Laboratoire-Aspen-PharmaCare-en-Afrique-du-Sud-governmentZA-DR
Actualité

COVID : la course aux vaccins made in Africa est lancée

Face à la menace du Covid-19, les pays africains multiplient les initiatives pour produire localement des vaccins.  Des efforts destinés à renforcer « la souveraineté sanitaire» du continent et qui commencent à porter leurs premiers fruits.    

Par Farai Diza à Johannesburg

Alors que 26 africains meurent chaque heure en raison de complications liées au Covid-19, le continent continue de manquer de vaccins avec moins de 3 % de sa population entièrement immunisée à ce jour. Un taux de vaccination encore loin de l’objectif fixé par l’Organisation mondiale de la santé de faire en sorte que les nations les plus vulnérables vaccinent au moins 10 % de leur population.  

Face à ce défi sanitaire inédit, la riposte est néanmoins bien engagée. Outre le programme Covax- un partenariat public-privé sous l’égide de l’OMS et fondé sur le don de vaccins (pour le seul mois d’août, 21 millions de vaccins sont arrivés sur le continent par le biais de ce dispositif)- et l’initiative de l’Africa Vaccine Acquisition Trust (AVAT)- un mécanisme mis en place par l’Union africaine et qui repose quant à lui sur l’achat groupé de vaccins- les efforts portent désormais sur la production de vaccins en Afrique.  

Le laboratoire sud-africain Aspen PharmaCare annonce la livraison des « premiers vaccins Covid-19 produits sur le continent par une firme africaine pour des patients africains »

En pointe sur ce sujet, le laboratoire sud-africain Aspen PharmaCare a pu ainsi annoncer fièrement, dans un communiqué publié le 26 juillet, la livraison des « premiers vaccins Covid-19 produits sur le continent par une firme africaine pour des patients africains ». Produits sous licence de l’américain Johnson & Johnson- et grâce à une facilité de 2 milliards de dollars fournie par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank)- les vaccins sont conditionnés selon le procédé « fill and finish », une méthode par laquelle le sérum provenant de l’étranger est mis en flacons avant d’être réexpédié. Basée à Port-Elizabeth, l’unité de production d’Aspen PharmaCare devrait produire au total 400 millions de doses pour l’Union africaine, l’organisation panafricaine ayant d’ores et déjà distribué 6,4 millions de doses produites par la nation arc-en-ciel. Encore plus ambitieux, la société de biotechnologie Afrigen Biologics and Vaccines et l’institut Biovac, tous deux basés au Cap, devraient quant à eux produire dès 2022 le premier vaccin ARN messager d’Afrique, suite à un accord de transfert de technologie établi avec Pfizer-BioNTech

Davantage, la course à la production de vaccins contre le Covid-19 est aujourd’hui réalisée par plusieurs pays du continent, l’Egypte ayant été la première nation africaine à produire-fin juin- localement « ses » doses du vaccin chinois Sinovac, via la firme locale Vacsera. Le royaume chérifien devrait également bénéficier sous peu de la coopération chinoise puisque la société pharmaceutique marocaine Sothema produira, à compter de décembre, 5 millions de doses par mois du vaccin Sinopharm, originaire également de l’Empire du Milieu. Les travaux de l’usine- pilotés par le groupe pharmaceutique suédois Recipharm et dont le coût total est estimé à 500 millions de dollars- ont commencé et il est déjà prévu que d’autres vaccins, hors Covid, y seront aussi produits.  De quoi renforcer « la souveraineté sanitaire » du pays face « aux dépendances extérieures et aux contingences politiques », s’est félicitée l’agence de presse marocaine MAP, lors de la signature du deal, en juillet. 

Une usine de production de vaccins contre le Covid-19 au sein de l’institut Pasteur de Dakar : la « souveraineté pharmaceutique et médicale » du Sénégal et de l’Afrique

Même rhétorique du côté du ministre sénégalais de l’Economie, Amadou Hott, puisque ce dernier a célébré également la  « souveraineté pharmaceutique et médicale » du Sénégal et de l’Afrique, à l’annonce, le 9 juillet, de l’accord conclu entre le Sénégal et plusieurs institutions et pays partenaires pour le financement d’une usine de production de vaccins contre le Covid-19. Etablie au sein du réputé Institut Pasteur de Dakar, la nouvelle unité de production de vaccins renforcera ainsi, comme les autres initiatives susmentionnées, la capacité de l’Afrique à produire ses propres vaccins ; fussent-ils sous licence étrangère.  

Autant de réalisations qui vont dans le sens des initiatives impulsées par l’Union africaine, qui n’a pas ménagé ses efforts pour que davantage de pays africains produisent des vaccins dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Compilées par les autorités sanitaires de chaque pays et par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les dernières statistiques montrent de fait un fléchissement de l’épidémie en Afrique, et ce même si le niveau des contaminations reste élevé, vingt-cinq pays – soit près de la moitié des pays africains (54) – faisant toujours état d’un nombre important de cas positifs ou en augmentation rapide. Il n’empêche, au vu de la dynamique en cours, le désarroi de l’ancienne présidente du Malawi, Joyce Banda, se désespérant lors d’une récente conférence en Afrique du Sud, d’un continent- l’Afrique- devant se « contenter des restes de vaccins [des autres pays] « , devrait être de moins en moins justifié. Pour le grand bonheur des populations concernées.  

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe