A la uneCart AfrikNon classé

Cart’Afrik : Les chercheurs africains peuvent combler les lacunes dans les connaissances sur le paludisme au cours de la prochaine décennie

L’histoire du paludisme remonte à plus de 1 000 ans, mais il existe encore des lacunes dans les connaissances que les chercheurs africains peuvent contribuer à combler au cours de la prochaine décennie, selon Philip Welkhoff, directeur du programme de lutte contre le paludisme de la Fondation Bill et Melinda Gates...

Par Paul Adepoju*

Rien qu’au XXe siècle, le paludisme a fait jusqu’à 300 millions de victimes et a été à l’origine de 5 % de tous les décès. Pourtant, 40 % de la population mondiale vit toujours dans des zones où le paludisme est transmis. Bien que la lutte contre le paludisme continue de bénéficier des progrès de la science, notamment des améliorations des soins de santé et de la lutte antivectorielle, les cas annuels de paludisme se comptent toujours par centaines de millions.

Selon le dernier rapport mondial sur le paludisme de l’OMS, on estime à 241 millions le nombre de cas de paludisme et à 627 000 le nombre de décès dus au paludisme dans le monde en 2020, soit près de 14 millions de cas supplémentaires en 2020 par rapport à 2019, et 69 000 décès supplémentaires.

En juin 2022, lors du Sommet de Kigali, une série de promesses ont été faites pour accélérer les progrès contre le paludisme et les maladies tropicales négligées. Des engagements de plus de 4 milliards de dollars US ont été pris, notamment des financements de gouvernements, d’organisations internationales, de philanthropes et du soutien du secteur privé.

« Les gouvernements africains et leurs partenaires doivent intensifier leurs efforts pour que nous ne perdions pas encore plus de terrain face à cette maladie évitable », déclare Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Combler les lacunes existantes

Malgré les progrès scientifiques réalisés dans la lutte contre le paludisme, tels que les traitements, les moustiquaires imprégnées d’insecticide et, plus récemment, les vaccins antipaludiques, M. Welkhoff estime qu’il existe encore des lacunes dans les connaissances et qu’il est essentiel de les combler pour parvenir à mettre fin au paludisme d’ici 2030.

Il est absolument nécessaire d’élargir l’ensemble des connaissances sur la réponse immunitaire au paludisme. Selon M. Welkhoff, il sera crucial d’identifier les facteurs qui déterminent la réponse immunitaire au paludisme et de déterminer ce qu’il faut faire pour créer des vaccins encore meilleurs. Il a déclaré qu’il existe des lacunes dans la compréhension de ce que le système immunitaire doit faire et de la manière dont il peut être stimulé par un vaccin.

« Le vaccin actuel, qui est une réalisation technique remarquable, n’est que partiellement efficace et l’effet disparaît après un certain temps. Nous devons en apprendre davantage sur la façon dont le système immunitaire peut être stimulé de manière plus efficace afin de protéger plus efficacement contre l’infection paludéenne », a déclaré M. Welkhoff à Nature Africa.

En outre, il existe également de réelles inconnues autour des réponses des moustiques. Welkhoff a noté qu’il y a un manque de connaissances concernant les espèces de moustiques – comment ils répondent aux interventions et comment le changement de comportement alimentaire des moustiques modifie les schémas de transmission locaux.

Il s’est toutefois montré optimiste quant aux tendances actuelles de la recherche sur le paludisme, notamment celles qui sont menées par des scientifiques africains. « Je pense donc que ces lacunes dans les connaissances seront comblées au cours des cinq à dix prochaines années. Et c’est passionnant », a-t-il déclaré.

Source : Nature Africa

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe