En Bref

Djibouti L’UE mise sur le développement d’une économie bleue

Le développement d’une économie bleue sera au coeur de l’action de l’Union européenne (UE) à Djibouti pour les prochaines années, a-t-on appris samedi auprès de la Délégation de l’UE à Djibouti.

Dans cette optique, l’UE va renforcer son partenariat dans les domaines de la protection de l’environnement, du changement climatique et du développement numérique, selon Adam Kulach, ambassadeur de l’UE à Djibouti et auprès de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

Il s’agit pour l’UE de soutenir une nouvelle approche capable de favoriser la création d’emplois, le développement du tourisme, mais également la diversification de l’économie, a précisé le diplomate européen.

M. Kulach a annoncé que l’UE compte donner une dimension régionale à cette vision en organisant prochainement à Djibouti une conférence des pays de l’IGAD sur l’économie bleue.

Conçu par l’entrepreneur belge Gunter, le concept de l’économie bleue recouvre une nouvelle vision de l’exploitation économique des ressources des océans, des lacs, des fleuves et d’autres étendues d’eau. Avec l’économie « verte », il offre un cadre pour une utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles, renouvelables et non renouvelables.

Selon la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (CEA), l’économie bleue revêt une importance particulière pour l’Afrique de l’Est, puisque la région s’étend sur la totalité de la ceinture centrale du continent africain, depuis l’océan Indien occidental jusqu’à l’océan Atlantique, et englobe les immenses réserves aquatiques de la région des Grands lacs.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe