En Bref

COP 25 Les Parlementaires africains appelés à parler d’une seule voix pour se faire entendre

 « Pour la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris, les parlements doivent prendre des décisions fortes de manière plus concertée pour faire face aux changements climatiques. Les engagements pris doivent être traduits dans les initiatives des législations nationales. Ces actions doivent être dotées de ressources financières appropriées. Elles doivent également bénéficier d’un suivi rigoureux des gouvernements. Les parlements se trouvent ainsi au cœur de la réponse au changement climatique afin que nos priorités en matière de financement de la résilience climatique soient prises en compte » a-t-il plaidé lors de la session parallèle du Parlement panafricain (PAP) sur le rôle des parlementaires africains dans la mise en œuvre de l’accord de Paris.

Ce panel co-organisé par la Banque, le PAP et l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) intervient pour mettre en place un cadre de travail collaboratif. Le but est de renforcer la synergie de notre organisation et doter les députés africains des outils nécessaires dans la mise en œuvre de l’accord de Paris et atteindre les objectifs des contributions déterminées au niveau national (CDN).

« Les parlementaires africains constituent une force de proposition et sont à même d’être à l’avant-garde de ce combat contre les changements climatiques », a précisé Arona Soumaré.

Actuellement, environ 38% des financements de la Banque sont alloués aux projets liés aux questions climatiques.

Ce message est également disponible en : Anglais