A la uneCart AfrikNon classé

Cart’Afrik : « Alors que le Ghana rejoint l’appel aux réparations, l’Occident ne peut plus jouer les ignorants… »

Si nous voulons faire des progrès dans cette discussion – à ce stade – qui dure depuis des siècles, nous devons être intellectuellement honnêtes.

Par Seun Matiluko*

Récemment, Accra, au Ghana, a accueilli un sommet sur les réparations et la guérison raciale. Organisé conjointement par la Commission de l’Union africaine et le Fonds africain d’héritage de la justice transitionnelle, ce sommet avait pour but de coordonner une stratégie et un programme mondiaux complets visant à obtenir des réparations pour la traite transatlantique des esclaves et le colonialisme européen en Afrique.

Il a également été organisé pour lancer un programme de guérison raciale mondiale au 21e siècle, comprenant des pèlerinages à Cape Coast et Ada pour les descendants des esclaves. Nikole Hannah-Jones, célèbre pour son projet 1619, le Dr Sir Hilary Beckles, président de la Commission des réparations de la Caricom, le Dr Julius Garvey, fils du célèbre militant panafricain Marcus Garvey, et le président ghanéen Nana Akufo-Addo figuraient parmi les intervenants.

Bien que l’essentiel de ce qui s’est passé au sommet n’ait pas encore été diffusé en dehors des médias africains, certaines parties du discours liminaire de Nana Akufo-Addo sont devenues virales sur Twitter. Le président, qui a déjà été critiqué par le passé pour avoir plagié des parties de ses discours, a eu l’intelligence de partager sur les médias sociaux des citations clés de son discours appelant à des réparations pour les Africains et la diaspora africaine.

« On peut se demander dans quelle mesure cet appel aux réparations est bien pensé – qui exactement devrait recevoir ces réparations et quelle forme prendront-elles ? »

On pourrait formuler de nombreuses critiques intelligentes sur le discours d’Akufo-Addo. D’abord, on peut se demander dans quelle mesure cet appel aux réparations est bien pensé – qui exactement devrait recevoir ces réparations et quelle forme prendront-elles ? On pourrait même dire que son discours est un stratagème cynique pour détourner l’attention de l’échec de son gouvernement à assurer un avenir socio-économique meilleur aux Ghanéens.

Cependant, au lieu de formuler des critiques rigoureuses sur le plan intellectuel, beaucoup ont répliqué sur Twitter avec les mêmes commentaires paresseux que nous attendons dans le débat sur les réparations. Pourquoi les Africains devraient-ils obtenir des réparations alors que des Africains ont vendu d’autres Africains en esclavage ? Pourquoi l’Occident devrait-il accorder des réparations alors qu’il a été parmi les premiers au monde à abolir l’esclavage ? Pourquoi se concentrer sur le commerce transatlantique et non sur les échanges transsahariens, de la mer Rouge et de l’océan Indien qui ont eu lieu des siècles auparavant ?

Si nous voulons avoir une conversation intelligente sur les réparations pour les Noirs, nous devons mettre un terme à ces commentaires éculés. Il est inadmissible qu’à chaque fois qu’un Noir évoque la question des réparations, la réaction réflexe soit de dire « oui, mais les Africains ont vendu des esclaves ! ». De telles réponses, pour citer le musicien et universitaire Akala, « évitent les faits et évitent toute discussion réelle. »

Si nous voulons progresser dans cette discussion qui dure depuis des siècles, nous devons être honnêtes intellectuellement.


Il est vrai que certains dirigeants africains ont vendu d’autres Africains en esclavage. Cependant, il est également vrai que la grande majorité des Africains n’ont joué aucun rôle dans ce commerce et qu’un certain nombre d’Africains, y compris des dirigeants africains, s’y sont opposés, comme la reine Nzinga de Ndongo, qui s’est battue bec et ongles contre l’expansion de la branche portugaise du commerce.

De nombreux Africains vivant aujourd’hui en Afrique sont des descendants de personnes réduites en esclavage. Il y a des centaines de milliers de descendants de l’esclavage au Cap-Vert, au Liberia et en Sierra Leone, et ce, avant même de parler des populations importantes qui vivent ailleurs sur le continent, comme au Nigeria et au Bénin.

 » L’esclavage explique jusqu’à 47 % de la disparité de revenus entre les nations d’Afrique occidentale et centrale et le reste du monde »

Suggérer qu’aucun Africain ne devrait recevoir de réparations parce que certains Africains ont vendu d’autres Africains en esclavage est intellectuellement incohérent. Cela revient à prétendre que tous les Africains étaient favorables à ce commerce, qu’aucun Africain n’en a souffert et que le continent africain en a en quelque sorte bénéficié, alors que c’est l’inverse qui est vrai. Comme Nathan Nunn l’a constaté en 2008, l’esclavage explique jusqu’à 47 % de la disparité de revenus entre les nations d’Afrique occidentale et centrale et le reste du monde.

Les nations occidentales ont peut-être été parmi les premières à abolir l’esclavage, mais les Noirs ont joué un rôle déterminant en poussant l’Occident vers l’abolition. Parmi ces Noirs figurent les membres du groupe de pression abolitionniste des années 1780, Sons of Africa, basé à Londres, et les nombreux Noirs qui ont pris part aux révoltes d’esclaves dans les Caraïbes et en Amérique. Comme l’a dit le député Bernie Grant dans un discours en 1993, « ils parlent de Wilberforce et d’autres personnes héroïques qui ont aboli l’esclavage… [ils oublient de mentionner] que les esclaves se sont libérés eux-mêmes ! »

Lorsque l’esclavage a été aboli dans l’Empire britannique, les marchands d’esclaves ont été remboursés de 20 millions de livres sterling. Lorsque la population d’Haïti, autrefois esclave, s’est libérée en 1825, elle a été contrainte de payer au gouvernement français jusqu’à 21 milliards de dollars de réparations. Le fait d’invoquer l’abolition de l’esclavage par l’Occident comme raison pour laquelle l’Occident ne devrait pas payer de réparations est, au mieux, malavisé ; les Noirs qui se sont battus pour abolir l’esclavage se sont retrouvés presque sans le sou, tandis que les Européens se sont enrichis grâce à l’esclavage et à son abolition.

En effet, il convient de noter qu’une grande partie de la colonisation occidentale ultérieure (et des abus) de l’Afrique et des Africains a été rationalisée sur la base de l' »abolition ». Cela inclut la brutale expédition de 1897 au Bénin, au cours de laquelle des femmes et des enfants ont été torturés par des soldats britanniques et des milliers de sculptures en bronze ont été pillées. Hier encore, le musée Horniman de Londres a accepté de restituer certains des bronzes du Bénin qui avaient été volés.

La traite transatlantique des esclaves est une abomination qui a engendré plus de trois siècles de dommages, de traumatismes, de déshumanisation et de suprématie blanche. Bien qu’il y ait eu d’autres traites négrières tout au long de l’histoire de l’humanité, aucune autre traite n’a eu l’impact dévastateur permanent que la traite transatlantique a eu sur « la population, la psyché, l’image et le caractère de l’Africain dans le monde entier », pour citer Akufo-Addo. C’est pourquoi les Africains et les membres de la diaspora africaine n’ont cessé de réclamer des réparations depuis le début de la traite. C’est pourquoi la discussion sur les réparations ne disparaîtra jamais.

S’ils veulent avoir une vraie conversation, ceux qui critiquent les réparations devraient moins se concentrer sur les conjectures et l’ignorance délibérée et plus sur la philosophie, l’éthique et les faits. Ce n’est qu’ainsi, pour reprendre le discours de W.E.B. Du Bois lors de la première conférence panafricaine de 1900, que nous pourrons faire naître un monde où chacun se sentira considéré comme faisant partie de la grande fraternité de l’humanité.

*Seun Matiluko est journaliste indépendant.

Source : inews.co.uk

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe