour franchir ce cap révolutionnaire, le Ghana, qui aspire à devenir un pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2020, aura besoin d’une bonne connexion à internet. Le progrès actuel du Ghana avec la fluidité du réseau 4G (LTE) depuis octobre 2014 laissent présager d’un avenir plus prometteur et prospère pour le «E-learning». Cette méthodologie est en phase d’expérimentation des certaines institutions de formation professionnelles du pays notamment à l’école des sages femmes de Hohoè, dans le Volta region.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe