A la uneCart Afrik

Cart’Afrik : Comment rendre l’énergie propre et abordable accessible à tous

Le système énergétique mondial doit être réinventé si nous voulons lutter contre le changement climatique, la pauvreté et les inégalités. Près d’une personne sur 10 dans le monde n’a toujours pas accès à l’électricité. Le PNUD, par le biais de partenariats, vise à fournir une énergie propre et abordable à au moins 500 millions de personnes supplémentaires au cours des quatre prochaines années.

Par Achim Steiner Administrateur, Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Dans la foulée de COVID-19, le monde fait face à plus d’agitation. Cette année, Davos 2022 s’est justement concentré sur la guerre tragique en Ukraine et son effet d’entraînement sur les systèmes financiers, alimentaires et énergétiques mondiaux. L’état actuel du monde nous rappelle à quel point l’énergie sous-tend nos aspirations à un avenir plus durable pour tous – et à quel point le système énergétique mondial est brisé.

Le secteur de l’énergie représente les trois quarts des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, ce qui en fait le principal moteur de la crise climatique. Le contexte géopolitique actuel incite certains pays à revenir à cette sale alimentation. Pendant ce temps, les systèmes énergétiques existants ne fonctionnent pas. Près d’une personne sur 10 – 733 millions de personnes dans le monde – n’a toujours pas accès à l’électricité, ce qui les enferme dans la pauvreté et les prive des opportunités qu’elle offre. Un tiers de la population mondiale dépend encore de combustibles polluants pour cuisiner et chauffer ses maisons, ce qui entraîne des coûts sanitaires importants. Malheureusement, la pandémie de COVID-19 a ralenti les progrès vers l’accès universel à l’électricité. Sans action décisive, 670 millions de personnes resteront sans électricité d’ici 2030, soit 10 millions de plus que prévu l’année dernière.

La guerre en Ukraine aggrave les inégalités avec la flambée des prix du carburant et des denrées alimentaires à des niveaux record. C’est sans compter la crise de la dette imminente qui laisse les pays à faible revenu avec peu à dépenser en protection sociale pour amortir ces chocs.

Les solutions discutées lors de la réunion annuelle 2022 du Forum économique mondial ont montré que nous pouvons atteindre un objectif énergétique mondial net zéro tout en donnant accès à l’énergie à tous ceux qui n’en ont pas actuellement. Nous n’avons pas à choisir. Nous devons et pouvons faire les deux en même temps. Cependant, pour que cela se produise, tous les pays doivent redéfinir leurs systèmes énergétiques avec les personnes en leur centre afin de garantir une énergie plus propre, plus sûre, plus résiliente et plus abordable pour tous. Cette transformation repose sur trois piliers.

Repenser l’énergie pour conduire le changement au niveau des systèmes Nous avons passé des décennies à affirmer que la décarbonation de nos économies contraignait le développement. Aujourd’hui, le développement par la décarbonation est en passe de devenir le plus grand moteur de progrès économique de l’humanité et aussi un réveil sur la façon de vivre en harmonie avec notre planète.

À cette fin, la communauté internationale doit fournir aux pays le soutien sur mesure et les outils et technologies de pointe dont ils ont besoin pour conduire une transition énergétique juste vers une énergie propre qui fonctionne pour leurs économies. Cela inclut d’aider l’industrie des combustibles fossiles à passer à de nouveaux emplois verts. À l’échelle mondiale, il apportera des avantages socio-économiques et sociaux concrets, créant 85 millions d’emplois verts d’ici 2030.

Une mobilisation massive des investissements publics et privés pour soutenir les technologies bas carbone La réalisation de l’accès universel à l’électricité nécessitera entre 35 et 40 milliards de dollars chaque année jusqu’en 2030. Dans le même temps, le revenu net mondial de la production de pétrole et de gaz en 2022 devrait être supérieur de près de 2 billions de dollars à celui de 2021 et deux et -une fois et demie la moyenne des cinq dernières années. Notre route vers un avenir énergétique propre et une plus grande sécurité énergétique pourrait être pavée avec ces fonds s’ils étaient investis dans des sociétés nettes zéro construites sur des systèmes énergétiques innovants. En effet, de nombreux investisseurs risquent d’avoir des actifs bloqués s’ils continuent d’investir dans l’industrie des combustibles fossiles.

Pour que l’accès à l’énergie et la transition énergétique stimulent la prospérité et ne laissent personne de côté, nous devons de toute urgence augmenter les flux de capitaux vers les économies en développement. Par exemple, l’Afrique, où environ 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, n’a reçu que 2 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables au cours des deux dernières décennies.

Nous devons attirer des financements publics et privés en créant des environnements qui réduisent les risques des investissements dans les énergies propres en travaillant avec les gouvernements pour les aider à mettre en œuvre les politiques et les réglementations et qui apportent les financements à tous les pays, pas seulement à quelques-uns. Des organisations telles que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) disposent de l’expertise politique et des réseaux sur le terrain pour fournir une assistance technique adaptée et spécifique au contexte aux gouvernements afin de mettre en place ces environnements propices.

Le PNUD s’est fixé l’objectif ambitieux d’aider à mobiliser 1 000 milliards de dollars d’investissements publics et privés en faveur des objectifs de développement durable au cours des quatre prochaines années, y compris en faveur de l’énergie propre d’ici 2025.

Des partenariats énergétiques stratégiques solides à l’appui d’approches innovantes La transition énergétique doit se construire sur l’investissement dans les nouvelles technologies et l’innovation ; nouveaux modèles commerciaux; et des mécanismes financiers révolutionnaires.

À cette fin, il existe un besoin urgent de nouveaux partenariats et d’un engagement multilatéral accru pour faire progresser l’ampleur de ce qui nous attend. Par exemple, à travers son centre d’énergie durable, le PNUD vise à catalyser des partenariats axés sur des solutions qui aideront à fournir une énergie propre et abordable à 500 millions de personnes supplémentaires au cours des quatre prochaines années.

Cela signifie également soutenir des domaines clés tels que les normes et la certification, les cadres réglementaires, la recherche et l’innovation plus rapidement et plus largement que jamais. Et un ensemble complet de politiques structurelles transversales couvrant toutes les voies technologiques et les objectifs de transition énergétique est nécessaire pour parvenir à un déploiement révolutionnaire des technologies énergétiques propres.

Davos 2022 a une capacité unique à rassembler des leaders mondiaux qui, s’ils s’alignent sur des actions prioritaires, peuvent faire la différence. Les alliances et les partenariats entre les organisations multilatérales, le secteur privé et les gouvernements conduiront la transition énergétique à ce point de basculement historique. La réalisation de l’accès universel à l’électricité nécessitera entre 35 et 40 milliards de dollars chaque année jusqu’en 2030. Dans le même temps, la Le revenu net de la production de pétrole et de gaz en 2022 devrait être supérieur de près de 2 billions de dollars à celui de 2021 et deux fois et demie la moyenne des cinq dernières années. Notre route vers un avenir énergétique propre et une plus grande sécurité énergétique pourrait être pavée avec ces fonds s’ils étaient investis dans des sociétés nettes zéro construites sur des systèmes énergétiques innovants. En effet, de nombreux investisseurs risquent d’avoir des actifs bloqués s’ils continuent d’investir dans l’industrie des combustibles fossiles.

Pour que l’accès à l’énergie et la transition énergétique stimulent la prospérité et ne laissent personne de côté, nous devons de toute urgence augmenter les flux de capitaux vers les économies en développement. Par exemple, l’Afrique, où environ 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, n’a reçu que 2 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables au cours des deux dernières décennies.

À bien des égards, les décisions que les principaux pays émetteurs prendront au cours des prochains mois et années décideront du sort des personnes et de la planète. Fondamentalement, fournir un soutien aux pays en développement afin qu’ils puissent faire partie de la révolution de l’énergie propre ne devrait pas être un choix qui nécessite une longue délibération. C’est le seul moyen de ralentir de manière décisive la marche constante du changement climatique, en sortant des centaines de millions de personnes de la pauvreté et en veillant à ce que notre monde ne passe pas de cette tourmente mondiale sans précédent à une crise encore plus grande.

Source : weforum.org

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe