ملف الشهر

Bénin- Objectif : « devenir leader en Afrique d’ici 2026 »

Le régime Talon a fait du tourisme le 2e pilier de l’économie béninoise derrière l’agriculture. Avec un investissement de 700 milliards FCfa, le Bénin revalorise son potentiel touristique afin de devenir leader en Afrique d’ici 2026.

Par Ulrich Viany, à Cotonou

Economie essentiellement fiscale, le Bénin mise sur le tourisme pour diversifier et booster ses sources de recette. « (…) Les investissements inédits en cours seront accélérés pour faire du secteur un levier essentiel de notre économie et propulser le Bénin au rang des destinations de rêve (…) », a promis le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, lors de son discours d’investiture en mai 2021.

Le développement de l’industrie touristique est donc inscrit, depuis 2016, au cœur des stratégies de développement et de création de richesse et d’emplois. Il repose naturellement sur la valorisation du patrimoine, de la culture et des arts. L’ambition affichée du gouvernement béninois est d’accroître l’offre touristique nationale, d’ici 2026, et surtout d’offrir des conditions de visite très attrayantes aux touristes.

« Les Béninois doivent alors s’attendre à ce qu’au bout de cinq ans, nous puissions avoir une offre touristique densifiée », a déclaré le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean Michel Abimbola, 9 juin 2022, à la télévision nationale. Une offre qui, martèle-t-il, sera suffisamment à niveau pour que le pays puisse tenir toute sa place sur le continent et dans le monde en matière de tourisme devenu aujourd’hui un produit d’intérêt et de consommation mondiale, une véritable industrie.

Des discours aux actes

Pour atteindre son objectif, le Bénin a lancé plusieurs études de faisabilité pour son programme touristique. Il a également décidé d’exempter de visa d’entrée sur son sol, pendant 90 jours, à tous les ressortissants des 53 pays africains sans exigence réciproque. En termes clairs, tout africain peut entrer dans le pays et y circuler librement pendant trois mois. De plus, le « e-visa » est instauré pour les entrées nécessitant un visa.

S’agissant de la valorisation des ressources, le parc de la Pendjari, l’un des plus impressionnants d’Afrique, a été rénové, restructuré et sa gestion est confiée à l’Ong African parks network. Une station balnéaire de référence est aménagée Avlékété (à l’Ouest de Cotonou), et abritera un village de vacances de type Club Med. Toujours à Avlékété, plusieurs projets privés d’hôtels (Banyan Tree, Hilton et Golden Tulip) sont en cours de finalisation.

Promotion de la ‘‘ Destination Bénin ’’

En vue de mieux valoriser le patrimoine, la culture et les arts béninois, le pays est subdivisé en cinq pôles touristiques. Chaque pôle sera densifié suivant un calendrier bien précis. Dans la Cité historique de Ouidah, par exemple, les travaux de réhabilitation du Fort Portugais (qui accueillera temporairement, au dernier trimestre 2022, les 26 œuvres restituées par la Bénin) sont achevés, et ceux de la Porte du Non-retour et d’autres lieux historiques ainsi que la construction du Musée international de la mémoire et de l’esclavage sont avancés. Ganvié, la Cité lacustre encore appelée ‘‘ la Venise de l’Afrique ’’, fait également sa mue. Ce projet vise à faire de Ganvié, à travers la réhabilitation de son habitat, de son cadre de vie, un site pilote de mise en valeur d’un tourisme lacustre respectueux de l’authenticité et des normes environnementales avec la construction, entre autres, de plusieurs maisons sur pilotis. Le musée du vodoun verra également le jour à Porto-Novo. La ville historique d’Abomey, berceau du vodoun, en plus des sites des palais royaux et autres, accueillera le Musée de l’épopée des Amazones et des Rois du Danxomè.

Parlant des Amazones, le gouvernement béninois a construit, à Cotonou, un monument en l’honneur de ces braves femmes-soldats, et a décidé d’en faire l’identité visuelle de la ‘‘ Destination Bénin ’’. Plusieurs autres projets tels que la formation et la professionnalisation des guides touristiques ; la reconstruction de palais royaux ; la construction de sept arènes culturelles et la construction de la route des couvents reliant cinq communes du pays, sont également au programme.

L’offensive du gouvernement béninois pour booster son économie touristique ne s’arrête pas là. L’artisanat, l’art contemporain, l’art culinaire et la culture seront également mis à contribution à travers les marchés, festivals, foires et expositions, pour attirer les touristes. L’expérience de l’exposition publique des 26 œuvres culturelles restituées par la France, qui a enregistré 200 000 visiteurs en 45 jours, est une source de motivation supplémentaire pour les autorités béninoises qui pensent que la demande touristique (locale et étrangère) existe en nombre très élevé.

L’ensemble des projets achevé, en cours et à venir est évalué à 700 milliards FCfa (plus d’un milliard d’Euro) financé par le budget national et les partenaires techniques et financiers du Bénin.

Ce message est également disponible en : الإنجليزيةالفرنسية