Actualité

Digitale Elles changent le monde !

La 7éme édition de la Journée de la Femme Digitale (JFD) se tiendra le 17 avril 2019 à la Maison de la Radio, à Paris. Le rendez-vous annuel de l’innovation au féminin, placé cette année sous le thème “For A Better World, de nouveaux horizons”, met la lumière sur les femmes qui, à l’aide des nouvelles technologies, révolutionnent le monde.

Par Dounia Ben Mohamed, à Paris

Si les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle bouleverse nos sociétés et leurs modes de fonctionnement et nous portent vers une ère nouvelle, certains schémas de « l’ancien monde » persiste. A commencer par l’éternel plafond de verre qui limitent les femmes dans leur émancipation et dans leur pleine participation aux évolutions de ce monde. Et ce, y compris dans un secteur censé ne connaitre aucune frontière, celui du numérique. En France, elles ne représentent que 28% des salariés en entreprise Tech et 10% des startups sont dirigées ou codirigées par des femmes. Depuis 2013, la Journée de la Femme Digitale (JFD), prend le pari de miser sur la révolution féminine 2.0.  En mettant la lumière sur des initiatives aux féminins qui « changent le monde ».

« A chaque fois que je participais à des conférences autour du thème de la transformation digitale des entreprises, des médias sociaux, de l’innovation, j’étais la seule femme. Il n’était plus possible que nous soyons si peu visibles dans ce secteur qui représente le futur. »

Une initiative qui puise sa source dans le propre parcours de Delphine Remy-Boutang, co-fondatrice de La Journée de la Femme Digitale Fondatrice de the bureau, du JFD Club et de la Fondation Margaret. « J’ai commencé ma carrière chez EURO RSCG Paris. En 1997, j’ai quitté Paris pour m’installer à Londres pour parfaire mon anglais. Je reviendrai 14 ans plus tard. Entre temps, j’aurai été directrice marketing puis directrice de la communication de la zone Europe, Middle East– Africa, et directrice social media worldwide où je vais notamment coordonner et réussir la transition d’IBM vers l’adoption des médias sociaux. Finalement, en janvier 2012, je quitte l’entreprise pour fonder à Londres the bureau, un cabinet de conseil en stratégie digitale, avant d’ouvrir en mars 2013 un autre bureau à Paris pour développer les activités d’agence de communication digitale. » Tout au long de son parcours, Delphine fait le même constat : elle est une des rares, voire la seule femme, a évolué dans le secteur.  « A chaque fois que je participais à des conférences autour du thème de la transformation digitale des entreprises, des médias sociaux, de l’innovation, j’étais la seule femme. Il n’était plus possible que nous soyons si peu visibles dans ce secteur qui représente le futur. »

« Si on ne fait rien, il faudra attendre 2186 pour atteindre l’égalité hommes femmes dans tous les domaines. Stop ! »

L’idée murie dans son esprit et se traduit, en 2013, par la création de la Journée de la Femme Digitale, un événement dédié à l’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat au féminin pour donner envie aux femmes, d’oser, d’innover, d’entreprendre (ou intraprendre) grâce au digital, aux nouvelles technologies et de créer un monde plus juste et plus créatif. « On doit à Grace Hopper la découverte du « bug », à Margaret Hamilton le logiciel de la NASA qui a permis à l’homme de marcher sur la Lune. Mais quand l’informatique a pris ses lettres de noblesse, les hommes s’y sont engouffrés, renvoyant ces pionnières dans l’ombre. Il est urgent de rendre à Margaret ce qui appartient à Margaret, poursuit Delphine. C’est pourquoi nous avons créé un prix à son nom pour les femmes qui créent le futur. Si on ne fait rien, il faudra attendre 2186 pour atteindre l’égalité hommes femmes dans tous les domaines. Stop ! »

« La JFD19 sera une édition spéciale Afrique, où nous reviendrons sur l’impact de la digitalisation de l’Afrique sur les femmes et mettrons en lumière les héroïnes de l’entrepreneuriat numérique »

Avec la conviction que les femmes peuvent, elles-mêmes, changer la donne, la JFD ambitionne de promouvoir et d’encourager leur présence dans le secteur, en France, comme en Europe… et pour la première fois cette année, en Afrique. Un continent où, plus que jamais, les femmes, plus nombreuses à entreprendre qu’ailleurs dans le monde, l’essor des nouvelles technologiques accélèrent et révolutionnent le continent. Ainsi l’édition 2019, soit la 7ème de la JFD, se tiendra en deux volets : un premier RDV le tiendra le 17 avril 2019 à la Maison de la Radio, à Paris, placé sous le thème “For A Better World, de nouveaux horizons” ; et pour la première fois, une édition africaine, le 13 juin, à Dakar. « La JFD19 sera une édition spéciale Afrique, où nous reviendrons sur l’impact de la digitalisation de l’Afrique sur les femmes et mettrons en lumière les héroïnes de l’entrepreneuriat numérique et les innovations/tendances Tech du continent, explique Delphine avant d’ajouter : L’Afrique est le continent le plus dynamique en termes d’entrepreneuriat au féminin et fait figure de modèle : 26% des femmes en Afrique subsaharienne sont entrepreneures et sont donc des vecteurs de croissance économique. Il s’agit de montrer comment les femmes entreprennent dans ce continent. Il est important aussi de rappeler que l’inégalité homme-femme coûte chère à l’Afrique, plus de 95 milliards de dollars chaque année. On doit parler chiffres, business, en montrant ces femmes qui entreprennent et produisent plus de 60% des biens du continent.  C’est cela qui nous intéresse, cette vision plurielle, en quoi la diversité peut servir l’innovation, et comment déployer le réseau, mettre en lumière des rôles modèles, et apprendre également finalement de ces femmes qui avec peu de moyens font beaucoup pour bâtir un monde meilleur. »

Pour donner du poids à son plaidoyer, une étude, co-réalisée avec Capgemini Invent, l’étude « Elles Changent le Monde », sera dévoilé le 17 avril. Plus de 1100 entrepreneurs et intrapreneurs ont été interrogés et les propos d’une dizaine d’acteurs essentiels dans l’identification des leviers d’actions au service d’une meilleure représentation des femmes ont été recueillis. « Elle révèle des enseignements et des actions concrètes pour l’amélioration de la représentation des femmes dans les métiers du numérique et l’entrepreneuriat » souligne Delphine.

Temps fort de la rencontre, Le Prix les Margaret récompensera les fondatrice et co-fondatrices basées en Europe et en Afrique ayant lancé une startup innovante de moins de 5 ans.  

Nominées Europe

Nominées Afrique

Les lauréates du Prix les Margaret bénéficieront de visibilité́ médiatique, de plateformes d’expression sur de grands évènements internationaux, tel que Viva Technology, un membership au JFD Club (club exclusif des femmes digitales), des sessions de mentoring d’accompagnement avec des talents de Lenovo et un Lenovo Yoga Book. Elles seront également soutenues par les partenaires de La Journée de la Femme Digitale.

Partenaire de la JFD, ANA, publiera le portrait de chacune de ses femmes, tous les vendredis, d’avril et de juin, en marge de ce double RDV de la JFD 2019.

Pour en savoir plus : http://lajourneedelafemmedigitale.fr