L'Afrique subsaharienne a les prix des données mobiles les plus chers du monde, selon le rapport Worldwide Mobile Data Pricing 2021@Thomson Reuters Foundation-DR
A la uneCart Afrik

Cart’Afrik: Alors que les jeunes Africains poussent pour être en ligne, le coût des données les en empêche

L’Afrique subsaharienne a les prix des données mobiles les plus chers du monde, ce qui élargit la « fracture numérique » entre les nantis et les démunis de l’Internet. La faiblesse des infrastructures et le contrôle qu’exercent les opérateurs de télécommunication sur les prix à la consommation en sont la cause, selon une organisation caritative. Les décideurs politiques devaient faire en sorte que les entreprises de télécommunications aient intérêt à réduire leurs prix, par exemple en réduisant les frais de licence et en leur permettant d’économiser de l’argent en utilisant les infrastructures financées par le gouvernement. Les économies africaines bénéficieraient d’avantages considérables si l’internet devenait plus plus abordable.

Par Kim Harrisberg & Kent Mensah*

Outre la nourriture, les vêtements et les couches offerts à un refuge pour les victimes des inondations en Afrique du Sud, un don s’est avéré particulièrement populaire : un routeur Wi-Fi.
Le routeur a permis aux étudiants de terminer leurs travaux, aux chômeurs de trouver un emploi et aux couturières de télécharger des modèles de robes, des tâches qui leur étaient auparavant difficiles pour nombre d’entre elles en raison du coût élevé d’Internet en Afrique du Sud.

« L’accès à l’internet est un droit de l’homme, mais c’est un droit que nous ne pouvions pas nous permettre auparavant »


« L’accès à l’internet est un droit de l’homme, mais c’est un droit que nous ne pouvions pas nous permettre auparavant », a déclaré Nozipho Sithole, ancienne employée d’un centre de soins, a quitté son emploi pour aider les autres victimes des inondations dévastatrices qui ont frappé la province du KwaZulu-Natal en avril.


Les Sud-Africains paient jusqu’à 85 rands (5,29 dollars) par gigaoctet (Go) de données, un coût équivalent à près de quatre heures de travail pour les personnes gagnant le salaire minimum. Ce chiffre est à comparer aux 1,53 dollar par gigaoctet en Afrique du Nord et aux 2,47 dollars en Europe occidentale selon de nouvelles recherches menées par l’organisation caritative Ichikowitz Family Foundation qui met en évidence, entre autres, les coûts élevés des données en Afrique sub-saharienne.

« L’accès à l’internet est un droit de l’homme, mais c’est un droit que nous ne pouvions pas nous permettre auparavant »


La région a les prix des données mobiles les plus chers au monde, selon le rapport « Worldwide Mobile Data Pricing 2021 ». Les services internet onéreux creusent la « fracture numérique » entre les nantis et les démunis de la technologie et de l’internet dans le monde selon les Nations unies, qui affirment que environ la moitié de la population mondiale appartient à ce dernier groupe.
Alors que les jeunes Africains, en particulier, considèrent de plus en plus l’accès à l’internet comme un droit fondamental, le prix élevé des données pourrait devenir un sujet brûlant, a déclaré Ivor Ichikowitz, président de la Fondation de la famille Ichikowitz.

Une enquête, réalisée par l’organisation caritative, a compilé des entretiens avec environ 4 500 jeunes de 18 à 24 ans à travers le continent, montrant que si 71 % d’entre eux considèrent le Wi-Fi universel comme un droit humain fondamental, seul un sur huit peut se permettre de bénéficier d’une couverture à tout moment.

« Si nous regardons l’enquête, il y a probablement quatre ou cinq choses qui feraient sortir les jeunes Africains dans la rue – et c’est l’une des premières », a déclaré Ichikowitz.

« C’est bizarre d’y penser, mais il y a en fait un énorme risque de sécurité, si ce problème n’est pas réglé », a-t-il déclaré à la Fondation Thomson Reuters lors d’un appel vidéo.

SMARTPHONES ET RÉDUCTION DES COÛTS

« L’accès à l’internet est un droit de l’homme, mais c’est un droit que nous ne pouvions pas nous permettre auparavant »


Des plateformes de médias sociaux aux fournisseurs d’accès Internet de base, les innovations numériques deviennent plus courantes sur le continent, mais les entrepreneurs technologiques disent que le coût des données les freine.

« Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire ici en Afrique en regardant la pénétration des smartphones sur le continent, mais à cause du coût des données, nous sommes limités », a déclaré Divine Puplampu, un développeur de logiciels ghanéen.

Les smartphones sont largement utilisés sur le continent : 64 % des Africains subsahariens en possédaient un à la fin de l’année 2021, un chiffre qui devrait atteindre 75 % en 2025, selon la GSMA, une organisation faîtière représentant les opérateurs de téléphonie mobile au niveau mondial.

Mais tous ceux qui possèdent un smartphone ne seront pas en ligne, en raison du coût élevé et de la disponibilité inégale de l’accès à Internet.

Puplampu a estimé qu’il dépensait environ 800 cedi ghanéens (100 dollars) en données chaque mois, et que le coût avait fortement augmenté ces derniers mois.

« Ce montant représente à lui seul le salaire d’une personne et est supérieur au salaire d’un membre du service national », a déclaré Puplampu.

« La combinaison d’une infrastructure médiocre et du contrôle que les opérateurs de télécommunications exercent sur les taux de consommation sont parmi les principales causes des coûts élevés des données en Afrique »

La combinaison d’une infrastructure médiocre et du contrôle que les opérateurs de télécommunications exercent sur les taux de consommation sont parmi les principales causes des coûts élevés des données en Afrique, a déclaré Ichikowitz.

« Les pouvoirs publics ne sont donc pas nécessairement en mesure, à moins qu’ils ne modifient la législation, d’obliger les opérateurs de télécommunications à réaliser les investissements nécessaires pour fournir des données à haut débit rentables au plus grand nombre possible de personnes », a-t-il ajouté.

M. Puplampu a suggéré aux décideurs politiques de faire en sorte qu’il soit intéressant pour les entreprises de télécommunications de réduire leurs prix – par exemple, en réduisant les frais d’autorisation et en leur permettant d’économiser de l’argent en utilisant les infrastructures financées par le gouvernement.

« Cela contribuera grandement à améliorer la pénétration de l’internet dans le pays », a-t-il déclaré, notant que les Ghanéens s’opposent à une récente taxe électronique émise par le gouvernement pour générer des revenus sur les transactions d’argent mobile.

TRAVAIL À DISTANCE

« Rendre l’internet plus abordable serait un atout considérable pour les économies africaines, en ouvrant l’un des plus grands réservoirs de main-d’œuvre disponible au monde »

Rendre l’internet plus abordable serait un atout considérable pour les économies africaines, en ouvrant l’un des plus grands réservoirs de main-d’œuvre disponible au monde, a déclaré M. Ichikowitz.

« Il n’y a aucune raison pour que les jeunes Africains ne puissent pas travailler à distance comme le font les jeunes Américains, Brésiliens et Européens », a-t-il déclaré.

Au Kenya, surnommé « Silicon Savannah » en raison de l’importance de son secteur technologique, 1 Go de données est relativement bon marché – il coûte environ 99 shillings kenyans (0,85 dollar).

Mais pour les jeunes Kényans qui espèrent sortir de la pauvreté pour se lancer dans l’industrie technologique florissante du pays, c’est toujours plus que ce qu’ils peuvent se permettre en plus des autres coûts essentiels.

Brighton, un étudiant de 17 ans originaire d’un quartier informel appelé Kawangware dans la capitale du Kenya, Nairobi, a terminé ses études secondaires en décembre et souhaite maintenant apprendre le codage et devenir développeur de logiciels.

Le problème est qu’au moment où il a parcouru quelques sites pour trouver où il peut apprendre le codage, ses données sont épuisées.

« Les données sont trop chères », a déclaré Brighton, qui a accepté un emploi à 300 shillings par mois sur un chantier de construction pendant qu’il prépare sa prochaine étape.

Malgré ces obstacles, il ne perd pas espoir en un avenir dans l’innovation technologique. « Tout le monde dit que la technologie est le meilleur secteur pour les jeunes », a déclaré Brighton, en demandant de ne pas donner son nom complet.

« Je pense que je suis doué avec les ordinateurs et je vois un avenir pour moi dans la technologie ».

*Kim Harrisberg, correspondant pour les droits de l’eau, Fondation Thomson Reuters
Kent Mensah, maître de conférence adjoint, Central University College
Source : Weforum.org

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe