ActualitéArchives

Sénégal Le Canada en pole position

Le Canada se positionne de plus en plus comme LE partenaire privilégié du Sénégal. Pour preuve, plus de 1,8 milliards de dollars canadiens a été accordés au Sénégal au titre de l’aide au développement.

Rien que dans l’intervalle de deux ans (2014-2016), le volume des engagements canadiens au Sénégal a cru de 22,11%. En effet, il est passé de 59,7 millions de dollars canadiens à 72,9 millions de dollars canadiens. Ces subventions étaient destinées principalement à améliorer le système éducatif sénégalais. C’est dans ce sens-là que le Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence (PAQUET) a été instauré. Lequel programme fait des émules avec la construction et l’équipement d’une centaine d’écoles. En somme, dans le domaine de l’éducation, une contribution de 30 millions de dollars canadiens a été accordée au Sénégal.

Aujourd’hui, la coopération sénégalo-canadienne pour les cinq prochaines années a été définie. L’accord a été matérialisé lors de la dernière revue conjointe entre les représentants des deux états. Outre l’éducation, la mise en place du Plan Sénégal Emergent (PSE) sera au cœur de ce partenariat. Les principaux secteurs visés sont l’agriculture, la microfinance et la croissance économique durable. Montant de la subvention : 72 millions de dollars canadiens.

Des relations commerciales au beau fixe

En dehors de ces axes de coopération, les deux pays sont liés également sur le plan commercial. En effet, on chiffre à 42,5 millions de dollars canadiens le volume des échanges commerciaux entre les deux pays. C’est le constat fait par Benoit La Salle, président du Conseil Canadien pour l’Afrique (Cca) : « nos exportations de biens ont plus que triplé au cours des six dernières années pour atteindre maintenant prés de 42,5 millions de dollars canadiens, constate t-il. Nos exportations sont tout aussi importantes. L’investissement direct canadien est estimé à plus de 20 millions de dollars canadiens, principalement des investissements dans le secteur de l’exploitation minière ». Les échanges commerciaux portent sur des secteurs comme la pêche, l’aviation, l’immobilier et le droit des affaires.


 

Mouhamed CAMARA