Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneChronique du week-end

Chronique du week-end Pour une industrie aurifère intégrée en Afrique

Plus que d’ordinaire, l’économie a le vent en poupe en ces temps de pandémie. Dans un continent qui regorge de ressources hydriques, d’or, l’heure est à des stratégies de développement inclusif pour répondre au chômage des jeunes, au sous-emploi des femmes et des handicapés. 

 

Par Daouda Mbaye

 

Les filons des vallées du fleuve Sénégal (Ngalam et Bambouk), mais aussi en contrebas du Fouta Djallon en Guinée, en Sierra Leone, au Soudan, au Niger, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Tanzanie ou dans les régions centrales et australes du continent, sont légendaires. Des zones, logées dans des pays, presque tous PMA (Pays moins avancés).

Au moment où nous rédigeons ces quelques lignes, l’once d’or a coté 1 837,80 $, se bonifiant de 1,88% par rapport à la veille. Le métal jaune a d’ailleurs atteint un plus haut au début du mois d’août dernier, dépassant les 2000 $ l’once !  Face à cette très bonne santé et sa qualité de valeur-refuge, l’or, élément important dans les réserves de change et dans la psychologie économico-financière, peut-être un tremplin aux économies africaines ! Dr Mallence Bart-Williams, serial entrepreneure sierra-léonaise, soulignait naguère ce paradoxe du non accompagnement des acteurs locaux pour valoriser les process d’industrialisation minière.

Les solutions

Des solutions passeraient par inaugurer des marchés officiels bien organisés et de renommée internationale, des Bourses de Matières Premières, capaciter des raffineurs industriels d’or, … Réglementer, réglementer et réglementer ! Pour ce faire, nos Etats soutiendraient le secteur privé à acquérir les dernières technologies en matière de Fonderies d’or.

Les qualités de l’or ne sont plus à démonter, comme je le précisais plus haut. Par sa contribution à des monnaies aux fondamentaux solides, le métal jaune ragaillardirait nombre d’économies aujourd’hui moribondes. Les affres de l’informel et de la migration clandestine qui pondèrent le développement aussi bien au Sud qu’au Nord, n’en seraient que de vieux souvenirs. Parmi les fonderies au monde accréditées par la London Bullion Market Association, quelques-unes accepteraient, sur l’autel d’une paix mondiale durable, un transfert de technologies. A défaut, conserver les meilleurs filons, prendre le temps qu’il faudra pour acquérir les qualifications nécessaires ne souffrant d’aucune négligence au top de la qualité, former des agents de maîtrise et ensuite créer une Association parallèle… à terme, il s’agira d’intégrer les types de lingots aux standards. Y-a-t-il pire que d’avoir un sac d’or invendu parce qu’en lots non conventionnels ? Saviez-vous que sur 50 Fonderies labellisées, seules 2 ou 3 fonderies sont africaines, à savoir la Rand Rafinery Ltd d’Afrique du Sud, la Fidelity Printers & Refiners du Zimbabwe, Managem au Maroc? Pourtant, le seul Japon en compte 9, l’Allemagne 3, la France 2… ?

Une organisation lissée

L’éclosion de marchés officiels d’or, autour des sites de production et dans les grandes capitales économiques, donnera naissance à d’indispensables processus industriels, pour produire des granulés d’or. Rappelons que ce sont ces derniers qui doivent être pesés pour la fonte de lingots monétaires. Derrière, il s’agira de produire des marques et poinçons, sachant qu’un lingot gravé doit comprendre un numéro de série, le sceau de l’essayeur du commerce, le poinçon de la société de raffinage et enfin le titre du lingot. En somme, une industrie aurifère intégrée…

La jeunesse africaine attend maintenant de leurs ainés, des lingots, fondus sur place par des fondeurs locaux pour approvisionner des marchés locaux dans une complémentarité qui garantirait des cours acceptables évitant des effondrements.  Elle revendique la fin de l’exportation d’or exploité contre quelques subsides…

Daouda MBaye

 

 

 

Ce message est également disponible en : Anglais