ActualitéArchives

Doing Business 2016 : Le record des réformes pour l’Afrique subsaharienne

Au sortir du lancement du rapport Doing Business 2016 par la Banque Mondiale, mercredi dernier, il ressort que l’Afrique subsaharienne est le grand gagnant avec pas moins de 60 réformes réalisées visant à capter l’investissement étranger.

Et si l’Afrique subsaharienne rattrapait son retard sur le reste du monde ? En tout cas, des avancées significatives ont été effectuées dans bon nombre de pays. En effet, 35 économies sur 47 de l’Afrique subsaharienne ont revu leur politique économique afin d’obtenir un climat des affaires propices à l’investissement, notamment étranger. Selon le rapport présenté en visioconférence par la Banque Mondiale, 14 réformes sur 32 dans les indicateurs « obtention de prêts » ont été consenties par des pays de l’Afrique subsaharienne. Mieux, sur ces 14 réformes, 12 ont trait à l’amélioration de l’accès à l’information sur le crédit.

Concrètement, dans le classement des meilleurs pays réformateurs, on retrouve en tête de liste le Rwanda avec 6 réformes. Il est suivi à égalité par le Kenya, Madagascar et le Sénégal qui ont consenti 4 réformes chacun. Sur le plan mondial, l’Ile Maurice est la première nation de l’Afrique subsaharienne avec une 32ème place. Le Rwanda occupe la 62ème place mondiale, le Botswana est à la 72ème place suivi de près par l’Afrique du Sud à la 73ème place.

Le Sénégal dans le Top 10

En raison des réformes effectuées dans le domaine du « raccordement de l’électricité (gain de 10 places, du transfert de propriété (gain de 18 places), la performance dans le domaine de la création d’entreprise (gain de 6 places) et de la fermeture des entreprises (gain de 8 places) », le Sénégal se retrouve pour la deuxième fois dans le top 10 réformateur au classement Doing Business 2015 de la Banque Mondiale. Loin de se satisfaire de ce classement, le Sénégal entend corriger certains impairs afin d’améliorer son classement lors du prochain rapport Doing Business 2016 de la Banque Mondiale : « La dématérialisation des procédures en général est un prochain défi que nous allons essayer de relever, les prochains mois, de même que la réduction des délais dans toutes les procédures ainsi que la réalisation ou la concrétisation du e-paiement. Nous savons que nous aurions pu mieux faire. Les réformes sur les tarifs des notaires, les plateformes autonomisées qui ont été réalisées en mars 2015, n’ont pas été prises en compte dans la notation de cette année », a expliqué Khoudia Mbaye, ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats et du Développement des téléservices de l’Etat qui, dans la foulée, a annoncé la tenue du conseil présidentiel de l’investissement en décembre prochain.

Le rapport Doing Business est un outil de comparaison de la réglementation du climat des affaires dans 189 pays.


 

Par Mouhamed Camara