Actualité

Burkina Faso Des ambitions 3.0

Alors que se tenait à Ouagadougou le 30 avril, la 4ème édition de l’IT Forum Burkina intitulé « Digital African Tour – Burkina 2019 », l’étape 3 de la 4e édition du Digital African Tour (DAT), une tournée africaine de promotion de la culture digitale, initiée par CIO Mag, le pays des Hommes Intègres a révélé ses ambitions In Tech.

Par Bilkiss Mentari

Big Data, Open Data, Blockchain, Edutech & Agritech, e-Commerce… Autant d’innovations technologiques présentées au cours de la 4ème édition de l’IT Forum Burkina intitulé « Digital African Tour – Burkina 2019 », qui se tenait le 30 avril à Ouagadougou. L’étape burkinabé de ce Digital African Tour (DAT), une tournée africaine de promotion de la culture digitale, initiée par CIO Mag, aura été l’occasion pour les autorités locales, représentées par Hadja Fatimata Ouattara Sanon, Ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes, de révéler les ambitions 3.0 du pays des Hommes Intègres.

« La Data aujourd’hui dans le contexte du numérique représente une mine d’or, elle se positionne au cœur des nouveaux modèles économiques »

Rappelant, que selon les estimations, la Blockchain pourrait représenter 20% du total du marché du Big Data d’ici 2030 et produirait un revenu annuel de plus de 100 milliards de dollars, la Ministre a ainsi déclaré : « La Data aujourd’hui dans le contexte du numérique représente une mine d’or, elle se positionne au cœur des nouveaux modèles économiques. Il est important de bien maitriser ces technologies qui s’imposent à nous. On ne peut plus faire marche arrière. » Bien au contraire, il s’agit de profiter de ces outils numériques pour accélérer la marche vers l’atteinte des Objectifs de Développement durable (ODD).

« Le Digital peut être un accélérateur pour l’atteinte de l’objectif à travers un nouveau paradigme pour former les jeunes de façon plus efficace et adaptée aux besoins du 21e siècle »

« De nos jours, avec le faible taux de bancarisation au niveau africain (20%) et avec le taux de couverture mobile estimée à 80% ; si l’on s’appuie sur les NTIC, on peut bancariser toutes ces populations et arriver à une technologie très avancée plus que les autres pays qui sont déjà mis en place», a pour sa part souligné Mohamadou Diallo, directeur général de CIO-Mag, rappelant l’ambition du Digital African Tour, à savoir de réfléchir sur la manière dont le digital peut être un accélérateur pour l’atteinte des ODD. « Par exemple pour l’éducation, si on veut rester dans l’ancienne formule qui veut que l’État injecte beaucoup d’argent pour la formation, on ne pourra pas s’en sortir, a relevé Mohamadou Diallo. Dans la commune d’Abobo (Côte d’Ivoire), il y a cinquante naissances par jour. Et pour cinquante naissances par jour, il faut une salle de classe par jour. L’État peut-il continuer à investir autant juste pour une commune ? C’est énorme et les investissements ne suivront pas. Le Digital peut être un accélérateur pour l’atteinte de l’objectif à travers un nouveau paradigme pour former les jeunes de façon plus efficace et adaptée aux besoins du 21e siècle ». Sachant que la Blockchain s’étend à plusieurs domaines tels que l’agriculture, le e-commerce, la santé et l’éducation et peut produire, selon les estimations, un revenu annuel de plus 100 milliards de dollars.

Pour rappel, depuis la création du DAT, 83 forums de décideurs ont été organisés en Afrique, et plus de 80 entreprises ont été accompagnées en une décennie. Après donc l’étape du Burkina, les organisateurs mettront le cap sur Dakar, au Sénégal, puis dans deux autres villes africaines avant l’apothéose à Paris pour la 8e édition aux Assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA), prévue en novembre 2019.