A la uneالافتتاحية

Comment le libre-échange peut accélérer la reprise du COVID-19 en Afrique

L’accord de libre-échange continental africain a le potentiel d’accélérer la reprise du COVID-19 en Afrique et de remodeler le continent. La vaccination généralisée n’étant pas attendue avant 2023 ou plus tard, le redressement économique et de santé publique de l’Afrique après la pandémie de COVID-19 sera lent. En janvier, les échanges commerciaux ont débuté dans le cadre de l’accord de libre-échange continental africain. Cet accord a le potentiel de stimuler la reprise et de remodeler le continent. Les décideurs politiques doivent rester concentrés sur la réduction des droits de douane, l’amélioration de la logistique et les infrastructures.

Par Douglas Bell, responsable de la politique commerciale mondiale d’EY et Kyle Lawless Directeur associé, Politique publique mondiale, EY Japan Co., Ltd

Le redressement de l’économie et de la santé publique en Afrique sera difficile, compte tenu des niveaux d’endettement et de l’accès limité aux vaccins COVID-19, car les nations riches achètent rapidement l’offre. En Afrique subsaharienne, le PIB s’est contracté d’environ 2,6 % en 2020, marquant la première récession de la région depuis près de 25 ans, et des recherches menées par l’université de Duke indiquent que la majorité de la population pourrait attendre les vaccins jusqu’en 2024.1 Pourtant, le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à ce que le PIB régional rebondisse de 3,2 % en 2021 et de 3,9 % en 20222 , ce qui témoigne du dynamisme économique sous-jacent de la région.

Dans ce contexte, le libre-échange constitue un stimulant indispensable, et l’Union africaine (UA) a continué à faire des progrès impressionnants en ces temps difficiles : en mars 2020, l’UA a établi le secrétariat de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) à Accra, et Wamkele Mene a prêté serment en tant que secrétaire général.

Le 1er janvier 2021, les échanges entre les États parties ont commencé dans le cadre de l’AfCFTA – l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde en termes de population, avec 1,2 milliard de personnes couvertes à travers 54 pays, représentant un PIB combiné de 3 400 milliards de dollars. L’accord a été initialement signé en 2018 et est entré en vigueur en mai 2019, et au cours de l’année écoulée, le secrétaire Mene et ses partenaires de l’UA ont obtenu les signatures des 55 nations membres de l’UA, à l’exception de l’Érythrée, et 36 pays l’ont ratifié3.

Cette étape importante intervient au moment d’un autre événement historique – la confirmation de Mme Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mme Okonjo-Iweala, qui est une partisane de l’AfCFTA, est la première femme et la première Africaine à diriger l’OMC.

Le lancement des échanges commerciaux dans le cadre de l’AfCFTA n’est pas un mince exploit et constitue un contrepoids à la stagnation du volume des échanges mondiaux et à la multiplication des mesures de politique commerciale restrictives depuis la crise financière de 2008. En outre, le soutien politique que l’UA a obtenu jusqu’à présent est une réussite considérable.

Mais il reste encore beaucoup à faire. De nombreuses nations africaines doivent relever le défi de mettre pleinement en œuvre les dispositions de l’AfCFTA.  Ces défis vont de l’adoption complète des nouvelles procédures douanières à l’accord sur les réductions tarifaires.  L’étape de cette année, bien qu’importante, est quelque peu symbolique, car des éléments majeurs de l’accord doivent encore être négociés, entre de nombreux pays et groupements économiques régionaux. En décembre, 41 pays avaient soumis leurs listes de concessions tarifaires. Les travaux en cours sur les règles d’origine, le commerce des marchandises et le commerce des services devraient maintenant être conclus avant la fin du mois de juin 2021. L’abaissement ou l’élimination des droits de douane internes, l’amélioration de la logistique commerciale et la résolution des problèmes d’infrastructure sont essentiels pour accroître la mise en œuvre et le succès de l’AfCFTA.

Selon un document publié par le FMI en 2019, la suppression des barrières non tarifaires – notamment les règles d’origine complexes, la mauvaise logistique et les infrastructures de transport – pourrait être jusqu’à quatre fois plus efficace pour stimuler le commerce que les réductions tarifaires. Le FMI a déclaré que la logistique commerciale est l’obstacle direct le plus important au commerce intrarégional et que ramener la qualité de la logistique au niveau de la moyenne mondiale permettrait de réduire le coût des mouvements transfrontaliers et d’augmenter le commerce intrarégional de plus de 12 %4.

À un moment où les économies du continent ont été durement touchées par la pandémie, la ZLEAFA est prometteuse sur le plan économique. Il a non seulement le potentiel de stimuler la reprise de l’Afrique COVID-19, mais aussi celui de remodeler le continent et la mondialisation dans son ensemble. La Banque mondiale s’attend à ce que l’accord permette à 68 millions de personnes de sortir de la pauvreté modérée et rende l’Afrique plus compétitive.5 La pandémie a souligné la nécessité de réévaluer les chaînes de valeur mondiales, les multinationales envisageant de délocaliser ou de ne pas délocaliser leurs opérations. Dans ce contexte, l’AfCFTA a le potentiel non seulement de réduire l’exposition de la région aux perturbations mondiales, mais aussi de stimuler la concurrence et la productivité locales et de promouvoir la sécurité alimentaire6.

Les gouvernements, les entreprises et la société civile ont un rôle à jouer pour soutenir l’AfCFTA. Tout d’abord, un effort multilatéral fort est nécessaire pour soutenir la reprise du continent COVID-19, y compris son effort de vaccination.  Le succès de COVID-19 Vaccines Global Access (COVAX), l’initiative mondiale engagée pour un accès équitable aux vaccins COVID-19, sera essentiel à la santé et à la réussite économique de l’Afrique. Deuxièmement, le soutien continu des principaux blocs politiques du monde – les États-Unis, l’Union européenne et la Chine – à l’AfCFTA et la fourniture d’une assistance technique et autre à l’UA et au secrétaire Mene contribueront à assurer le succès de l’accord.    

https://www.ey.com/en_gl/public-policy/how-free-trade-can-accelerate-africas-covid-19-recovery

Ce message est également disponible en : الإنجليزيةالفرنسية