A la uneActualité

Commerce intra-africain : « Le PAPSS fournit une infrastructure de pointe pour les marchés financiers, reliant les marchés africains les uns aux autres »

Lancé le 13 janvier, le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), plateforme révolutionnaire, doit permettre à l’Afrique d’économiser plus de 5 milliards de dollars par an en coûts de transactions de paiement, tout en jouant un rôle de plus en plus important dans l’accélération des transactions du continent soutenant l’opérationnalisation de la ZLECAf.


Par la rédaction

Officiellement lancé le 13 janvier à Accra, au Ghana,par Afreximbank et le Secrétariat de l’AfCFTA, le PAPSS constitue une avancée majeure pour libérer le continent d’une dépendance excessive à l’égard des acteurs et des facteurs extérieurs et pour parvenir à l’accélération du commerce et des investissements intracontinentaux tant attendue, pour le Président du Ghana. « Ce lancement est le résultat de nombreux mois de travail acharné, de détermination et d’engagement en vue d’atteindre les objectifs fixés pour la croissance du continent en matière de commerce. Toutes les banques centrales d’Afrique doivent maintenant s’unir et assurer un transfert de fonds sans faille en déployant cette solution africaine très pratique et importante à un problème africain », a observé Nana Akufo-Addo. Soulignant au passage l’importance de l’accueil de l’événement par le Ghana comme un signe avant-coureur de la lutte durement gagnée pour l’autodétermination économique suite à la décolonisation politique du continent il y a plus de 60 ans.

« Le PAPSS éliminera effectivement les frontières financières de l’Afrique, formalisera et intégrera les systèmes de paiement africain »


Le PAPSS, développé par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), doit stimuler le commerce intra-africain en transformant et en facilitant le paiement, la compensation et le règlement des échanges transfrontaliers en Afrique.  » Nous sommes impatients de nous appuyer sur la zone de libre-échange continentale africaine pour créer un marché unique dans toute l’Afrique, a déclaré le professeur Benedict Oramah, président et président du conseil d’administration d’Afreximbank. Le PAPSS fournit une infrastructure de marché financier de pointe reliant les marchés africains entre eux, permettant ainsi des paiements transfrontaliers instantanés dans les monnaies locales africaines respectives pour le commerce transfrontalier. »

Afreximbank, en tant que principal agent de règlement du PAPSS, fournit des garanties de règlement sur le système de paiement et des facilités de découvert à tous les agents de règlement, en partenariat avec les banques centrales africaines participantes. « Le PAPSS éliminera effectivement les frontières financières de l’Afrique, formalisera et intégrera les systèmes de paiement africains, poursuit le Professeur et jouera un rôle majeur dans la facilitation et l’accélération de l’énorme courbe de croissance du commerce intra-africain induite par la ZLECAf ».


Selon Afreximbank, le PAPSS apporte une solution à la nature déconnectée et fragmentée des systèmes de paiement et de règlement qui ont longtemps entravé le commerce intra-africain. Avant le PAPSS, plus de 80 % des transactions de paiement transfrontalières africaines provenant de banques africaines devaient être acheminées à l’étranger pour être compensées et réglées en utilisant des relations bancaires internationales. Cela posait de multiples problèmes, allant des retards de paiement aux inefficacités opérationnelles et aux problèmes de conformité pour les systèmes de paiement régionaux disparates.

Piloté avec succès dans les six pays de la zone monétaire ouest-africaine

Le PAPSS, qui a été piloté avec succès dans les six pays de la zone monétaire ouest-africaine, offre de multiples avantages et gains d’efficacité pour les paiements commerciaux intra-africains, dont la réduction du coût, de la durée et de la variabilité temporelle des paiements transfrontaliers à travers l’Afrique ; la diminution des besoins en liquidités des banques commerciales pour les paiements transfrontaliers ; et le renforcement de la surveillance des systèmes de paiement transfrontaliers par les banques centrales.


Le PAPSS doit également permettre une harmonisation à travers le continent grâce à son cadre juridique, réglementaire et opérationnel complet comprenant des règles, des formats et des dispositions de gouvernance standardisés, des procédures harmonisées de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent, la confirmation des paiements et la finalité du règlement. Une condition préalable à la participation au PAPSS est le respect des règles et des normes établies.

« Le PAPSS est conçu pour que nos monnaies retrouvent leur valeur afin de domestiquer les paiements intra-africains dans ce voyage vers la prospérité africaine »



Dans sa présentation, le PDG du PAPSS, Mike Ogbalu, a souligné que le système de paiement n’est pas conçu pour concurrencer ou remplacer les systèmes de paiement existants, mais pour faciliter le niveau de connectivité qui rassemble tous les systèmes de paiement en un seul réseau interopérable, efficace et abordable. « Le PAPSS est conçu pour que nos monnaies retrouvent leur valeur afin de domestiquer les paiements intra-africains dans ce voyage vers la prospérité africaine, tout en fournissant l’autoroute qui relie les autres pour atteindre chaque partie de ce continent alors que nous cherchons à créer l’Afrique que nous voulons. »


Pour sa part, le Secrétaire Général de la ZLECAf, Wamkele Mene, a apprécié le rôle et l’engagement des Chefs d’Etats et de Gouvernements du continent à travers l’Union Africaine, affirmant que leur forte volonté politique continue d’être le fondement du progrès vers une mise en œuvre complète de la ZLECAf, qui a maintenant été fortement stimulée par le lancement commercial du PAPSS.